Dans l’une de nos précédentes parutions, les Notes ont fait part d’une étude de David Rasamuel sur les Déportés  en Imerina au XIXe siècle  (revue d’études historiques Omaly sy Anio, premier semestre 1982). Pour ce faire, outre les ouvrages de nombreux écrivains, il se base aussi sur les renseignements fournis par deux informateurs, une femme et un homme.
Descendante d’une déportée qui a vécu l’histoire des « gadra­lava » (condamnés aux fers) ou des « mpanompo » (serfs), la première tient directement son récit de sa mère, enlevée à l’âge de 10 ans environ. « En train de pêcher à la nasse, elle a été capturée. Puis, elle a été gardée avec d’autres femmes au fort d’Ikalamavony. » C’est là qu’elle grandit et a son premier enfant, avant d’être transférée comme « gadralava » dans une « concession » du gouverneur d’Ikalamavony, en Imerina.
C’est à partir du témoignage transmis par cette mère à sa fille, que David Rasamuel « essaie » de reconstituer l’histoire de ces déportés betsileo en Imerina. Ce sont « des personnes capturées… alors qu’elles assurent la garde des troupeaux dans les champs… les petits enfants pêchent à la nasse, on les appelle, ils s’approchent et on les emmène. » D’après l’auteur, ce n’est pas un cas unique : « D’autres enfants et adolescents disparaissent de cette façon au XIXe siècle. » Le rapt est, sans doute, une pratique courante à l’époque, car l’on a rapporté aussi le cas analogue d’une petite fille originaire d’Ambohimanganiovana qui jouait dans les champs. Elle fut enlevée et ramenée dans le «Voromahery».
La « capture de personnes » étant réelle, qui en sont les responsables ? L’informatrice de David Rasamuel estime que l’initiative de ces rapts vient du gouverneur, car «les victimes lui obéissent puisqu’il est le gouverneur ». L’auteur, pourtant, n’est pas tout à fait convaincu qu’il soit responsable ou complice de ces trafiquants d’esclaves, mais en tout cas, le gouverneur et ses collaborateurs tolèrent cette pratique « puisqu’ils en achètent le produit ».
Dans certains cas, comme le mentionne Decary en 1958, il ne s’agit plus de simples captures, mais de véritables razzias. Les
villages sont attaqués le soir, les habitants et leurs biens enlevés. Et parmi ces villageois, se trouvent des femmes et des enfants. Mais, comme l’indique Domenichini en 1961, « les pillards… avaient des appuis et des alliés parmi les fonctionnaires merina ou betsileo ». Il est, de ce fait, difficile de concevoir que les grands du fort d’Ikalamavony ne bénéficient pas du butin provenant de ces razzias. Un moyen pour le gouverneur d’acquérir une main-d’œuvre particulière.
Toujours d’après l’informatrice de David Rasamuel, le gouverneur rassemble les esclaves, condamnés de droit commun, prisonniers de guerre et captifs. Ils sont enfermés ensemble dans une cellule en attendant leur « déportation ». Là, « les gadralava vivaient dans un local comparable à un garage… on les gardait là comme on élevait des poules ». Quand leur nombre est assez important, les « gadralava » sont confiés à des officiers et des soldats chargés de les accompagner jusqu’en Imerina. Les déportés, reliés les uns aux autres, voyagent de nuit et le jour, ils se cachent ou, plus exactement, on les oblige à se cacher : « C’était la nuit, reconnait notre mère, que nous étions emmenés, et le jour, on se cachait… s’il n’y avait rien pour nous relier, comment serions-nous arrivés jusqu’ici ? »
David Rasamuel signale que c’est dans les même conditions que les Bara déportent les Betsileo faits prisonniers au cours de leurs razzias et destinés à la vente en pays sakalava, en 1893, « à une époque où le trafic d’esclaves est déjà interdit dans le Royaume de Madagascar» (Ralaimongo). Et Domenichini de préciser : « Les prisonniers sont attachés avec une corde aux mains et au cou… Les personnes sont entravées et conduites par des marches nocturnes jusqu’à la caverne de la forêt d’Imaina… »
L’auteur pense alors que le gouverneur et ses émissaires se trouvent « dans une situation d’irrégularité » pour agir ainsi afin d’échapper aux éventuels dénonciateurs. À moins que ces marches nocturnes ne soient destinées qu’à dérouter les gadralava  pour qu’ils ne puissent pas repérer l’itinéraire suivi, ni le reprendre en cas d’évasion.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles