Deux types d’art bien distincts, mais néanmoins complémentaires. L’art de collectionner les timbres et celui d’étudier la monnaie sont à découvrir, actuellement au Tahala Rarihasina à Analakely. 

«Un travail de passion avant tout ! » C’est souvent ainsi que s’exposent au public les précieuses collections des quelques philatélistes et numismates qui croiseront votre chemin. C’est tout un devoir de mémoire également qu’il convient au public, à chaque occasion, de découvrir, car aussi bien la vieille monnaie que les timbres représentent des bribes et des vestiges de l’histoire nationale.
Si cette passion est, depuis longtemps, parfaitement ancrée dans la culture occidentale, elle apparaît dans la Grande île sous la colonisation. À l’instar de ses nombreux pairs d’Outremer, Julie Rasolonjatovo expose, au Tahala Rarihasina à Analakely actuellement, une collection bien étoffée de timbres d’antan et de monnaies anciennes. De quoi susciter  la curiosité de jeunes visiteurs qui se joignent à elle. Entre découvertes, échanges et acquisition également pour les heureux chanceux qui perpétueront la collection et la passion de Julie Rasolonjatovo, ce sont divers pans de l’histoire malgache qe l’on y voit.

Une collection d'enveloppes timbrées inédites et d'époque, également ornées de diverses personnalités littéraires de Madagascar.

Une collection d’enveloppes timbrées inédites et d’époque, également ornées de diverses personnalités littéraires de Madagascar.

La philatélie

Jusqu’au début du XXe siècle, la collection de plis, d’enveloppes, d’empreintes postales et de timbres-poste à partir de 1843, se nomme couramment la « timbrologie ». Le terme
« philatélie » est attribué à Gustave Herpin dans la revue Le Collectionneur de timbres-poste en novembre 1864, créé à partir des mots « philos » signifiant ami et « ateleia » signifiant « l’exemption de taxe ». En Grèce, on utilise « telos » ou taxe, « timbromanie » ayant été depuis jugé péjoratif. Depuis, l’appellation « philatélie » a donc été préférée à celle de
« timbrologie » en raison de sa meilleure adaptation, du fait de ses racines grecques et pour un emploi international.

Les timbres les plus prisés du public à l'époque, laissent la part belle  aux illustrations de la faune et de la flore endémiques de la Grande île.  Des pièces qui sont désormais bien rares.

Les timbres les plus prisés du public à l’époque, laissent la part belleaux illustrations de la faune et de la flore endémiques de la Grande île.
Des pièces qui sont désormais bien rares.

Une collection diversifiée

Riche et fascinant, ce domaine regorge plusieurs catégories et des spécialisations bien distinctes les unes des autres. Notamment, les timbres-poste neufs, les timbres-poste oblitérés, les timbres-poste sur pli ou enveloppe, les timbres-taxes de poste aérienne, pour journaux, préoblitérés, ou encore les timbres pour colis postaux. Julie Rasolonjatovo, pour sa part, se plaît à garnir constamment sa collection d’autres éléments, depuis les années 60 jusqu’à aujourd’hui. À savoir, des enveloppes postales entières ornées d’illustrations. Des timbres-monnaies, des carnets ou feuilles de timbres, des bords de feuilles ou encore des timbres accolés à une publicité et tant d’autres. Le tout par thème, par pays, par époque ou selon des domaines bien particuliers comme la philatélie fiscale et de la « préphilatélie » pour les documents postaux avant l’apparition du timbre postal.

Les premières monnaies qui ont été utilisées à Madagascar, la collection  de Julie Rasolonjatovo est garnie principalement de versions en papier.

Les premières monnaies qui ont été utilisées à Madagascar, la collection
de Julie Rasolonjatovo est garnie principalement de versions en papier.

La numismatique

La numismatique du latin « numisma » ou pièce de monnaie a pour objet l’étude des monnaies et médailles. Considérée comme une science auxiliaire à l’histoire et à son étude, elle est particulièrement utile dans les recherches appropriées à ce domaine, mais aussi en archéologie en particulier. Hormis sa finalité scientifique, la numismatique est une aide précieuse pour les collectionneurs numismates. La collection de monnaies a, en effet, été pratiquée depuis l’Antiquité, mais pour la majorité des collectionneurs, l’intérêt historique au sens strict est secondaire. Les collections sont entreprises à des fins et intérêts artistiques, techniques ou culturels, voire au titre de simple loisir. C’est notamment le cas de Julie Rasolonjatovo qui préfère collectionner les monnaies anciennes pour les faire découvrir aux nouvelles générations.