La nouvelle technologie s’est incrustée au salon de l’Habitat. Au cours de cet évènement, Orange Madagascar et l’association Techzara avaient organisé un hackaton sur « la maison connectée ». C’était une occasion pour les geeks de démontrer leur talent en vue de rendre plus intelligents les objets banaux utilisés dans la vie quotidienne.

Avec l’essor des nouvelles technologies, il est possible de transformer les objets banaux en objets connectés et plus intelligents. Actuellement, on parle de plus en plus de maison connectée. C’est l’une des raisons qui poussent Techzara et Orange Madagascar à faire sortir des sentiers battus les talents des incubateurs à travers le Hackaton sur de projets informatiques autour de la maison connectée durant ce salon de l’Habitat. La mezzanine du Forello Expo Tanjombato était devenue pendant deux jours le temple des addicts du code informatique et de l’intelligence artificielle.
Des équipes se sont formées avec cinq membres au maximum. Ils ont misé leurs talents accouchés de prototypes de leurs projets. Ceux-ci étaient évalués principalement sur la base de leur originalité. Le candidat est ainsi invité à proposer un concept peu ou pas encore exploité, utilisant des objets connectés. Le caractère innovant s’ajoute à la liste, tout comme l’expérience utilisateur. Un projet qui propose une expérience utilisateur originale avec une bonne navigabilité a eu la cote auprès du jury.
Même s’il s’agissait encore d’un concours, les porteurs de projet devaient tenir compte du côté business. Il doit être exploitable  commercialement. Les concepts et les prototypes sont impérativement réalistes, à la fois techniquement et économiquement. C’était une compétition autour du développement applicatif, collaboratif, de l’intelligence artificielle et de l’électronique.
À l’issue de cette épreuve, le projet « maison 2.0 » est sorti du lot et a remporté le premier prix de ce hackaton. Le deuxième prix est revenu au projet e-fonenana.

Premier prix : Maison 2.0
Connectez-vous à votre maison quand vous voulez, où vous voulez. La « Maison 2.0 » est accessible via internet, le réseau local ou par commande vocale. Comme fonctionnalités automatiques, elle a une caméra de surveillance rotative, une sonnerie à deux lasers en parallèle sortie et entrée, une lumière extérieure avec capteur de luminosité et enfin, un détecteur de mouvement. Mais, elle a également des fonctionnalités manuelles qui permettent d’activer l’alarme par un détecteur de vibrations, d’ouvrir les portes, d’émettre des appels de détresse par ondes radio, et même de gérer une pompe à eau rotative. Le tout est accessible à partir d’un smartphone et d’une programmation de commande à distance via Internet.

MAG2

Deuxième prix : e-fonenana 
Le projet s’intitule e-fonenana. Il a été mené avec amour par une équipe de passionnés issus de différentes institutions mais qui possèdent un même objectif. C’est un système capable d’intégrer et d’interagir facilement et automatiquement avec n’importe quel appareil connecté présent dans la maison. Il tire profit totalement d’internet (météo, notifications, achats, localisation, device tracking, API, etc.). Tout élément mécanique et/ou électronique connecté (porte, fenêtre, lampe, réfrigérateur, …) est contrôlable directement sur l’interface. Le système d’automatisation, et les customisations sont programmables par l’utilisateur via une interface très intuitive. Ce n’est ni un prototype, ni un essai, il est déjà déployable en production. Le tout est accessible via une connexion sécurisée par internet.

Actus – Les mannequins connectés du français Euveka à l’assaut des États-Unis

Son premier modèle n’a pas encore été livré que la start-up française Euveka suscite déjà un vif intérêt du marché américain, attiré par ce mannequin connecté et modulable qui veut détrôner le fameux buste couture des ateliers des créateurs de mode.
Fondatrice et présidente d’Euveka, Audrey-Laure Bergenthal n’a pas froid aux yeux. Ce soir là, sous les clameurs à New York, c’est euphorique qu’elle termine la présentation, en anglais, de son mannequin, très à l’aise en mode « pitch », le passage obligé des jeunes pousses.
« Ici, je peux le dire, en France c’est plus difficile, mais je suis hyper ambitieuse », confie cette trentenaire apprêtée à la longue chevelure. « Je veux que notre société soit internationale », dit-elle.
Les premières livraisons de son mannequin connecté, ajustable à l’infini grâce à des mensurations entrées par ordinateur, ne sont pas prévues avant mars 2018, mais elle voit déjà beaucoup plus loin.
Au moment où la mode rompt de plus en plus ouvertement avec le diktat de la minceur, son modèle peut entrer dans des vêtements allant de la taille 34 au 48.
Gagner du temps, de l’espace, économiser de la matière et personnaliser un modèle, telles sont aussi les promesses des mannequins Euveka.
La start-up avait été sélectionnée parmi les huit du programme French-American Creative Lab, destiné à introduire de jeunes pousses françaises sur le marché américain. Début novembre, elle a ainsi participé à des ateliers à New York et Los Angeles où elle a rencontré des professionnels de son secteur.
Pour sa troisième édition, le Lab, collaboration entre les services culturels de l’ambassade de France et Business France, a choisi de « passer à des start-ups plus matures et plus à même de se développer à l’international », explique Matthieu Fournet, attaché audiovisuel auprès des services culturels de l’ambassade à New York.
Après ce voyage, Audrey-Laure Bergenthal n’exclut plus de se tourner vers des investisseurs américains, « si en France on ne trouve pas le relais pour se développer rapidement ». La jeune pousse a jusqu’ici levé quatre à cinq millions d’euros » en France auprès d’une « soixantaine d’actionnaires », explique la dirigeante de cette société basée à Valence (sud de la France).

Textes : Lova Rafidiarisoa  - Photos : Fournies
Page réalisée en collaboration avec Orange Madagascar