Développé par les Afro-Américains et les Portoricains du sud du Bronx à New-York, à la fin des années 1970, le hip-hop est une « sous-culture » et un mouvement artistique. 

Rado Andrianarisoa a découvert le street  dance grâce à  son cousin venu de l'étranger.  

Rado Andrianarisoa a découvert le street dance grâce à  son cousin venu de l’étranger.  

Les personnes qui ne connaissent pas la culture du hip-hop utilisent souvent cette expression, pour se référer exclusivement à la musique « hip-hop », également appelée « rap ». Le hip-hop se caractérise par quatre à neuf éléments distincts ou des domaines expressifs, dont la musique n’est qu’un élément. Viennent ensuite, le « rapping » également appelé MCing ou emceeing qui un style de rime vocale rythmique, le Djing qui fait de la musique avec des lecteurs de disques et des mixeurs de Dj, le b-boying et le b-girling, du breakdancing qui englobe la danse. Sans oublier l’art des graffitis ou l’art visuel de cette discipline.
D’autres éléments de la « subculture » du hip hop et du mouvement artistique, au-delà des quatre principaux déjà cités, sont constitués par la culture hip-hop et la connaissance historique du mouvement intellectuel et philosophique, le beatboxing. Il s’agit, entre autres, d’un style vocal percuteur, l’entrepreneuriat de rue, la langue afro-américaine et argot, la mode et le style hip-hop.

Dans la rue ou sur une scène, le street dance est toujours spectaculaire. 

Dans la rue ou sur une scène, le street dance est toujours spectaculaire.

Gasy hip-hop

Avec le vent de la mondialisation, Madagascar n’est pas en reste par rapport à cette tendance. Tous les éléments caractéristiques du hip-hop trouvent leur place au sein de la jeunesse de la Grande ile et ont marqué le paysage culturel malgache des dernières décennies. Des structures se sont mises en place pour canaliser cette énergie débordante de nos jeunes sous la fièvre du hip-hop. L’académie de danse K’Art à Antanimena fait partie des établissements qui offrent une opportunité à ceux qui veulent évoluer dans la  danse hip-hop.
Rado Andrianarisoa est le maître de la discipline au sein de K’Art Académie. Fort de ses quinze années d’expérience dans le domaine, il a une bonne quarantaine d’élèves  qui y suivent régulièrement ses cours, les mercredis et les samedis après-midi. « C’est une danse qui ne demande pas de critères spéciaux, seule la motivation compte. Cette discipline évolue avec la nouvelle tendance emmenée par la nouvelle génération. Mais la base old school est nécessaire pour une maîtrise du « street power ».

L5

Street dance

La danse hip hop désigne plusieurs formes de street dance, principalement effectuées dans la musique hip hop et catégorisées dans sa culture. Elle dénombre plusieurs styles tels que le breaking, le locking et le popping créé dans les années 70 et popularisé par les « dance crews » aux États-Unis. Au départ, il s’inspire du titre « Get on the Good Foot » de James Brown en 1972, en assimilant les arts martiaux et la gymnastique. Ce mouvement artistique s’est propagé dans les quatre coins du globe et est devenu une discipline artistique à part entière, dont les jeunes sont les premiers adeptes.

L7

Textes: Ricky Ramanan
Photos: Fournies