Alors que l’Administration  s’efforce «d’équilibrer » le salaire de la main-d’œuvre agricole avec son pouvoir d’achat sur la côte Est centrale, les colons « persistent dans les pratiques féodales ». Pourtant, écrit Jean Fremigacci (lire précédentes Notes), il est trouvé que la productivité de la main-d’œuvre reste très basse sur les concessions européennes. Inférieure même à celle des concessions merina et asiatiques où les conditions d’un salariat normal se réalisent. Ce qui amène le chef de la province de Mananjary à affirmer, en 1924, qu’il n’y a pas de crise de main-d’œuvre, « mais une main-d’œuvre mal employée et mal payée ».
Les colons, satisfaits de cet état de chose en 1926-1927, alors qu’ils espèrent encore étendre leurs fiefs, ne commencent à réagir que devant la raréfaction de la main-d’œuvre. De surcroit, le sous-emploi et l’extrême faiblesse du salaire, créent « les conditions d’un développement de la culture du café par les populations elles-mêmes ». Mouvement qui prend de l’ampleur avec le « renfort » d’autres groupes.
Selon Jean Fremigacci, ce sont d’abord les employés des colons qui profitent de l’impunité relative vis-à-vis des chefs de village et de canton, pour planter sans titre sur les terrains domaniaux. Ils « justifient en même temps la provenance du café qu’ils volent à leur employeur ». Les communautés villageoises proches des concessions, voient dans une culture arbustive permanente, au surplus facile, un moyen de se prémunir contre l’accaparement de leurs terres par les colons. Or, en 1923, elles se tournent encore vers  les cultures vivrières.
C’est à partir de 1924 que « la conversion au café est brutale ». Boom qui durera jusqu’en 1929, puis de nouveau après 1931, et « coïncidant avec le relâchement de la réquisition et la répression des excès du système corvéen.» C’est la cause essentielle de la raréfaction de la main-d’œuvre qui, d’année en année, s’aggravera désormais. Cela s’accompagnera entre colons et l’administration de conflits « dont l’enjeu réel est le contrôle de la population » car le féodalisme colon n’a pas que des aspects économiques.
« Mais leur combat politique, les colons le perdent également dans les années 1930. »
D’après l’auteur de l’étude, au départ, ils ont une vision simple : « L’ensemble du territoire du ressort de leur Chambre de commerce est considéré comme une immense concession où l’administration doit être à leur service. » La loi précise que le territoire doit être préservé, d’abord, de toute amputation, comme le montre le conflit entre colons de Mananjary et d’Ambositra, « lorsque ces derniers demandent le rattachement à leur province, du district d’Ambohimanga du Sud.» Ensuite, de toute diminution de statut : les colons de Vatomandry, après une campagne acharnée en 1924-1925, obtiennent le rétablissement de leur province supprimée en 1921, « parce qu’eux-mêmes l’avaient rendue ingouvernable ». Par la suite, ces revendications ne rencontrent que des échecs. Ainsi, les colons de Manan­jary, mécontents de la réforme de 1927, demandent, à plusieurs reprises mais en vain,  l’érection de leur ville en commune autonome, ce que les autorités hiérarchiques refusent pour ne pas augmenter les charges fiscales qui pèsent sur la population.
En parallèle, une nouvelle réglementation des Chambres de commerce vient rabaisser celle de Vatomandry au rang de simple
commission consultative rattachée à Toamasina. En 1932 surtout, les deux centres se voient ramener au statut de chef-lieu de district. « Avec leur chef de province, ils perdaient le fonctionnaire qui détenait des pouvoirs étendus et avait pour mission d’aider la colonisation, par opposition au chef de district dont le rôle, politique avant tout, était de tenir en main les populations.  Cette réforme administrative fait même, un moment, perdre à Mananjary sa représentation aux délégations financières de Tananarive. »
Enfin, en 1934, la justice de paix à compétence étendue de Mananjary est supprimée. Pourtant, elle a fait l’affaire des colons dans les circonstances les plus variées, telles l’enregistrement de reconnaissances de dettes malgaches. Faute de pouvoir y affecter un magistrat de carrière, l’autorité supérieure supprime ce ressort. Bref les colons sont affaiblis comme groupe de pression et perdent leurs possibilités de pression sur l’administration locale. Et sur le terrain, « leur comportement contradictoire, consistant à solliciter constamment l’administration tout en sapant son pouvoir, finit par les disqualifier ».

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles