«Andriana, Hova, Mainty enin-dreny et encore moins les Andevo ne constituent pas des castes», explique Manassé Esoavelomandroso, en étudiant des groupes paysans en Imerina durant le règne d’Andrianam­poinimerina (1794-1810). Il se réfère à ce propos sur Dumont qui étudie les castes indiennes et Rivière qui s’intéresse aux castes africaines. De même, il n’existe pas encore de véritables classes sociales, mais on tend vers la constitution de classes antagonistes.
La société merina, poursuit Manassé Esoavelomandroso, est « une société d’états » avec des distinctions légales de statuts.
« Légales car par décision royale, quelqu’un peut passer d’un état à un autre. » Et ces distinctions légales et héréditaires, précise-t-il, déterminent les droits et les devoirs des groupes « statutaires » : Andriana, Hova, Mainty enin-dreny, Andevo. Et les six « catégories » d’Andriana se différencient surtout par leur position à l’égard de la superstructure étatique.
« Pour les désigner, on peut garder le terme couche… l’état Andriana comportant six couches hiérarchisées: au sommet les Zazamarolahy, puis viennent les Andriamasinavalona et les Andrianteloray- les Andrian­tompokoindrindra, les Andrianam­boninolona et les Andriandranando      et enfin, les Zanadralambo. »
Après ce préambule, l’auteur revient au règne du grand roi dont le pouvoir est très centralisé. Cependant, pour réaliser la pacification complète de l’Imerina « enin-toko » (six territoires), pour l’administrer et la contrôler, il délègue une partie de ce pouvoir à des « tompomenakely » ou des « tompom-bodivona ». Pour rappel, les premiers peuvent être des rois qui se soumettent à Andrianam­poinimerina et qui, en récompense, sont faits Andriamasinavalona en même temps que leurs anciens royaumes sont transformés en « menakely ». Pour la seconde expression, il s’agit d’Andriamasi­navalona et quelques Zazamaro­lahy qui reçoivent des « vodivona », mais leur charge est viagère.
« Cette délégation de pouvoir en faveur des tompomenakely et tompom-bodivona est révocable. ». Les uns et les autres sont placés à la tête d’une seigneurie dans laquelle ils reçoivent des prestations (corvées pour l’entretien de leurs propres terres ou tanin-dapa, vodihena ou droit à une partie de la viande des animaux abattus, etc.), ils jugent au premier degré, et perçoivent, au nom du souverain, les redevances ou « hajia » dont ils gardent pour eux la moitié. Cependant, ils ne sont aucunement propriétaires du sol des « vodivona » ou « menakely » car la terre, propriété éminente du roi, appartient à chaque communauté qui la répartit entre ses membres, lesquels ont droit de propriétés usufruitières sur leurs lots.
Dans les « menakely » ou « vodivona », les paysans n’ont pas le droit de quitter leurs terres et, en contrepartie, leurs seigneurs ne peuvent pas non plus les en détacher. « Ces mesures apportent aux paysans la certitude du lendemain et garantissent aux grands la main-d’œuvre nécessaire à la mise en valeur de leurs domaines. » Les Andriana établis dans les « menakely » ou « vodivona » partagent avec les Hova certaines obligations envers leurs seigneurs : paiement du « vodihena », « isampangady » (impôt foncier), taxe de « horompotsy » (paille à couvrir les toits). « Mais en fait, les seigneurs qui sont leurs parents, leur font remise gracieuse de ces obligations.» Par ailleurs, poursuit l’historien, sous Andrianam­poinimerina, les mêmes conditions de vie unifient ceux qui peuvent séparer leurs statuts personnels. Néanmoins, les distinctions n’ont pas perdu leur force : entre les divers « statuts » personnels (libres, non libres), les différenciations entre Andriana, Hova, Mainty à l’intérieur de l’ensemble des hommes libres ; la hiérarchisation des couches qui composent chacun des trois groupes d’hommes libres.
Les Andevo, quant à eux, sont des travailleurs agricoles, mais restent dépendants car s’ils disposent d’un lopin de terre à cultiver pour leurs familles, ils doivent avant tout travailler les champs de leurs maitres. Les Hova ou Mainty qui n’ont pas assez de terre ou s’en sont dessaisis, ne sont pas mieux lotis qu’eux, car ils peuvent perdre leurs terres. Pourtant, le paysan pauvre tient à sa qualité d’homme libre et la perte de ses terres devient dramatique « moins au niveau économique qu’à celui des mentalités ». Car réduit à l’esclavage, il retrouve une terre- son maitre ayant intérêt à le voir produire et se reproduire, le dote souvent d’une parcelle-, mais perd sa dignité.
Et Manassé Esoavelomandroso conclut : « Dans ces conditions, Andevo et paysans libres hova, dans le groupe des paysans sans terre ou des travailleurs agricoles, ne constituent pas pour autant la classe exploitée de la paysannerie merina. Comme les titulaires de nombreux lots andriana, hova et mainty ne forment pas non plus la classe exploiteuse. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles