Le mois de décembre avec  ses airs de fête et ses pluies diluviennes mais pour les automobilistes tananariviens, ses embouteillages surtout. Trop de voitures, pas assez de rues. Si l’on interroge l’habitant de la capitale, chacun y va de son expertise. En attendant d’hypothétiques grands travaux, des solutions, parfois qui ne requièrent que le bon sens, peuvent être trouvées. 

Anosy, cœur administratif d’Antananarivo. C’est de là que tout part et où tout finit. À 8 heures, le rond-point, où se dresse fièrement la statue du soldat à l’étendard paré des couleurs de la République, bourdonne déjà telle une ruche. Les pare-chocs évitent de s’entrechoquer et les klaxons sonnent à qui mieux mieux. Au milieu de la valse, à coups de sifflets stridents, le policier qui règle la circulation orchestre cette danse qui est tout sauf entraînante. Aux commandes de sa vieille Renault 4, Nary, chauffeur de taxi depuis maintenant quatre années, ne fait pas trop attention à lui. Il préfère plutôt se concentrer sur la manière de se frayer un chemin dans ce dédale de carrosseries bruyantes. Il aperçoit un collègue, lui fait un signe de la main, reçoit un geste positif et s’engouffre dans la brèche.

La circulation des charrettes à bras occasionne  des bouchons à toute heure.

La circulation des charrettes à bras occasionne 
des bouchons à toute heure.

Saturation
En le regardant manœuvrer, parfois entre appréhension (va-t-il réussir à passer ?) et incrédulité (comment a-t-il réussi à passer ?), on se rend compte qu’évoluer au milieu des embouteillages à Tana (surnom affectueux que les Tananariviens, et plus si affinités, donnent à leur capitale) relève souvent de l’art. L’objectif premier consiste à ne pas s’énerver. « Efa rano fisotro io madama, matimaty foana raha miaka-pofona eo.», (« C’est le lot quotidien de tout automobiliste, madame, céder à l’énervement c’est mourir stupidement »).
Nary est philosophe et (car ?) les embouteillages d’Antananarivo sont une fatalité. Car c’est de pis en pis.  Les chiffres de l’Institut national de la statistique (Instat) révèlent un peu plus de mille sept cent nouvelles immatriculations de véhicules dans la capitale au mois de septembre de cette année, et une moyenne de mille – voire plus de mille deux cents - nouvelles immatriculations par mois. Outre ce nombre sans cesse croissant, même si les chiffres de 2017 observent une baisse plus sensible par rapport à ceux de 2016, l’étendue du parc automobile n’est pas la seule en cause. Antananarivo a besoin de nouvelles artères et leurs constructions tardent. Celles dont les constructions ont été achevées au début des années 2000 (petite rocade, by-pass reliant la Route nationale 7 à la Route nationale 2, le boulevard de l’Europe, …) ont atteint leur point de saturation et n’arrivent plus à absorber le flux d’une circulation prisonnière de rues qui datent de la colonisation.

De futurs faiseurs d’embouteillages au marché  des voitures d’occasion à Antanimbarinandriana.

De futurs faiseurs d’embouteillages au marché 
des voitures d’occasion à Antanimbarinandriana.

Alors limiter les véhicules et alterner la circulation comme cela se pratique en France ? Taxer chaque véhicule qui entre au centre-ville comme l’a décrété la ville de Londres ? Ne plus accepter de nouvelles immatriculations comme l’a décidé Singapour ?
En 2015, dans le cadre de l’opération cent jours, le gouvernement de l’époque avait demandé aux trois composantes des forces de l’ordre, à savoir la police nationale, la police municipale et la gendarmerie, de collaborer pour régler le problème en organisant la circulation aux sorties de la ville. L’opération s’est effectuée avec plus ou moins de bonheur. Dans certains axes comme sur la Route nationale 1, au niveau du trop célèbre rond-point d’Anosizato, jusqu’à l’année dernière, la stratégie des forces de l’ordre s’est révélée efficace. Depuis la rentrée scolaire de septembre, les bouchons monstres sont revenus aux heures de pointe, malgré le nombre d’éléments de la police de la circulation en augmentation. Mandrindra, étudiant en communication, habitant Ampitatafika n’a pas trop le choix : « Je prends mes dispositions. Je pars de chez moi à 6 heures moins le quart. Et je prévois, en général, trois heures si je ne veux pas être en retard à mes rendez-vous. » Cela se passe de commentaires !

Cette année, une certaine désorganisation a été constatée du côté d'Anosizato.

Cette année, une certaine désorganisation a été constatée du côté d’Anosizato.

Les bouchons reviennent à Anosizato-RN1

En 2015, « l’opération cent jours » a été initiée dans le cadre du programme « Rapid result initiative » afin de désengorger les sorties de la ville d’Antananarivo. Trois points chauds ont ainsi été identifiés : Anosizato-Anosipatrana pour la RN1, Ambohibao-Talatamaty pour la RN4, et Ankadindramamy-Mahazo pour la RN2. Elle a requis la participation et la collaboration entre la police municipale, la police nationale et la gendarmerie. Pour Anosizato-Anosipatrana particulièrement, cette collaboration a porté ses fruits en 2015 et en 2016. L’usager pouvait prévoir une heure de trajet pour arriver à Anosy. Pour ce faire, les forces de l’ordre avaient instauré l’alternance d’une circulation à sens unique (la fameuse double voie), toutes les heures, permettant ainsi aux automobilistes de se caler entre ces plages horaires. Les voies municipales ont été mises à contribution pour fluidifier la circulation.
Depuis la rentrée scolaire de cette année, la méthode semble avoir changé. Dès 5 h 30, Ampitatafika-Anosizato est devenu impossible. Les usagers de cet axe optent désormais pour la marche à pied jusqu’au rond-point d’Anosizato, cette solution étant plus rapide. En temps de pluie, mieux vaut s’armer de patience car sur le chemin du retour, les bouchons au niveau du rond-point d’Anosizato peuvent durer jusqu’à 21h30.

MAG5

L’incontournable deux-roues

D’après l’Institut national de  la statistique, près de deux mille trois cents véhicules à deux roues ont été nouvellement immatriculés à Antananarivo de janvier à septembre, cette année. Avec un, parfois deux, souvent des familles de trois voire quatre personnes dont un nourrisson à leur bord, les deux-roues sont un incontournable dans le secteur du transport dans la capitale. Littéralement plébiscitées car elles permettent de se faufiler dans les bouchons les plus tenus, leur nombre ne cesse de s’accroître. Ce malgré des drames souvent relatés dans les pages faits-divers. Faisant fi souvent du code de la route, leurs conducteurs sont la bête noire des automobilistes qui doivent composer avec le comportement sans foi ni loi de nombre de ces « easy riders ».

Un échantillon de tweets avec  #traftnr.

Un échantillon de tweets avec  #traftnr.

Les réseaux sociaux mis à contribution

Défouloirs pour certains, sources d’informations vitales pour d’autres, les réseaux sociaux accompagnent désormais le quotidien du Tananarivien pour l’aider à braver les embouteillages. Le réseau de microblogging Twitter en fait partie. Le hashtag #traftnr rassemble tous ceux qui veulent informer, dénoncer, ou simplement se défouler sur la situation sur les rues d’Antananarivo. Son équivalent sur Facebook, intitulé sobrement « Fifamoivoizana eto Madagascar » ou circulation à Madagascar, regroupe actuellement 146 543 membres.

Pare-chocs contre pare-chocs sur trois files pour une rue à deux voies.

Pare-chocs contre pare-chocs sur trois files pour une rue à deux voies.

Astuces et bon sens 

En attendant la concrétisation de plans d’urbanisation ou la construction de nouvelles artères, des solutions relevant parfois du simple bon sens peuvent être trouvées pour éviter les embouteillages.
Comme partir tôt, par exemple. « Je dois impérativement quitter la maison à 6 heures du matin parce qu’il faut que je dépose d’abord mes enfants à leurs écoles. Donc les embouteillages, je ne les vois pas trop le matin. », nous confie Serge Rasanda, notre chroniqueur sportif qui passe par Ambanidia, l’un des axes qui mènent vers la sortie sud de la capitale. Toujours dans cette partie sud, certains usagers empruntant le by-pass à partir de la colline d’Alasora, par exemple, doivent se lever plus tôt et partir au plus tard à 6 heures moins le quart comme Jenny pour arriver à Ankorondrano à 8 heures. Au retour, pour ceux qui habitent les périphéries, préférer quitter le bureau après 19 heures pour ceux qui le peuvent. Daniel, cadre dans une banque a fait ce choix. « Je préfère finir mes dossiers plutôt que de perdre deux heures de mon temps dans les embouteillages », nous confie cet habitant d’Ambohijanaka. D’autres usagers s’organisent autrement. Beaucoup de gens font de plus en plus le choix du covoiturage. Quant aux écoles, nombreuses sont celles qui proposent les bus scolaires. « Il faut savoir planifier son temps », c’est la seule chose sur laquelle on peut compter affirme Hanta qui travaille dans le commerce à Ambohitrarahaba.

Textes : Rondro Ramamonjisoa
Photos : Mamy Mael – Claude Rakotobe -Tojo Razafindratsimba - Archives