Dévoilé au Salon de l’Auto, le Peugeot Satelis se présente comme un scooter sobre et classe. Parmi ces principaux atouts figurent son comportement et sa maniabilité.

Quand on parle de scooters de grosse cylindrée, on a tendance à penser à une machine lourde et difficile à manœuvrer dans les petits espaces. Un a priori que le Peugeot dément complètement avec son nouveau Satelis, présenté sur le stand de Madauto au Salon de l’Auto à Ivato, que nous avons essayé la semaine dernière. Sur la balance, le Satelis affiche 213 kg. Au niveau dimensions, il mesure 2 152 mm et dispose d’un empattement de 1 500 mm. Durant notre essai, nous avons pris un malin plaisir à le tortiller dans tous les sens, histoire d’évaluer sa maniabilité. Et le bilan est nettement positif, voire bluffant pour un scooter d’aussi grande taille, tellement la prise en main et facile et son agilité agréablement surprenant.
On est ici en présence d’une machine au design sobre et classe. Les scootéristes chevronnés, qui veulent se séparer des petites cylindrées, sans pour autant investir une somme considérable dans un maxiscooter sportif, figurent parmi ses principales cibles. Il mise ainsi sur un tarif compétitif de 26 millions d’ariary. Le Satelis suit la tendance actuelle avec sa robe noire mate. La signature lumineuse se démarque par ses phares imposants et des feux arrière à LED en position verticale. On remarque également la bulle Ermax Sport dont le prolongement pointu domine le museau.

L’instrumentation typée automobile comprend deux compteurs et un écran.

L’instrumentation typée automobile comprend deux compteurs et un écran.

Instrumentation typée automobile
Au niveau moteur, le monocylindre 4T de 399 cm3 offre une bonne souplesse sur toutes les plages de la variation. Il délivre une puissance maximale de 37 CV à 7 000 tr/min, ainsi qu’un couple maximal de 38 Nm à 5 250 tr/min. Et pour arrêter son gros scooter, Peugeot a mis le paquet, en installant deux disques de 260 mm à l’avant et un disque de 240 mm à l’arrière.
La selle, bien large, est perchée à 784 mm. Ce qui permet de bien poser les deux pieds à terre à l’arrêt. À bord du Satelis, le tableau de bord, typé automobile, comprend deux compteurs analogiques, séparés par un écran électronique au milieu. Horloge, jauges à segments, température extérieure, charge de la batterie font notamment partie des suppléments visibles sur celui-ci, en plus des informations habituelles. Question équipements, on retrouve une boîte à gants, une prise de 12V, un dosseret intégré pour le pilote, ainsi que des repose-pieds repliables et des poignets ergonomiques pour le passager. Tout a été pensé pour une meilleure fonctionnalité et un meilleur de confort.

La bulle Ermax Sport domine la face-avant.

La bulle Ermax Sport domine la face-avant.

Une bulle Ermax Sport d’origine

Le Satelis est livré avec une bulle sur mesure en provenance de chez Ermax Sport, un équipementier connu et reconnu dans le monde des scooters de grosse cylindrée. Celle-ci protège bien le torse du scootériste à haute vitesse. Cependant, on aurait préféré qu’elle soit réglable comme sur le Metropolis, la version trois-roues du gros scooter de Peugeot.

Le coffre volumineux peut accueillir un casque et d’autres bagages.

Le coffre volumineux peut accueillir un casque et d’autres bagages.

Un grand coffre sous la selle

Comme tous les scooters de grosse cylindrée, le Satelis dispose d’un coffre volumineux. Il peut notamment accueillir un casque intégral, en réserve pour un éventuel passager. Et encore, il reste de la place à côté du casque. Le coffre se débloque via la clé de contact et on apprécie son ouverture automatique.

Fiche technique du Satelis

Moteur    Monocylindre 4T à refroidissement liquide
Cylindrée    399 cm3
Puissance max    37,3 CV à 7000 tr/min
Couple max    38 Nm à 5 250 tr/min
Alimentation    Injection électronique
Suspension avant    Fourche télescopique 40 mm
Suspension arrière    Double amortisseurs
Roue avant    120/70-14
Roue arrière    140/70-14
Frein avant    Double disques 260 mm
Frein arrière    Simple disque 240 mm
Hauteur de selle    784 mm
Longueur    2 152 mm
Empattement    1 500 mm
Poids    213 kg
Capacité réservoir    13,5 L

Kymco fête son cinquantenaire avec l’AK550

Le nouveau maxiscooter sportif de Kymco a débarqué à Antananarivo, la semaine passée. L’AK550 a été produite à l’occasion du cinquantième anniversaire du constructeur taiwanais.

La signature visuelle de l’AK-550  le distingue de ses rivaux.

La signature visuelle de l’AK-550 le distingue de ses rivaux.

Après plusieurs semaines d’attente, nous sommes finalement montés à bord du Kymco AK550. AK pour
« Anniversairy Kymco », sachant que la firme célèbre son cinquantenaire, et 550 pour la cylindrée. Le maxiscooter taiwanais a débarqué chez CT Motors vendredi, et nous l’avons essayé dans la foulée. En approchant la machine, nous sommes d’emblée interpellé par la signature visuelle unique qui la distingue de ses rivaux, avec notamment les feux à LED au dessin particulier. L’attention s’arrête aussi sur le mono amortisseur arrière en position latérale, relié au bras oscillant. L’AK550 est assemblé autour d’un cadre en aluminium. Le moteur est fixe et solidaire de ce cadre. D’où l’installation du monoamortisseur sur le bras. Le nouveau maxiscooter de Kymco est poussé par un bicylindre en ligne, calé à 270 degrés. Avec une telle configuration, il offre le fonctionnement d’un bloc horizontal, mais avec un gain de place tel un bloc en V. Tout ceci confère ainsi à la machine un centre de gravité rabaissé. Ce qui influe positivement sur son comportement général. Un comportement cohérent qui permet d’enchainer très facilement les courbes.
Le bicylindre DOHC huit soupapes affiche 550 cm3 et offre le fonctionnement d’un moteur en V, ainsi qu’une sonorité plus grave. Nous apprécions au passage l’absence des à-coups à bas régime. Il développe une puissance maximale de 53,5 CV à 7 500 tr/min et un couple maximal de 53,5 Nm à 5 500 tr/min. De quoi dépasser les 180 kmh en termes de vitesse de pointe.

Le mono amortisseur arrière est monté sur le bras oscillant.

Le mono amortisseur arrière est monté sur le bras oscillant.

Deux modes de conduite
À haute vitesse, la bulle protège bien le haut du corps. Pour éventuellement régler sa position, il est nécessaire de recourir à des outils. Nous aurions préféré un réglage manuel plus facile, comme c’est le cas avec le dosseret de selle. La position de conduite est correcte. Les suspensions traitent bien le dos. Des suspensions travaillées, qui contribuent aussi à la bonne tenue de route. Tout est fait pour faciliter les grandes randonnées, puisque l’AK550, affiché à trente-neuf millions ariary, est plus tourné vers le segment touring-sport. Comme en témoignent les enveloppes en provenance de Metzeler, 120/70-15 à l’avant et 160/70-15 à l’arrière, définitivement destinées à un usage sportif.
Le nouveau Kymco est livré avec un tableau de bord digital ultra complet, muni de trois écrans. Nous regrettons cependant le manque de visibilité de celui-ci en temps ensoleillé. Nous y naviguons notamment pour choisir entre les deux modes de conduite disponibles. D’un côté, il y a le mode Normal et de l’autre, le mode Rain, quand on roule sous la pluie. La sélection peut se faire en roulant, en dessous de 20 kmh. Au niveau électronique comme au niveau moteur, Kymco a néanmoins fait d’énormes progrès.

Le chauffage des poignées s’active via le bouton rouge du commodo gauche.

Le chauffage des poignées s’active via le bouton rouge du commodo gauche.

Des poignées chauffantes bien pratiques

Le Kymco AK550 est doté de poignées chauffantes, comme sur plusieurs modèles de deux-roues de dernière génération. Le chauffage s’active via le bouton rouge sur le commodo de gauche. Cette option est bien pratique en hiver, quand on sait que les mains sont les parties les plus exposées au froid pour le pilote. Question praticité, le volume du coffre est satisfaisant et celui-ci dispose d’un éclairage d’origine, sans oublier l’utilisation d’une smart key pour le contact.

Le tableau de bord digital est personnalisable via l’application Noodoe.

Le tableau de bord digital est personnalisable via l’application Noodoe.

Connectivité via l’application Noodoe

L’achat du maxiscooter taiwanais s’accompagne impérativement du téléchargement de l’application Noodoe. Celle-ci permet de connecter son smartphone au tableau de bord électronique via Bluetooth. Ainsi, ce dernier affiche les appels rentrants et autres informations. Elle permet également de personnaliser l’écran central du tableau.

Fiche technique de l’AK550 

Moteur    Bicylindre en ligne 4T à refroidissement liquide
Cylindrée    550 cm3
Puissance max    53,5 cv à 7 500 tr/min
Couple max    55,6 Nm à 5 500 tr/min
Alimentation    Injection électronique
Suspension avant    Fourche télescopique 41 mm
Suspension arrière    Mono amortisseur latéral
Roue avant    120/70-15
Roue arrière    160/70-15
Frein avant    Double disques 280 mm
Frein arrière    Simple disque 260 mm
Hauteur de selle    785 mm
Longueur    2 165 mm
Empattement    1 580 mm
Poids    227 kg
Capacité réservoir    12,5 L

Textes et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka