Ida Pfeiffer, touriste autrichienne de passage dans la capitale, est reçue par la reine Ranavalona Ire, en 1857. Son séjour tombe mal, signale Simon Ayache (« Esquisse pour le portrait d’une reine : Ranavalona Ire », revue d’études historiques Hier et Aujourd’hui, N°1 et 2, 1975), car il coïncide avec le moment du célèbre complot, mettant notamment en cause Jean Laborde, Lambert et même son fils, le prince Rakoto.
Dans son Voyage à Madagascar paru en 1860, qui devient célèbre, elle écrit : « Du sang, toujours du sang, la reine considère qu’elle n’a pas gagné sa journée si elle n’a pas ordonné dix ou vingt condamnations à mort… Si le gouvernement n’est pas bientôt renversé, si l’on n’enlève pas le pouvoir des mains de cette mégère, on verra des exécutions et des atrocités horribles… » L’ Histoire de Madagascar d’Alfred et Guillaume Grandidier (1942) reprend, dans un « langage plus étudié », les mêmes accusations. En quelques lignes, commente Simon Ayache, éclatent « tous les préjugés caractéristiques de la littérature historique de l’époque coloniale». C’est-à-dire  le contraste entre Radama Ier, ami des Européens, et son « indigne » épouse, ennemie de la civilisation (lire précédente Note).
Extrait : « Lorsque le sikidy (procédé de divination) avait rendu son arrêt, s’il était fatal, Ranavalona devenait féroce… Le vieux parti merina, nombreux et puissant, qui avait porté Ranavalona au pouvoir et qui n’approuvait pas les innovations de Radama, replongea Madagascar, qui commençait à se civiliser, dans son ancienne barbarie et fit revivre les coutumes idolâtriques, avivant d’une part, la haine de l’étranger et cherchant à se débarrasser des européens dont il redoutait l’influence ; et d’autre part, excitait les clans les uns contre les autres, abrutissant le peuple par l’excès de la servitude et exterminant quiconque faisait montre d’énergie et de courage. Son premier acte fut de faire annuler par la reine le traité avec l’Angleterre. »
Simon Ayache énumère alors les écrivains et historiens, protestants et catholiques. D’après lui, dès 1838, W. Ellis inaugure la lignée des historiens et écrivains protestants, « représentée du côté français par G.S. Chapus et G. Mondain ». L’Histoire de Mada­gascar du missionnaire protestant « pose nettement le problème du règne de Ranavalona en termes de relations politiques et culturelles, avec l’Europe ». À la mort de Radama, mentionne-t-il, « beaucoup, en vérité, semblait dépendre du choix du successeur. Non seulement la paix intérieure du pays, mais aussi la poursuite ou l’abandon de tous les projets de Radama entrepris pour le progrès de son peuple. Et les membres de la Mission n’étaient pas les moins intéressés à une telle décision… »
Poursuivant son analyse, Simon Ayache précise que si les successeurs français d’Ellis reprennent plus tard toutes ses thèses, dans un style d’histoire coloniale qui les rapproche plutôt de Grandidider, les auteurs malgaches utilisent son « Histoire» ou s’en inspirent dans un tout autre esprit. « Leurs jugements aussi sévères expriment, cependant, des sentiments plus profonds, une idéologie  de caractère ‘national’ qui leur donnent une autre valeur. » Car ils apprécient le règne de Ranavalona dans l’évolution morale et religieuse de l’Imerina et du point de vue de leurs convictions, « sans condamner en bloc tous ses choix politiques ».
Ainsi de Raombana qui, le premier, exprime la tradition aristocratique et protestante de l’histoire culturelle du XIXe siècle. Bien qu’il n’ait pas connu le livre d’Ellis, introduit dans l’ile vers 1863, « sa formation anglaise, acquise en Angleterre pendant huit ans, lui fait partager des sentiments semblables. Son éducation chrétienne lui donne une nouvelle vision du monde et des hommes, lui inspire le respect profond de la liberté des nations. « Il félicite sans ambages sa souveraine pour la lutte menée contre les ambitions coloniales de l’Europe au nom de l’indépendance nationale. Mais il ne lui pardonne pas le « néfaste gouvernement sous lequel gémit » le peuple malgache, « car authentique gouvernement absolu » qui inflige souvent la mort « pour des fautes minimes ».
Car mises à part la dureté d’une telle justice et l’aveugle foi en d’aveugles idoles, précise Simon Ayache, Raombana lui fait âprement grief de l’inutile cruauté des guerres intérieures, exterminatrices aussi bien pour les Merina que pour les provinciaux. « Il m’est douloureux de rapporter ici que j’ai vu récemment (1853) deux provinces, jadis très populeuses, aujourd’hui totalement dépeuplées par la guerre et par la cupidité des officiers de garnison… dans ces pays, rien ne prospère sinon les chiens… »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra