Dès la première moitié du XVIIe siècle et bien avant sa fondation, la ville d’Antananarivo comporte des maisons en bois, laisse à penser Christian G. Mantaux, dans son article sur Tananarive d’autrefois, Antananarivo fahizay, en 1970. Ce sont des cases dont les murs sont faits de planches ou de madriers.
« Déjà avec Andrianjaka (mort vers 1665), les premières fortifications s’étaient édifiées. Le Rova s’était clos de palissades et de fossés… Un habitat de bois à toit de herana s’était bâti entre les limites très étroites des à-pics et des fossés de protection (…) Sous Andriamasinavalona (1680-1730 ?), les maisons de bois s’étaient faites plus nombreuses autour du Rova et même immédiatement hors des murs. L’architecture était la même, maisons de madriers et toits très pentus couverts de chaume. »
Christian Mantaux poursuit : « Le mode de construction jusqu’en 1820, reste identique tant par la forme que par le matériau sur un modèle à peu près semblable. Mais la conséquence du resserrement de cet habitat et de son composant qui est le bois, est de fréquents incendies comme celui de 1816 qui détruisit une grande partie de la ville haute, lors de l’arrivée de Lesage. » Ce dernier étant l’envoyé du gouverneur de Maurice, Robert Farquhar, auprès de Radama Ier.
Un autre incendie réduit en cendres, en 1826, le palais en bois déjà presque achevé que le Français Gros était en train de construire à Soanierana pour Radama avec quinze maisons du voisinage. Christian Mantaux assure qu’il ne fait aucun doute qu’Antananarivo avait la plupart de ses maisons en bois.
Et de préciser : « Avec l’avènement de Ranavalona II (1868), une très importante décision royale va libérer la ville de son obligation datant d’Andrianampoinimerina, de construire des maisons uniquement en bois. Cette reine, en même temps qu’elle devient chrétienne, décide de faire construire un temple dans l’enceinte du Rova, mais pour cela il faut lever l’interdit sur l’habitat. La pierre et la brique vont transformer radicalement l’aspect de la ville en quelques décennies. L’habitat traditionnel disparait rapidement au profit des nouveaux venus, la pierre et la brique. Mais quel genre d’habitat va remplacer celui en bois construit depuis plus de quatre cents ans ? »
Pourtant, dans les Notes prises par d’Unienville sous la dictée du traitant La salle, ce dernier fait remarquer que « la case du roi est faite en planches. C’est la seule. » Ce qui est fort probable, estime Jean Claude Hébert, car dès avant 1800, l’Imerina est entièrement dépourvu de forêt. Il repose à nouveau la question :
« Où donc la population qui était très nombreuse- tous les auteurs s’accordent à le dire- aurait-elle pu s’approvisionner en bois pour ses constructions ? » La réponse vient de La Salle : « Le roi des Hova a fait une case en planches faites à la hache et tirées de la forêt que l’on traverse pour se rendre chez lui, en partant de la côte Est. »
Pour J.-C. Hébert, avant 1800, aucune maison d’Antananarivo n’est construite en planches. Seuls sans doute les trois poteaux corniers de la charpente le sont. En effet, au début du règne d’Andrianampoinimerina, la scie et le passe-partout sont inconnus en Imerina. Comme le souligne La Salle, il faut dégrossir les troncs à la hache pour en faire des planches, ce qui n’est pas un mince travail! « On conçoit que seul le roi ait pu se permettre cette fantaisie », commente J.-C. Hébert.
Les traditions merina semblent confirmer son privilège régalien à utiliser seul le bois de construction. Les Tantara ny Andriana eto Madagascar du R.P.Callet, sont formels en ce qui concerne Ambohimanga, la Ville Sacrée. Le roi défend de couper les arbres de la forêt et même ce qui est presque impensable, de ramasser le bois mort.
« Je vous charge (vous les gens d’Ambohi­manga) de veiller sur la forêt : ce n’est pas seulement le désir d’avoir une montagne couverte de forêt qui m’y pousse, mais Dieu a béni la forêt pour qu’elle soit la gloire du pays. Que celui qui coupe les arbres de ma forêt soit coupé par Dieu. Il est défendu de ramasser du bois à brûler dans la forêt, de couper les arbres de la forêt, seul le souverain peut le faire ; dans le cas où les serviteurs du palais ne peuvent pas trouver de bois à brûler, alors je fais ramasser le bois mort… N’oubliez jamais cette recommandation. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnels