Depuis sa création en 1987, le garage Farimbona est connu comme le grand spécialiste de la Renault 4L à Madagascar. Une longue aventure pour Élysée Rakotondrakolona, son propriétaire.

Qui n’a jamais remarqué le garage Farimbona, sur la rue pavée d’Antohomadinika Antaniavo ? Spécialiste de la Renault 4L, sa notoriété est reconnue dans toute l’Île et même à l’étranger. Pour preuve, nos confrères de la TV5 Monde lui ont déjà consacré un reportage. Nous avons rencontré, la semaine dernière, le fondateur, Élysée Rakotondrakolona, à l’occasion des trente ans d’existence du garage.
« J’ai suivi une formation en mécanique et soudure. J’ai travaillé dans une entreprise de construction métallique. À l’époque, on montait les 4L (NDLR : La 4L a été produite dans plusieurs pays à travers le monde, dont Madagascar). Par la suite, j’ai travaillé au garage d’un oncle. C’est là qu’est née l’idée d’ouvrir le mien », raconte-t-il. « J’ai commencé par collecter des outils. Par ailleurs, j’avais déjà fidélisé plusieurs clients. C’est ainsi que le garage Farimbona a ouvert ses portes en 1987 », ajoute Élysée.

Le travail de dressage de la carrosserie  fait par un des techniciens du garage Farimbona.

Le travail de dressage de la carrosserie
fait par un des techniciens du garage Farimbona.

Depuis, la grande majorité des propriétaires de 4L d’Antananarivo, en particulier, et de tout Madagascar, en général, viennent chez lui pour entretenir ou rénover leurs voitures. Que ce soit des chauffeurs de taxi ou des particuliers.
La 4L possède diverses particularités, d’après Élysée.
« De l’extérieur, on peut se laisser dire que c’est un modèle simple, facile à entretenir. Il n’en est rien. Par exemple, pour réussir à former un châssis, il est impératif d’utiliser un banc. Cependant, Il faut avoir beaucoup d’expérience et connaître la voiture sur le bout des doigts pour pouvoir maîtriser cette technique », explique-t-il.
Oui, le garage Farimbona fait tout, même jusqu’à créer des châssis de toutes pièces, soit avec de la tôle achetée en magasin ou bien avec des barriques récupérées, pour rénover une 4L.
« Pour dresser et modeler la tôle, on travaille à la main, avec un marteau, entre autres, ainsi que des outils de soudure », souligne un employé du garage Farimbona.
Il leur arrive également de créer l’équipement électrique complet, toujours d’après les explications d’Élysée. Après, on passe par les étapes classiques de la peinture et de la révision générale du moteur, pour boucler la rénovation.

Deux mois de travail
L’atelier d’Antohomadinika Antaniavo compte aujourd’hui huit employés, en plus d’Élysée.
« Deux techniciens s’occupent de former le châssis. Deux autres sont attelés à la carrosserie tandis que les deux derniers s’occupent de la peinture. Après, il y en a un qui travaille
sur le moteur et un second sur l’équipement électrique.
Si l’on part de zéro, il nous faut deux mois pour mener à terme le projet de rénovation d’une 4L », poursuit Élysée.
Naturellement, nous nous sommes posé la question concernant les pièces détachées, la 4L étant un modèle très ancien que la firme Renault ne produit plus.
« Dans la plupart des cas, on utilise des pièces de bonne occasion. À côté, on peut toujours en trouver des neuves. Cependant, les pièces se font de plus en plus rares. Et logiquement, leurs prix augmentent, à mesure que le temps passe », dévoile Élysée à ce propos.
Avec le garage Farimbona, la 4L a encore de beaux jours devant elle à Madagascar. De bon augure pour les très nombreux propriétaires de ce modèle mythique, une voiture qui continue d’écrire son histoire dans la Grande île.

Le modelage du châssis s’effectue manuellement au marteau.

Le modelage du châssis s’effectue manuellement au marteau.

Une passion transmise de père en fils

Comme tout grand passionné d’automobile, Élysée Rakotondrakolona a transmis cet amour pour la Renault 4L à sa progéniture. Son benjamin, Mbolatiana, travaille, d’ailleurs, avec lui au garage Farimbona, les deux ainés ayant suivi des études de droit. « Il faut aussi préparer la relève », fait remarquer Élysée, à ce propos.
« J’ai grandi dans ce milieu. Dès mon plus jeune âge, mon père m’amenait ici et m’a transmis sa passion pour la 4L. J’ai décidé, plus tard, de me joindre à lui, puisqu’avec l’âge, il ne pourait plus gérer tout seul le garage », précise Mbolatiana.
À son tour, il prendra les rênes du garage dans le futur et perpétuera l’aventure lancée par son père, il y a trente ans.

Des clients dans toute l’île

En trente ans d’existence, le garage Farimbona s’est forgé une notoriété hors du commun. Sa clientèle ne se limite pas uniquement à celle d’Antananarivo. Elle s’étale sur tout Madagascar. Des chauffeurs de taxi ainsi que des particuliers, tous viennent à Antohomadinika pour entretenir leurs voitures. Quoi de mieux que le témoignage d’un des clients du garage, un policier propriétaire d’une 4L de passage à Antohomadinika lors de notre reportage : « Certains viennent de très loin pour réparer ou rénover leurs 4L ici, par exemple, des automobilistes de Sambava ou encore de Toliara. Ils font le déplacement à Antananarivo pour cette seule et unique raison ». Comme quoi, le garage est rénommé dans toute l’île pour sa qualité de service.
Plus encore, « nous sommes parfois obligés de remettre à plus tard certaines commandes, en raison du nombre trop élevé de clients », souligne Élysée Rakotondrakolona. Difficile alors de compter le nombre de voitures qui sont passées par le garage Farimbona depuis son ouverture en 1987. Des milliers sûrement.

Textes et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka