Avant de présenter son étude , sur la politique extérieure du gouvernement Ramanantsoa vue par Lumière, Alain Escaro parle des raisons qui conduisent le Général au pouvoir, avec comme dénominateur commun les relations franco-malgaches. Cela se traduit dans les domaines de l’éducation et de l’économie (lire précédentes Notes) et de la défense, toujours selon l’hebdomadaire catholique.
D’après Alain Escaro, Lumière ne fournit que des informations sur le sujet. Le 30 janvier 1972, il « montre en première page une photo (élément rare  dans cet hebdomadaire) de la flotte française de l’océan Indien, sous laquelle est brièvement indiquée l’importance de cette force navale ». Le 27 février, l’hebdomadaire  relate l’arrivée de deux généraux de l’État-major français « en mission de liaison ». Ils rencontreront à l’occasion le général Gabriel Ramanantsoa, chef d’État-major de l’Armée malgache, et le général Bigeard.
Enfin, le 2 avril, la visite de Michel Debré est signalée. En le recevant, le président Philibert Tsiranana réaffirme que « Madagascar, menacé par la Chine, compte sur l’aide  de la France ». Pour sa part, le ministre français  évoque « le rôle stratégique de l’océan Indien » et affirme que « cette zone doit conserver de ne pas accroitre les effectifs français, mais au contraire de continuer la politique poursuivie depuis l’indépendance qui est de développer l’armée malgache ». Il prévoit enfin « l’accroissement des activités de la base aéronavale de Diego-Suarez ».
Alain Escaro mentionne aussi l’article de Heinz Muller axé sur « les marchands de la mort » et paru dans Lumière, les 2 et 9 avril. Il y condamne les « vendeurs d’armes des pays industrialisés et acheteurs du Tiers-Monde ». Une partie de l’article est consacré à la France car, selon l’auteur, « celle-ci se distingue particulièrement dans ce domaine ». Et Alain Escaro de commenter : « Vis-à-vis des problèmes de défense, Lumière semble donc adopter une position purement chrétienne : dénoncer la violence et ses agents. »
Lumière consacre ainsi à la France une part importante, vu les rapports particuliers qui lient les deux pays. Les autres membres du bloc occidental apparaissent peu. Le journal fait état, par exemple, du « Mémorandum sur une politique communautaire du développement », adopté en juillet 1971 par la Commission des communautés européennes, à la suite de la Conférence de Santiago de Chili, le 21 décembre.
Le document est analysé et présenté comme sous-tendu par quatre orientations maitresses : « Intégrer la coopération au
développement dans les politiques internes, coordonner progressivement les politiques nationales de coopération, approfondir l’acquis communautaire, prévoir des possibilités financières additionnelles de coopération financière et technique ». À partir de ces orientations, diverses actions seraient « esquissées » : « discipliner les marchés de certains produits de base (café, cacao, sucre), consacrer 1% du PNB à l’aide, abandonner l’aide liée qui favorise davantage le donneur ». Lumière, précise Alain Escaro, se borne à croire que « ces bonnes intentions se réaliseront et ne s’égareront pas ».
La place occupée par les États-Unis est « plus singulière » du fait du différend américano- malgache qui agite les derniers mois de la
Ire République. L’hebdomadaire catholique n’hésite pas à publier, le 20 février 1972, une déclaration du président Richard Nixon au sujet de Madagascar. Après avoir rappelé le principe général de non-intervention dans les affaires intérieures  des pays africains, il
stigmatise ceux qui ne résistent pas « à la tentation de servir leurs objectifs politiques intérieurs, en formulant des accusations sans
fondement d’ingérence américaine dans leurs affaires. De telles accusations ont été formulées en quelques points d’Afrique en 1971, particulièrement en République malgache et en Guinée».
Le président américain ne craint pas cependant d’ajouter : « Mais nous pouvons soutenir les Africains qui s’engagent à respecter les valeurs que nous partageons et nous le ferons. » Texte complété par un rapport du département d’État qui explique la réduction de la représentation américaine au niveau d’un chargé d’affaires par « le refus persistant des autorités malgaches soit de retirer leurs
accusations, soit de produire des preuves les justifiant ».

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles