ET si nous revenons sur la première apparition de la peste dans la capitale et la réaction des Merina au phénomène d’endémie sur
les Hautes-Terres centrales ? Les Notes, du samedi 2 au jeudi 7 septembre, en ont déjà parlé, en présentant l’étude de Faranirina V. Esoavelo­mandroso (1980). L’historienne commence par les définitions et précisions données par le Dr Coulanges, alors directeur de l’Institut Pasteur de Madagascar, sur la maladie.
Celle-ci se présente chez l’homme sous deux aspects bien que déterminée par le même germe, explique-t-il. La première est la forme bubonique quand le virus pénètre par la voie cutanée. « Elle est transmise par la piqûre des puces infectantes, généralement celles du rat (à Madagascar, le seul rongeur en cause est le Rattus rattus) et ne peut se propager que par l’intermédiaire des ectoparasites.» La deuxième forme est la peste pulmonaire quand il y pénètre directement par les voies respiratoires. « C’est le fait de la contagion directe interhumaine et les insectes n’y participent en aucune façon. »
En général, poursuit le Dr Coulanges, la peste a un caractère essentiellement rural, mais en juillet 1921, l’épidémie éclate dans la capitale (comme aujourd’hui). Ainsi, à partir de 1921, « les Merina se trouvent confrontés à une maladie nouvelle et implacable qui les gêne dans leurs coutumes », précise l’historienne. Et « la terreur de la peste, la crainte du châtiment des ancêtres, le poids des traditions se conjuguent pour créer une psychose collective », ajoute-t-elle.
Dans cette ambiance de terreur et « dans le contexte précis de la colonisation » (inégalités, oppression), l’idée d’une maladie inventée par l’administration française « pour renforcer sa domination sur les indigènes » s’impose assez vite dans l’esprit des Merina. Cette crédulité mise à part, Faranirina V. Esoavelomandroso rappelle l’espoir pour ces derniers « de pouvoir acheter un bon diagnostic ». Car ils pensent que si la peste existe- « ce dont les Malgaches ne sont pas convaincus »- la maladie ne peut être dangereuse étant donné « la comédie des mesures prophylactiques » (Paul Dussac dans le journal d’opposition « Nation Malgache »).
C’est pourquoi, indique l’historienne, si l’une des raisons officielles de leur présence dans l’ile est d’assurer le bien-être des indigènes par une « politique sociale » efficace, « la lutte antipesteuse reflète les incohérences, le caractère arbitraire et les limites de l’action médicale et sanitaire ». Bref, « vivant dans une société fondamentalement inégalitaire, les Malgaches ne manquent pas d’interpréter certaines mesures prophylactiques légitimes comme des prétextes saisis par le pouvoir colonial pour mieux leur faire sentir leur entière sujétion ».
Et, poursuit l’historienne, les dispositions prophylactiques relatives à la peste rendent encore plus pesant le contrôle exercé sur les Malgaches par les autorités coloniales. Cela se traduit ainsi : « Accompagnés d’agents de police européens, représentant l’autorité supérieure, mpiadidy et gouverneurs indigènes contribuent au dépistage de la maladie et reçoivent l’ordre de parcourir leurs quartiers respectifs, questionner les habitants, visiter les maisons et signaler aux médecins toutes celles où se trouvent des malades ainsi que tous les décès qui leur paraissent suspects. » Contrôle qui porte atteinte à « l’intimité familiale » !
Les déplacements sont aussi étroitement surveillés et des miliciens assurent la garde du cordon sanitaire qui entoure les centres importants. Parlant de celui  établi autour d’Antananarivo, Emmanuel Razafindrakoto (leader nationaliste communiste qui, à l’époque, a
environ 15 ans) compare la capitale à « une ville assiégée » (atao fahirano) tenue par des soldats « sénégalais » (« la terreur des Malgaches de l’époque coloniale ») armés, prêts à tirer sur les « évadés » de la zone contaminée. Il en arrive même à voir dans cette mesure « une volonté des colonisateurs d’empêcher les contacts entre Malgaches ». Aussi exagérée que soit cette opinion, en tout cas des condamnations sévères et arbitraires (« de quelques mois de prison à des années de travaux forcés ») sinon la répression immédiate frappent ceux qui tentent de sortir clandestinement de la zone contaminée.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles