Pendant que le gouverneur général Garbit essaie de se justifier à Paris sur l’utilisation de la réquisition et du très bas salaire de la main-d’œuvre, dans les concessions de la côte Est centrale (Vatomandry, Mahanoro, Mananjary), son intérimaire, Brunet, par « une circulaire non officielle » du 13 octobre 1923, rappelle que les chefs de circonscription « seront jugés sur les collaborations effectives qu’ils apporteront à la colonisation ».
Selon Jean Fremigacci (lire précédente Note), le langage est suffisamment clair pour que, dès la récolte de café suivante, les colons de Vatomandry demandent et obtiennent ce qu’il leur faut. Il en est de même à Mananjary, en 1925-1926, en dehors de tout cadre légal. Puis, un « flottement » de l’administration est observé. « Il faut la justification des cyclones pour relancer en 1928 puis en 1930, une pratique qui contredit trop le libéralisme officiel du gouverneur général Olivier. »
Le rapport politique de 1934 suggère qu’une certaine intervention administrative continue dans la région de Mananjary. Dans celle de Vatomandry, la réquisition tend à reculer nettement. Réclamée par les colons en janvier 1930, elle est refusée par le chef de la province qui répond que « les règlements ne l’y autorisent pas ». Puis elle est rétablie par un  nouvel administrateur qui doit céder aux
instances de son chef de région, venu à Vatomandry pour organiser « la mobilisation de la main-d’œuvre pour les produits du sol ». Il est toutefois précisé que « l’aide administrative ne peut aller qu’à l’exploitant qui aide lui-même l’administration ». Bref, la réquisition est utilisée contre le système corvéen et semble fonctionner sans heurts, en 1930-1931.
Mais en 1932, c’est au tour du chef de la région d’être réticent, aussi les colons s’adressent-ils au gouverneur général. Mais ce dernier refuse de s’engager d’autant qu’il vient de suspendre la réquisition pour les chantiers publics. La question revient devant l’administration locale et en 1933, le chef de district promet de « faire son possible, dans la mesure de ses moyens limités ». Mais ce que les colons ne comprennent pas, explique Jean Fremigaccci, c’est que l’administration a de plus en plus de bonnes raisons de se désengager.
La première et la plus ancienne est le fait que la réquisition bloque le développement normal du salariat car, d’après l’administration, lorsqu’elle est convenablement payée, la main-d’œuvre est suffisante. « Les colons asiatiques ou malgaches qui ne peuvent pratiquer les méthodes féodales des Européens, en trouvent facilement, ce sont eux qui ont le plus grand nombre d’engagés par contrat et qui paient le mieux. »
De plus, les Asiatiques ne provoquent jamais  de réclamations pour « détournement de main-d’œuvre », ni aucun grief des populations ou de l’administration dont ils ne sollicitent pas l’aide après les cyclones. « Les colons européens pourraient obtenir les mêmes résultats, mais ils ne les ont pas parce qu’ils se désintéressent de la question », conclut le chef de la province de Mananjary. Son collègue de Vatomandry, en 1929, est beaucoup plus sévère concernant la réquisition et les colons.
Ces derniers choisissent en 1924, « de lutter pied à pied  contre tout relèvement des salaires ». Une autre résistance se manifeste en 1926-1927 quand l’administration porte un nouveau salaire minimum à Mananjary. Mais comme le prix du riz, aliment de base des Malgaches, a doublé depuis 1924, « ce n’était guère qu’un rattrapage ». Et au cours le plus bas du café à l’époque, « ce salaire équivalait à une demi-livre de café vert ».
En 1928, les colons de Vatomandry s’opposent à leur tour à un nouveau relèvement du salaire minimal « en reprenant l’éloge d’un système corvéen qui donnait déjà d’évidents signes de craquements ». Toutefois, la situation y est moins défavorable à la main-d’œuvre et pour certains, leur salaire dépasse le taux offert par les chantiers publics à leurs volontaires, tandis que d’autres  voient leurs salaires complétés par du riz. Beaucoup d’exploitants en font de même, la même année, à Mahanoro. Mais ce qui étonne l’administration, « c’est qu’à ce prix-là, on puisse encore trouver de la main-d’œuvre ». Et tandis que le salaire, en général, stagne, « les facteurs de crise du système corvéen et du salariat s’étaient considérablement aggravés ».

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles