Materauto a organisé un atelier 4×4 pour ses clients et pour la presse, samedi dernier à Ivato. Ce fut l’occasion d’évaluer le potentiel du Ranger XL et de l’Everest Classic Series.

Habituellement, la piste d’Ivato accueille des courses du championnat de Madagascar de slalom. Mais samedi dernier, un circuit offroad y a été aménagé, à l’occasion d’un atelier 4×4 organisé par Materauto. La première portion était composée d’une montée au milieu de quelques arbustes, conclue par une courbe gauche serrée de plus de 90°. La seconde comprenait un passage sur des monticules de terre et terminée par une courbe droite plutôt serrée aussi. L’objectif était de mettre à l’épreuve deux modèles de la gamme Ford de chez Materauto, disponibles à la vente mais aussi en location chez Ford Rent.
Le concessionnaire a invité ses clients ainsi que la presse durant ce « 4×4 Experience ». Histoire d’évaluer en conditions réelles les potentiels respectifs du Ranger XL et de l’Everest Classic Series en mode tout-terrain. Le Ranger XL est équipé d’un puissant moteur 2,2L de 150 chevaux. Durant l’atelier 4×4, son système de maintien en forte descente a montré toute son efficacité, tout comme le blocage de différentiel ainsi que le mode de conduite 4×4 Lo.

« Built Tough »
Bénéficiant d’une hauteur de caisse de 230 mm, le Ranger n’a eu aucun mal à boucler le parcours. La dernière génération du pick-up, lancée en 2015, mérite bien son slogan de « Built Tough ».
La session tout-terrain de samedi était également une occasion de revisiter l’Everest Classic Series. Même si le nouveau modèle de l’Everest, présenté dans notre quotidien en décembre dernier, est disponible à Madagascar depuis plusieurs mois, le Classic Series figure également dans la gamme actuelle. Il s’agit de l’ancienne version, re-stylée par le constructeur américain. A priori, l’Everest se présente comme un SUV. Mais il possède tout de même les gênes d’un vrai 4×4, capable de sortir des sentiers battus. Et il l’a prouvé samedi. Poussé par un bloc 2,5L de 110 chevaux, lui aussi a bouclé sans encombre le circuit offroad avec son différentiel à glissement limité. Et ce, malgré une garde au sol réduite par rapport au Ranger, soit 210 mm. Comme quoi, les SUV peuvent aussi s’attaquer aux terrains accidentés aussi bien que les pick-up.

Le système de maintien en descente a montré toute son efficience.

Le système de maintien en descente a montré toute son efficience.

Comparatif du Ranger avec ses concurrents

Tovo Ilo Andriamasinoro, chef de vente véhicule chez Materauto, a réalisé un comparatif du Ranger XL avec ses concurrents sur le marché des pick-up, en marge de
l’atelier 4×4 de samedi. L’occasion pour lui de mettre en évidence les nombreux points forts du tout-terrain américain. Citons, entre autres, son chrono de 12,3sec pour passer de 0 à 100 kmh, ses jantes en alliage de seize pouces, ses capacités de remorquage, la taille de sa benne, sa garde au sol ou encore sa faible consommation. Sans oublier la garantie de cinq ans ainsi que ses tarifs concurrentiels. Autant de caractéristiques qui penchent en faveur du Ranger, notamment par rapport à ses rivaux japonais sur le marché.

La version antérieure de l'Everest est toujours disponible.

La version antérieure de l’Everest est toujours disponible.

Nouvelle face-avant pour l’Everest

La version antérieure de l’Everest est toujours disponible auprès du concessionnaire de Ford. Celle-ci est passée par la case re-stylage et a reçu une nouvelle face-avant. Il est livré avec une calandre composée d’une grande transversale avec la marque Everest en haut, ainsi que trois autres barres plus fines en bas. Les phares ont été redessinés, avec une forme plus arrondie par rapport aux anciens.

La télémétrie, un outil d’analyse de pointe

Le team Mass’In est la première écurie à utiliser la télémétrie, à Madagascar. Il s’agit d’un outil d’analyse des facteurs de performance, outil que l’on utilise dans les paddocks du monde entier, en sport automobile de haut niveau. Sur le kart, l’on retrouve un tableau de bord multifonctions, comprenant un micro-ordinateur, installé sur le volant. Celui-ci dispose d’un capteur de chrono basé sur GPS. D’autres capteurs sont placés de part et d’autre de la machine, afin de mesurer les tours moteur, la vitesse, la température ou encore la rotation des roues. Les données sont transmises à un ordinateur. Par exemple, l’on peut analyser la trajectoire, l’accélération, le freinage et autres paramètres… Et ainsi, il est possible de corriger les différents facteurs dans le but d’améliorer les performances.

Textes et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka