«Journalistes, politiciens, entre 1945 et 1956, la distinction est souvent difficile surtout pour ceux qui militent pour l’indépendance. » L’historienne Lucile Rabearimanana écrit plusieurs textes sur la presse malgache dans différentes revues. C’est ainsi qu’elle développe le cas des « journalistes autonomistes » tananariviens de 1945 à 1956 » (Omaly sy anio de janvier-juin 1982). Elle introduit son étude sur l’éveil des peuples colonisés à la vie politique de leur pays, au lendemain de la Seconde guerre mondiale.
Dans les colonies françaises comme Madagascar, les premiers partis politiques se créent à partir de 1946, à l’occasion des
élections législatives. « Ils sont aidés par une presse débordante d’activité, qui pénètre partout où elle peut, pour sensibiliser les autochtones aux problèmes surtout politiques. » Mais, spécifie l’historienne, le rôle de cette presse se trouve encore accru lorsque, après l’insurrection de 1947, « les partis sont soit dissous soit pratiquement réduits au silence et que la répression s’abat sur les politiciens ».
Toutefois, les journalistes nationalistes poursuivent leurs revendications de l’indépendance « contre vents et marées ». Leurs journaux constituent presque les seules structures de lutte du nationalisme et ils sont « les porte-parole de mouvement et contribuent à la formation politique des autochtones, dont la plupart ont beaucoup à apprendre dans ce domaine».  Bref, jusqu’en 1956, année d’application de la loi-cadre, les journalistes nationalistes se trouvent au premier plan sur la scène politique de la capitale, voire du pays.
Ils assument un rôle difficile à remplir à une période encore proche de l’insurrection où « les auteurs de toute activité anticoloniale sont inlassablement poursuivis par l’Adminis­tration ».
D’après l’historienne, il s’agit surtout de politiciens, mais sous la pression des évènements au lendemain de l’insurrection, pour pouvoir militer et s’exprimer, ils deviennent journalistes. Et ils ont des points communs. Par leur origine commune et la formation reçue, d’une part, « ils forment un groupe social homogène ». D’autre part, l’idéologie globale qu’ils développent et diffusent, montre aussi leur appartenance à un groupe commun qui recherche « le statut d’État libre au sein de l’Union française pour Madagascar ».
Ils sont donc attachés à la civilisation française, contre le communisme. Toutefois, l’auteure précise que dans son étude, elle occulte volontairement le groupe des journalistes communisants de « Fraternité-Fihavanana », « Tenimiera », « Lalam-baovao », « Imongo Vaovao ».
À l’époque, les journalistes qui forment la rédaction des quotidiens et des hebdomadaires les plus répandus (Fandrosoam-baovao,
Fahaleovantena, Gazetin’ny Malagasy, Malagasy Vaovao, Antson’ny Nosy, Maresaka, Kintan’i Madagasikara) sont issus de milieux sociaux très restreints. L’historienne cite ainsi Charles Rajoelisolo, un des rédacteurs du Fandrosoam-baovao, le Dr Maurice Andriamampianina et Arsène Ramahazo­manana, respectivement directeur de publication et directeur politique des journaux Fahaleovantena, Gazetin’ny malagasy et Malagasy Vaovao, le Dr Lala Rasamoely, responsable du Kintan’i Madagasikara. Ils sont tous « des descendants de grandes familles aristocratiques de l’ancienne monarchie merina, et comptent aussi parmi leurs aïeux d’illustres intellectuels d’avant la colonisation ».
Les autres ne viennent pas non plus de couches sociales plus modestes en général : ils sont fils de médecins, d’hommes d’affaires ou de fonctionnaires de la capitale et ils sont eux-mêmes intégrés dans les milieux d’affaires. Ces journalistes « autonomistes » appartiennent aux milieux sociaux aisés sinon riches d’Antananarivo. Certains sont de gros commerçants se livrant au trafic de toutes sortes de produits à travers le pays, s’associant parfois à des Français. D’autres sont membres de professions libérales ou médecins, vivant dans l’aisance grâce à la clientèle qu’ils ont pu acquérir.
Lucile Rabearimanana précise que « ces journalistes autonomistes sont des « politiciens nationalistes », aisés dans leur ensemble qui, pour pouvoir mieux s’exprimer et influencer le public, s’adonnent au journalisme avec tous les risques que cela comporte pour eux.

Texte : Pela Ravalitera - Photo: Archives personnelles