Une nouvelle tendance fait son chemin entre les piles de papiers et d’objets inutiles amassés au fil des existences. On parle aussi  de Zéro déchet ou vivre sans poubelle. Et si le minimalisme est, en fait, la définition d’une vie simple?

«Je crois qu’il est possible d’être efficace dans la vie quotidienne, tout en avançant dans ses projets personnels et en n’oubliant pas de passer le maximum de temps avec sa famille », explique Mino, « maman de trois enfants, vivant en région parisienne et travaillant chez Adobe » comme elle se décrit sur son blog. Pour cette adepte du minimalisme, convertie à cette mode de vie depuis 2010, « l’équation paraît simple : moins on a d’objets inutiles, moins on a de désordre, et moins on passe du temps pour le ménage et l’entretien, ce qui fait qu’on aura plus de temps pour les projets qui nous tiennent vraiment à cœur et pour notre famille ».
À des milliers de kilomètres de Paris, en plein cœur de la capitale malgache, Nirina a ce problème qui est connu de toutes les personnes face au dilemme de leur quotidien : « Trop de choses non utilisées, non optimisées et donc inutiles » Mais c’est un entassement d’objets, de vêtements et de papiers « qui est dû au mode de vie actuel. On peut avoir des vêtements et des souliers pour pas chers, en achetant aux friperies ou aux boutiques d’importations chinoises. On a aussi tendance à garder des années de vieux objets abîmés, comme un fer à repasser, un vieux poste radio, des draps qu’on n’utilise plus, les vélos des enfants aujourd’hui devenus adultes… »

Le minimalisme a cinq principes : trier, ranger, nettoyer, standardiser et maintenir.

Le minimalisme a cinq principes : trier, ranger, nettoyer, standardiser et maintenir.

Garder le nécessaire
« L’idée générale est d’adopter l’habitude de ne pas encombrer la maison, en particulier si on vit dans un espace réduit comme le sont, par exemple, les appartements d’Antananarivo où l’on vit à plusieurs dans à peine deux ou trois pièces », explique Mialy, 36 ans, nouvelle venue dans le monde minimaliste. Mais le concept, s’il n’a pas de définition officielle, peut toucher divers domaines de la vie : « Le concept du minimalisme consiste à déterminer ce qui est nécessaire dans la vie et, par conséquent, se libérer de ce qui est superflu. Par superflu, on parle des objets, mais aussi des habitudes, des états d’esprit qui encombrent le quotidien. »
Le minimalisme se base en général sur cinq principes : trier, ranger, nettoyer, standardiser et maintenir. Trier, est donc la première étape et il est nécessaire dans un contexte où l’accumulation de choses inutiles est devenue très facile. « D’abord, il s’agit de freiner l’achat de choses inutiles qui n’ont de finalité que d’encombrer le sac, les buffets et les armoires. Une fois cette habitude ralentie, il est question de faire un inventaire de ce qui se trouve dans chaque pièce et chaque rangement, et de se questionner à propos de l’objet », souligne Mialy. « La plupart du temps, l’on aura toute une liste  de bibelots, de vêtements et de chaussures qui ne sont plus utilisés depuis des années. » Les objets gardés seront rangés et les objets inutilisés pourront être donnés pour l’usage d’autrui ou pour être recyclés.
Vient l’étape du rangement qui est cruciale pour maintenir l’environnement en ordre. Une étape qui inspire plusieurs techniques, voire même une certaine philosophie de vie. La japonaise Marie Kondo est considérée comme la papesse du rangement. La méthode KonMari, du nom de Marie Kondo, consiste en un rangement radical : tout ranger d’un seul coup, ne garder qu’entre le tiers et le quart de ce que l’on possède au départ, ne garder que les objets qui inspirent de la sérénité, ranger ce qui reste par catégorie. « Le principe consiste à éviter l’effet de rebond où les choses reprennent le territoire rapidement. Il faut réfléchir une bonne fois pour toutes aux emplacements choisis, afin que les objets soient rangés de manière intelligente. Cette réflexion facilite plus tard le nettoyage quotidien, standardise les formes de rangement et rend l’environnement plus clair. »

La garde-robe minimaliste : moins d’habits, mieux habillés

On l’appelle aussi la garde-robe capsule. Il s’agit de ne garder que quelques pièces dans sa penderie de façon à n’avoir que l’essentiel selon les saisons, selon les évènements et selon le cadre professionnel de la personne. La technique consiste, une fois le style vestimentaire défini, à ne garder que deux sortes de pièces : les basiques indémodables et faciles à porter en toutes circonstances, et quelques vêtements accessoires qui les accompagnent. La matière doit être de qualité afin qu’elle dure et garde toute son allure au fil du temps. La garde-robe capsule compte entre une quinzaine et une petite vingtaine de pièces, sans excès, fruits d’un tri et d’un inventaire scrupuleux. Chaque pièce s’accorde les unes aux autres, de façon à créer  facilement une tenue cohérente. Un défi qui semble inaccessible en cette époque où l’achat de vêtements à petits prix est à la portée d’un clic sur les réseaux sociaux et où les étals de friperie s’entassent d’un quartier à un autre. Mais comme on dit, qui peut le plus, peut le moins.

Plier et rouler un vêtement pour  en prendre soin, un principe du KonMari. (Photo sur Instagram de Marie Kondo)

Plier et rouler un vêtement pour en prendre soin, un principe du KonMari. (Photo sur Instagram de Marie Kondo)

Vivre serein : prendre soin de ses objets 

La méthode KonMari de Marie Kondo qui, en 2001, a publié un best seller baptisé « La Magie du rangement » chez First Editions, se base sur le soin que l’on porte aux objets que l’on possède. Ainsi, il s’agit de choisir de garder un objet parce qu’on apprécie les bienfaits de le posséder et donc, que l’on mesure l’importance de les garder en les rangeant correctement.
La méthode KonMari initie à une certaine forme de pliage de vêtements afin de ne pas froisser le tissu, tout en gagnant de l’espace. Pour cela, disposer, par exemple, un t-shirt à plat, replier chacun des côtés vers le milieu, rabattre les manches pour qu’elles ne dépassent pas et plier le vêtement de telle sorte que l’on obtient un rouleau. Le vêtement ainsi roulé ne se froisse pas et ne prend pas de place dans l’étagère, de sorte qu’il faut un rangement minimaliste pour ranger l’essentiel.

Un bocal de déchet pour un an  de la famille Zéro Déchet sur 

Un bocal de déchet pour un an de la famille Zéro Déchet sur

Zéro Déchet

Zéro déchet ou vivre sans poubelle est une autre tendance qui fait des émules, parmi ceux qui veulent se simplifier la vie. Le principe du zéro déchet consiste à vivre et à consommer en ayant en tête de créer le moins de déchet possible, voire aucun déchet du tout. L’idée semble farfelue, pourtant, l’expérience des adeptes de ce mode de vie a démontré qu’une famille de quatre à six personnes qui pratiquent le principe du zéro déchet, est capable de ne produire au maximum qu’un bocal de déchet pour une année de vie familiale. Le zéro déchet consiste à suivre scrupuleusement cinq pratiques : refuser d’utiliser tout ce qui produit des déchets, réduire l’usage d’objets ou la consommation de produits qui augmentent les déchets, réutiliser ce qui peut l’être, recycler ce qui peut l’être, composter les déchets organiques.

 

Pas de gaspillage
Le mode de vie zéro déchet est donc une manière très radicale et très efficace contre le gaspillage. L’idée exige d’appliquer une discipline drastique et d’accepter certains modes de consommation : acheter en vrac, refuser les emballages à usage unique, recourir à des outils ou produits lavables et réutilisables au quotidien, refuser les échantillons gratuits, consommer localement et même composer soi-même certains produits du quotidien s’ils n’existent pas sans emballages superflus. C’est le cas du shampoing ou de la pâte à dentifrice.

« Maman Minimaliste », aux éditions Idéo.

« Maman Minimaliste », aux éditions Idéo.

« Maman Minimaliste » par Mino Rakotozandriny

Ce livre de la bloggeuse Mino Rakotozandriny est sorti en novembre aux éditions Idéo. « Maman Minimaliste »  donne des tuyaux pour désencombrer et se concentrer sur l’essentiel d’une manière efficace et épanouissante. Pour plus d’idées sur le désencombrement, le rangement et le tri, visitez son blog : http://www.mamanminimaliste.fr

Planter soi même ce que l'on consomme, pour optimiser son espace. On peut cuisiner les épluchures  pour en faire des frites ou de la soupe.

Planter soi même ce que l’on consomme, pour optimiser son espace.

Rien ne se perd, tout se cuisine

Le gaspillage alimentaire est un fléau bien honteux, dans une époque où se nourrir à sa faim n’est pas à la portée de tous. La cuisine sans gaspillage consiste à ne produire aucun déchet dans son alimentation : ne consommer rien qui nécessite un emballage supplémentaire et non réutilisable, utiliser toutes les parties des fruits et légumes, y compris les racines et les épluchures soit en les intégrant dans une recette, soit pour le compostage.  Un procédé bien rigoureux, mais qui permet aux familles de faire des économies et de diversifier les recettes sans gâcher ou gaspiller.
Produire ce que l’on consomme est aussi une alternative possible, en optimisant les outils à disposition si l’on vit dans un espace réduit, avec une véranda ou une petite courette.

On peut cuisiner les épluchures  pour en faire des frites ou de la soupe.

On peut cuisiner les épluchures pour en faire des frites ou de la soupe.

Textes et photos : Mialy Randriamampianina – Marie Kondo