La Chine et Madagascar ont établi des relations diplomatiques depuis 1972. Depuis, les fruits de la coopération économique et commerciale sont abondants.

Les relations entre la Chine et Madagascar ne cessent de se renforcer dans divers domaines comme la politique, l’économie, la culture, la santé, l’éducation, et ce, sur la base de l’amitié, de l’égalité, du respect mutuel pour un bénéfice réciproque. L’année 2017 marque le 45e anniversaire des relations diplomatiques et durant la visite du Président Hery Rajaonarimampianina en mars dernier, les relations officielles bilatérales se sont hissées à un partenariat de coopération complète dont l’intégration de Madagascar dans l’Initiative chinoise de la Route et de la Ceinture de la Soie.

Gros volume d’import/export
Les échanges commerciaux ont réalisé une croissance durable et stable. La Chine est devenue actuellement le premier partenaire commercial bilatéral de Madagascar. En vue d’accroître l’exportation des marchandises malgaches vers la Chine, la partie chinoise a décidé que 97% des marchandises en provenance de Madagascar exportées vers la Chine bénéficieront de tarif douanier zéro à partir de 2015. En 2016, le volume des importations se chiffre à 159 millions de dollars contre 943 millions de dollars pour les exportations avec un total de 1.1 milliard de dollars. Au cours du premier semestre 2017, le volume total import/export est estimé à 607 millions de dollars.
En matière d’investissement, les entreprises chinoises sont de plus en plus présentes à Madagascar, dans les secteurs de l’agriculture, des infrastructures, du textile, etc. Elles créent de nombreux emplois et contribuent au développement économique local. En 2016, cela a été de 7,10 millions de dollars et durant le premier semestre de cette année, les entreprises participantes ont engagé jusqu’à 3,54 millions de dollars.

L’aide au développement 
Depuis 1972, le gouvernement chinois a accordé plus de trois milliards de dollars de l’Aide publique au développement à l’État malgache. De nombreux projets sont réalisés au profit du développement socio-économique et au renforcement de la capacité autonome de la Grande île, comme l’hôpital d’Anosiala, le Centre des Conférences Internationales (CCI), le Palais des Sports et de la Culture et la Route nationale 2; des projets d’assistance technique comme la coopération technique au Palais des Sports; des projets d’aide en nature comme des matériels bureautiques et des médicaments antipaludiques. En août, les accords des travaux du projet de route dans le district d’Ambohidratrimo et du projet deux cents forages dans le Sud-Ouest de Madagascar, sont signés.

Les forces dans la coopération
La partie chinoise a financé dans le passé les projets des logements à prix modéré et de l’Hôtel cinq étoiles par des prêts concessionnels. La partie chinoise encourage les entreprises performantes chinoises à participer activement aux constructions des projets d’infrastructures à Madagascar. Les prêts à caractère préférentiel financés par l’EXIM une banque chinoise, constituent des outils importants et pratiques, ouvrant la voie à un développement rapide.
De 2005 à 2016, la partie chinoise a organisé des séminaires et formations techniques en faveur d’un nombre total de 1 632 participants malgaches dans divers domaines tels que l’éducation, la presse, le commerce, l’énergie, les mines, les télécommunications et la santé. À la fin de cette année, la quantité annuelle sera près de 270 pour la participation aux soixante dix-neuf séminaires au total. À part les quotas des séminaires multilatéraux, trois séminaires bilatéraux sont à organiser pour de hauts fonctionnaires, des journalistes et des policiers.

Les « huit principes de la Chine »
En tant que pays en développement, la Chine apporte son assistance et son soutien, dans la mesure du possible, pour aider les pays africains à accélérer leur développement et à améliorer les conditions de vie de la population. Établis par le feu Premier ministre chinois Zhou Enlai en 1964, les « Huit principes de l’aide étrangère de la Chine » sont devenus depuis, le cadre fondamental régissant l’aide étrangère de la Chine à d’autres pays en développement. Il faut retenir les huit principes suivants :
- la Chine fournit une aide étrangère toujours selon les principes d’égalité et d’avantages mutuels,
- lorsqu’elle fournit une aide, la Chine n’impose aucune condition ni ne réclame aucun privilège,
- la Chine s’efforce d’alléger du mieux possible le fardeau des pays bénéficiaires,
- la Chine a pour but d’aider les pays bénéficiaires à devenir progressivement indépendants et autonomes,
- la Chine s’efforce de développer des projets d’aide qui demandent des investissements peu élevés mais suivis de résultats rapides,
- la Chine fournit des équipements et du matériel de la meilleure qualité qu’elle fabrique elle-même,
- en fournissant une assistance technique, la Chine s’engage à faire pleinement bénéficier le personnel du pays bénéficiaire de ce savoir technique,
- les experts chinois ne sont pas autorisés à soumettre une quelconque demande particulière ou à bénéficier de quelque faveur que ce soir.

Le dynamisme du secteur privé chinois
Les hommes d’affaires chinois sont  très présents dans les secteurs du commerce, des mines, du textile, des matériaux de construction, des produits halieutiques, des fruits locaux, de l’agriculture, de l’immobilier, de la grande distribution, des télécommunications, de la télévision, des travaux publics, etc. et contribuent beaucoup à la création d’emplois comme aux recettes de l’État en payant leurs impôts et taxes.
Du 21 au 24 septembre, l’Association des entreprises chinoises à Madagascar et l’EDBM ont co-organisé la première édition du China Exhibition Madagascar au CCI Ivato. Cette foire manifeste donc une fois de plus le dynamisme du secteur privé chinois dans le pays. Depuis toujours, les entreprises chinoises implantées à Madagascar, très attachées à leurs responsabilités sociales, ont mené de nombreuses actions sociales et ont beaucoup appuyé le développement durable de la communauté locale.

Grâce à l’Institut Confucius, des milliers de Malgaches apprennent le chinois, dont le mandarin.

Grâce à l’Institut Confucius, des milliers de Malgaches apprennent le chinois, dont le mandarin.

Langue étrangère – Le chinois incontournable

Pour la promotion de la civilisation, de la culture et de la philosophie chinoises, l’Institut Confucius de Madagascar, présent aux Universités d’Antananarivo et de Toamasina, promeut la langue et la culture chinoises. Le premier, créé en 2008, propose une formation académique et organise des cours de mandarin.
« Cela fait quarante-cinq ans que les relations diplomatiques sino-malgaches durent, et l’implantation de l’Institut Confucius, qui a vu le jour en 2008 grâce au partenariat avec l’Université normale de Jiangxi, témoigne de l’amitié et de la coopération gagnant-gagnant entre les peuples chinois et malgache. Cette langue tient une place importante dans tous les échanges. Elle est la plus répandue et devient incontournable », expose Eva Zo Rasendra, directrice malgache de l’Institut.
Au début, les jeunes Malgaches rencontrent des difficultés au moment de l’initiation, mais tout dépend de la volonté et de la détermination de chaque apprenant qui acquiert une certaine aisance après plusieurs séances. Lijuan Chen, directrice chinoise de l’Institut affirme qu’il existe actuellement neuf mille étudiants et apprenants dans plus de quatre-vingt sites d’enseignement, incluant les classes Confucius, les écoles privées, les ministères, les instituts supérieurs privés et les grandes écoles d’administration.
« Nous sommes fiers de l’Institut de l’Université d’Antananarivo qui figure parmi les modèles car il conforte la meilleure place au niveau mondial. Les jeunes qui étudient la langue et la culture chinoises parviennent à trouver des emplois, lesquels contribuent à la croissance économique de Madagascar », exprime-t-elle.
L’obtention de la licence au niveau de cet Institut se mérite. Il existe des opportunités de voyages, des bourses d’excellence allouées aux élites et celles de l’encouragement en faveur des étudiants issus de familles démunies. Cependant, le passeport pour entrer en Chine est conditionné par le test officiel de la langue chinoise HSK.
Le Pr Zuqin Wei, enseignant, reconnaît la forte capacité des Malgaches qui parlent couramment le chinois.
« Les étudiants sont intelligents et je loue leur sacrifice pour atteindre leur objectif. En Chine, nous avons un système d’achat en ligne et le mobile banking, les Malgaches s’y adaptent facilement et maîtrisent ces outils», invoque-t-il.
Zo Harimbola Ratovoherimanana, étudiant en L3 témoigne que, grâce à ses études en langue chinoise, il a pu s’immiscer dans la culture du kung-fu. Et un voyage en Chine lui a permis de poursuivre des stages au temple de Shaolin. Andry Harivony Rabenandro, étudiant en L3, quant à lui, a auparavant été affilié au département « Philosophie ».
« Après quatre années d’études, j’ai décidé de m’inscrire en première année à l’Institut Confucius. Il y eut les cours optionnels qui ont changé ma vie et mon état d’esprit », raconte-t-il.
Ces deux jeunes étudiants ont brillé lors du concours « Passerelle vers le chinois », édition 2017.

Le CHU d’Anosiala témoigne de la réussite de la coopération sino-malgache en matière de santé

Le CHU d’Anosiala témoigne de la réussite de la coopération sino-malgache en matière de santé

Santé – Un centre de médecine chinoise en vue

La Chine améliore son intervention médicale auprès du peuple malgache. Elle envisage la concrétisation de plusieurs projets de santé à Madagascar. Le soutien du gouvernement chinois à Madagascar, en termes de santé  se poursuit. Avec plus de quarante ans de présence de son équipe médicale à Madagascar, actuellement, il envisage d’implanter un centre de médecine traditionnelle chinoise dans le pays. Xiao Wen Ling, chef de l’équipe  médicale chinoise à Madagascar nous a fait part de ce projet, hier, à l’hôtel Paon d’Or à Ivato.
« Nous allons construire des centres spécialisés de médecine traditionnelle chinoise dans trente pays.  Madagascar sera l’un des bénéficiaires. Les travaux de construction  devraient commencer l’année prochaine. Des médecins malgaches seront  envoyés en Chine pour des formations », explique-t-il.
La médecine traditionnelle chinoise est surtout reconnue pour sa  compétence à soulager la douleur, notamment pour les maladies  chroniques, mais aussi pour son faible coût. Le service est jusqu’ici  gratuit. La médecine chinoise est très appréciée par les Malgaches. Une  grande affluence des malades dans le service acupuncture est constatée  au Centre hospitalier universitaire à Anosiala, depuis le transfert des  services médicaux chinois de l’hôpital Bejofo à Mahitsy dans ce grand  hôpital.

Le CCI Ivato permet à l’État malgache d’accueillir des réunions et conférences internationales.

Le CCI Ivato permet à l’État malgache d’accueillir des réunions et conférences internationales.

Missions
Le gouvernement chinois prévoit la concrétisation de plusieurs projets  de santé à Madagascar, pour renforcer encore plus la coopération entre  les deux pays. Avec cette épidémie de peste, par exemple, une délégation  de médecins sera bientôt envoyée ici, pour « chercher une solution dans la lutte contre la peste », enchaine Xiao Wen Ling. La semaine  dernière, le gouvernement chinois a déjà remis des boîtes de médicaments au ministère de la Santé publique.
Un protocole d’accord avec ce ministère, pour une mission d’opération de cataracte à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA) a été aussi signé. Le projet a été retardé, à cause de l’épidémie de peste. Mais des spécialistes en ophtalmologie devraient arriver en terre malgache, pour cette opération.
Ces équipes médicales chinoises se répartisseront dans quatre villes, à savoir Antanana¬rivo, Sambava,  Ambovombe et Vatomandry. À part la prise en charge des malades, elles s’occuperont également du renforcement de capacité de nos médecins.
« On a beaucoup  d’histoires émouvantes avec le peuple malgache, durant ces quarante années de présence médicale. On  espère rester ici pour toujours », lance Xiao Wen Ling.

L’hôtel cinq étoiles est destiné au tourisme international de standing.

L’hôtel cinq étoiles est destiné au tourisme international de standing.

Don – La Chine offre des intrantsde 1,5 milliard d’ariary

Enième appui de la Chine au gouvernement malgache. Elle lui a remis des intrants de santé d’une valeur de 1,5 milliard d’ariary, dans le cadre du renforcement de la lutte contre l’épidémie de peste à Madagascar, c’était dans le local du central d’achat Salama à Tanjombato, hier, en présence du chef du gouvernement, Olivier Mahafaly Solonandrasana et l’ambassadeur de la République populaire de Chine, Xiaorong Yang.
« Je tiens à remercier ici le gouvernement chinois pour ces précieux dons. Ils servent surtout à protéger le personnel de santé lors des épidémies comme la peste. Nous pourrons les utiliser aussi. Toutefois, nous espérons qu’il n’y aura plus d’autres épidémies à Madagascar », a indiqué le Premier ministre.
Ces dons se composent de Kit Ebola, d’autocollants, de bottes, de seringues et de trente matelas. En octobre, la Chine a déjà remis des médicaments au ministère de la Santé publique à Ambohidahy.
Le chef du gouvernement a rappelé, hier, qu’une journée de lutte contre la peste sera bientôt annoncée. Elle sera décidée au conseil des ministres, comme le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a déclaré dans son émission « Fotoambita », publié sur le Youtube.

Éditorial

TChine, TChine

Les relations diplomatiques entre la Chine et Madagascar débutent exactement le 6 novembre 1972. Cela fait quarante-cinq ans que les deux pays entretiennent une coopération sur plusieurs domaines tels la santé, l’économie, la culture, le sport…
Mais les Chinois ont habité la Grande île bien avant cette date officielle. Les grandes familles qui se sont implantées dans plusieurs régions, notamment sur la côte Est, ont investi leur temps et argent dans le commerce. Les descendants issus des troisième et quatrième générations poursuivent jusqu’à ce jour les activités héritées de leurs aïeux. Ils sont plus connus dans la restauration, l’agroalimentaire, ceux à l’origine des nouilles, des sauces en bouteille… Plus tard, d’autres spécialités se sont développées, entre autres l’art martial kung-fu qui a recensé des milliers d’adeptes, la médecine traditionnelle chinoise à travers le système d’acupuncture, les énergies, les mines, les salons de massage, les casinos. Le plus vaste chantier dont se remémorent les Malgaches reste le bitumage de la Route nationale 2 reliant Antananarivo à Toamasina. Une réalisation monumentale qui assure les flux commerciaux en import/export.
L’expertise chinoise s’est étendue aux bâtiments et d’imposantes infrastructures égaient certains quartiers de la capitale si on ne cite que le  Palais des Sports et de la culture à Mahamasina, le complexe hôtelier Le Paon d’Or et le Centre de conférences international sis à Ivato. La coopération sino-malgache se résume en « amitié » car les conventions et accords se soldent par des cadeaux et des dons qui profitent à toute la population.
Malheureusement, parmi les nouvelles générations de Chinois qui débarquent dans l’Île, certains croient qu’ils peuvent dicter leur loi, d’où certains actes de criminalité qui assombrissent le tableau. Mais, ce ne sont pas tous les Chinois qui se comportent ainsi puisque les véritables investisseurs et opérateurs participent au réel développement. En ce millénaire, la Chine construit une nouvelle route traduite en « une route, une ceinture, la nouvelle route de la soie », une passerelle entre la Chine, Madagascar, l’océan Indien et l’Afrique. Celle-ci s’articule autour de la mise en place d’infrastructures, le renforcement des relations politiques, la facilitation au niveau du commerce et de l’approvisionnement, les échanges culturels ainsi que les déplacements des citoyens.
Néanmoins, tisser une relation, un lien, faire perdurer une amitié et fructifier une convention se basent sur une bonne communication. La langue y est pour quelque chose. La Grande île se connecte avec la Chine grâce à l’Institut Confucius de l’Université d’Antananarivo, à la fois centre d’étude et centre culturel qui propose un parcours académique ainsi que des cours particuliers de langue chinoise, de chant, de musique, de danse… Certes, le chinois n’est pas encore reconnu comme langue internationale. Toutefois, le nombre de Chinois par milliards qui le parlent, sans compter les autres populations du monde qui l’apprennent, rehausse sa valeur. À Madagascar, l’institut dispose de quarante sites d’enseignement (écoles, collèges, instituts supérieurs…) regroupant jusqu’à neuf mille apprenants. Les jeunes diplômés malgaches qui parlent couramment le mandarin poursuivent leurs études en Chine dans l’espoir de parfaire leur doctorat.
Compte tenu de cette relation séculaire, les deux peuples  partagent certaines valeurs telles que la promotion de la médecine traditionnelle et la même souffrance du label « vita malagasy » ou « vita sinoa » évoquant la qualité à la va-vite. Les Malgaches ont beaucoup à gagner en apprenant des Chinois réputés être de bons travailleurs, en adoptant la pensée chinoise qui véhicule la paix, le respect de la diversité et de la divergence d’opinions, la sagesse, la tolérance et l’harmonie. À leur tour, les Chinois peuvent très bien s’inspirer du « fihavanana » dans tout ce qu’ils entreprendront.
L’amitié qui dure quarante-cinq ans ouvre encore diverses fenêtres d’opportunités aux Malgaches qui expérimentent actuellement des dynamiques politique, économique, sociale et culturelle. Tout le monde, par contre, attend avec impatience, l’ouverture du nouveau boulevard Soavimasoandro-Laniera.