Dans une de nos anciennes Notes, il a été question de deux catégories d’Andriana, Nobles, à Madagascar. La première détient un « menakely » ou un « vodivona », la deuxième n’en a pas. Les deux termes, « menakely » et « vodivona », rappelons-le, désignent une seigneurie mais, précise Manassé Esoavelomandroso (« À propos des groupes paysans en Imerina, 1794-1810 », revue historique Omaly sy Anio, deuxième semestre 1982), tandis que le « menakely » se transmet de père en fils, le « vodivona » est attribué à titre viager (échanges oraux de l’historien avec Jean Pierre Domenichini, 9 avril 1980).
De ce fait, il existe aussi deux catégories de gens libres, la première est constituée par les Hova et les Mainty enin-dreny qui vivent dans les « menakely » ou les « vodivona », la deuxième est formée par ceux qui habitent dans les
« menabe », domaines royaux ou terres de la couronne. Dans le premier cas, le paysan est en théorie libre, car il n’est pas l’esclave du seigneur, mais en pratique, il est attaché à la terre « qu’il ne peut quitter sous peine de perdre ses cultures, sa maison et le droit d’être enseveli dans le tombeau ancestral, ce qui représente une sanction extrêmement sévère ».
Il est donc un « demi-libre » alors que le paysan du « menabe » peut se déplacer librement et choisir comme il l’entend sa ou ses occupations autres que l’agriculture, à une seule condition : celle de payer les impôts et de remplir les devoirs relatifs à la possession d’une rizière ou d’un «hetra».
À côté de la notion de liberté, le régime des terres représente un autre critère de différenciation des groupes paysans. Manassé Esoavelo­mandroso note que pour consolider son œuvre de réunification, de l’Imerina, Andrianam­poinimerina fait procéder à l’intérieur de chaque « toko » ou district (lire précédente Note) à la répartition des terres entre les
communautés territoriales ou les clans, et à l’intérieur de chaque communauté, entre les habitants. L’objectif étant de consolider son œuvre de réunification de l’Imerina.
L’auteur détaille que, dans l’Imerina enin-toko, les terres de rizières sont partagées en 73 000 parcelles individuelles ou « hetra » (Boiteau, 1974). Ces lots sont attribués à autant d’hommes valides choisis comme guerriers et qui sont des sujets libres. « Pour le roi, ces hetra doivent permettre à ses sujets d’assurer leur subsistance et de se racheter. » Ils peuvent, en outre, y construire leurs tombeaux.
En principe, donc, tous les hommes valides sont dotés de rizières, dont chacune d’environ 75 à 80 ares, est suffisante pour nourrir une famille. « Mais il semble qu’il faille entendre par hommes valides, d’une part, ceux qui sont pères de famille et, d’autre part, ceux qui sont aptes à fonder un foyer. Dans ces conditions, certaines grandes familles dont les membres valides sont nombreux, ont pu obtenir plusieurs hetra. »
Andrianampoinimerina recommande aussi aux collectivités de donner des rizières à des sujets sans fortune afin qu’ils puissent le servir. « Si un homme a l’air capable d’exploiter une rizière, on la lui fera exploiter (…) de peur qu’il n’ait pas les moyens de s’employer à mon service » (Tantara ny Andriana eto Madagascar, RP. Callet). Bref, chaque famille est censée pouvoir subvenir à ses propres besoins, d’autant plus qu’elle « peut disposer librement des forêts qui restent indivisées ainsi que défricher les coteaux ou tanety et les marais non aménagés en rizières ».
Cependant, explique Manassé Esoavelo­mandroso, cette image d’une paysannerie égalitaire est quelque peu faussée par l’existence de certaines catégories de terres. En effet, à l’intérieur des terres attribuées aux collectivités, des paysans, dans la mesure de leurs forces ou de la main-d’œuvre familiale dont ils disposent, mettent en valeur des coteaux qui font, dès lors, l’objet d’une appropriation de fait. À côté de ces « terres mises en valeur », existent des « terres héritées défrichées par le père et la mère » (tany solompangady ny ray aman-dreny) car les parents peuvent transmettre à leurs enfants les coteaux qu’ils peuvent défricher et aménager. Enfin, il y a les lots achetés dans l’Anativola, au Nord de l’Imerina, qui ne sont pas divisés en « hetra ». Elles peuvent être vendues à des tiers.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles