Bemiray aborde le photojournalisme en évoquant la photographe américaine Dorothea Lange, laquelle a su transparaître la détresse de ses compatriotes à travers ses clichés, lors de la Grande Dépression dans les années 1930. Le passage du Hilton au Carlton a fait l’objet d’une interview de François Van Rens par Tom Andriamanoro, des enseignes de grands hôtels où y prendre du thé, peut-être produit à Sahambavy, ne détonne guère.

Photojournalisme – Dorothea Lange : témoigner, un sacerdoce

Son nom ? Dorothea Lange. Handicapée par la poliomyélite, passionnée de photographie. Auteur, grâce à son appareil, des meilleurs reportages photo sur la période la plus dramatique traversée par l’économie américaine, celle de la Grande Dépression  des années trente. Mais plus qu’un chasseur d’images-chocs, Dorothea consacra son art à changer les conditions de vie de nombreux de ses concitoyens. Ses photos reproduisent plus que des aspects extérieurs de personnages ou des scènes de vie, elle parvient à pénétrer les pensées les plus secrètes enfouies au fond de ses sujets. La Grande Dépression, ce n’était plus seulement le manque de travail, donc d’argent pour la nourriture, les vêtements, et les dettes de la famille. C’était tout cela certes, mais vu et vécu de l’intérieur par les victimes de la crise économique. Et il fallait une sensibilité exceptionnelle comme celle de Dorothea Lange pour parvenir à les extérioriser et graver sur sa pellicule. La Grande Dépression, il fallait se l’imaginer par nous qui sommes d’une autre époque avec ces hommes et ces femmes assis ou allongés sur les bancs publics dans l’attente d’un travail qui, ils le savaient tous, ne viendra pas. Après les usines, les écoles fermaient les unes après les autres, la nature également se mettait de la partie avec une terrible sècheresse et le « dust bowl » de sinistre mémoire : il s’agissait de tornades de poussière se déplaçant d’un endroit à l’autre, et acculant la population à la fuite, dans la recherche d’endroits mieux abrités.
Le Président Franklin Delano Roosevelt essaya de solutionner le manque de travail par la création d’une agence, la Works Progres Administration ou WPA. Non seulement l’Agence recrutait des chômeurs pour planter des arbres, construire des ponts, ou percer des routes, elle faisait aussi appel à des intellectuels pour écrire des guides, ainsi qu’à des acteurs, des peintres, des musiciens, chacun dans son domaine d’activité. L’objectif était, non seulement de donner du travail, mais aussi d’étendre la culture dans tout le pays. Dans les campagnes, quelque chose devait être fait en faveur des victimes du «dust bowl», beaucoup de fermes s’étant littéralement vidées de leurs travailleurs, notamment dans l’Oklahoma, l’Arkansas, et le Texas, alors que les lieux de migration comme la Californie ne pouvaient offrir du travail à tous.

Dorothea Lange sur le toit d’une Ford B, en Californie.

Dorothea Lange sur le toit d’une Ford B, en Californie.

Vocation
Des photographes et des rédacteurs furent enrôlés pour couvrir les pérégrinations de ces migrants en quête d’une hypothétique embauche, afin de persuader le gouvernement et l’opinion publique de la nécessité de les aider. Dorothea qui faisait partie des rares femmes-photographes, gagnait bien sa vie en photographiant les riches communautés. C’est en 1929 qu’elle réalisa sa vraie vocation qui n’était pas de travailler uniquement pour le profit. Pour elle, la photographie c’est aussi témoigner d’une souffrance qu’autrement les cibles n’auraient peut-être pas remarquée. Parmi ses œuvres les plus  caractéristiques figurent un gros plan sur le visage buriné et ridé d’un homme, Hopi, ainsi et surtout que sa « Migrant mother », une femme âgée seulement de 32 ans mais qui semble porter avec courage tous les soucis existentiels du monde, se nourrissant avec ses enfants uniquement de pois glanés sur le champ où elle travaillait. La toute première diffusion de cette photo à forte charge émotive permit d’acheminer vers le camp une importante quantité de nourriture. Dorothea avait réussi à secouer l’indifférence, et à convaincre les mieux nantis à aider les autres.
Durant la Deuxième guerre mondiale qui marqua la fin de la Grande Dépression, le gouvernement américain avait décidé d’interner dans des camps de nombreux Américains uniquement à cause de leur ascendance japonaise. Là aussi Dorothea n’hésita pas à se mobiliser, obtenant grâce à ses photos le retour des Japonais-Américains dans leurs foyers.
Dans ses dernières années, elle multiplia les voyages dans le monde entier avec son mari Paul qui, lui-même, était journaliste, ramenant des images de tous les pays visités. C’est en 1965 qu’elle mourut alors qu’elle était en pleine préparation de ce qui devait être sa plus grande exposition. Aujourd’hui encore son œuvre est saluée comme étant celle d’une personne courageuse qui a voulu montrer ce à quoi la vie ressemblait réellement.
Née en 1895, la petite Dorothea Lange aimait déjà observer les gens sans pour autant les incommoder. C’est de cette prédisposition qu’est certainement venu son goût pour la photographie au point d’en faire son métier. Et peut-être que la polio, contractée seulement à l’âge de sept ans, n’a fait que rendre encore plus excitant le défi à relever. Elle forma avec son mari Paul Taylor un excellent tandem sillonnant tous les États-Unis pour le compte de la Farm Security Administration, traquant la souffrance des travailleurs migrants pour qu’elle ne soit pas enterrée dans l’indifférence. On peut même affirmer que c’est grâce à des gens comme Dorothea et Paul que les camps ont pu être humanisés, notamment en matière de commodités et de ravitaillement. Et on ne se tromperait pas de beaucoup en affirmant que le sens qu’elle a donné à sa vie était de changer celle des autres….

Les belles feuilles de thé de Sahambavy.

Les belles feuilles de thé de Sahambavy.

Agriculture – Sahambavy, champ des femmes et du thé

Le village de Sambaina est à moins d’une heure de Fianarantsoa. Avec sa petite gare et son lac, c’est le cadre idéal pour un weekend campagnard. En arrière-plan, les collines se succèdent, avec sur leurs flancs des tracés de niveau formant à perte de vue des strates d’un vert tendre et lumineux. Ici les plants de thé ont accaparé les reliefs, ceinturant le fond des vallées dessinées en damiers par les rizières betsileo. Nous sommes à Sahambavy, le champ des femmes, mais surtout du thé malgache.
L’idée d’introduire cette culture dans la région remonte aux années 70. Les conditions de climat, de sol, et d’altitude se prêtaient à un bon aboutissement de la transplantation de boutures kényanes. Le domaine s’étend aujourd’hui sur 335ha dont 94ha sont autogérés par les paysans eux-mêmes. Le concours de 250 ouvriers et ouvrières, hottes en osier sur le dos, est nécessaire pour récolter les quelque 20 tonnes journalières de feuilles humides ramassées à la main. Il faut compter environ 5 kg de feuilles pour obtenir un kg de thé noir prêt à la consommation qu’on aura fait passer par plusieurs opérations : le flétrissage durant lequel les feuilles perdent 30% de leur eau, le roulage qui consiste à les broyer pour les réduire en fines boulettes, la fermentation qui développe  le goût et l’arôme, la torréfaction ou séchage qui se fait dans une chaudière alimentée au feu de bois. Le cycle se termine avec le triage durant lequel le thé est défibré et calibré grâce à d’antiques machines de bois et d’acier. Enfin, 80% de la production sont exportés principalement vers Mombassa où se tient une des plus importantes bourses du thé au monde.
Grâce à Sahambavy, Madagascar a une place, quand bien même elle serait encore modeste, dans l’univers de la boisson la plus consommée après l’eau. À chacun sa… tasse d’exotisme ! Le thé noir et le thé vert sont issus d’un même arbuste : le théier ou camellia sinensis. La différence vient de ce que, après la cueillette, les feuilles de thé vert ne sont soumises qu’à un léger chauffage les dispensant du processus énuméré précédemment. Le thé est diurétique et dissout les graisses alimentaires. Théine et théophylline ont des effets bénéfiques sur la circulation sanguine, et agissent contre l’artériosclérose. Le thé favorise l’attention et l’activité cérébrale, ses bienfaits sur le cœur sont connus. Il est riche en vitamines et oligo-éléments, et ne contient pas de calories. À consommer sans appréhension, d’autant plus qu’à Madagascar, ce ne sont pas les arômes qui peuvent délicieusement l’épouser, qui font défaut. Un clin d’œil à la vanille, entre tant d’autres tentations gourmandes…

BE4Hôtellerie – Quand le Hilton devint le Carlton

Il y eut un soir, il y eut un matin, et le quartier administratif d’Anosy se réveilla un jour avec, à son extrémité, apparemment le même grand hôtel, lequel n’était en fait plus tout à fait le même. Le passage du Hilton au Carlton s’était fait sans accroc, ce fut même une affaire entre grands seigneurs. Pour en savoir un peu plus, Tom Andriamanoro avait alors approché François Van Rens, general manager du Carlton. Quelques points forts de l’entretien réalisé pour le compte du magazine touristique Go To Madagascar.

La question du personnel ?
Il a fallu lui faire comprendre qu’il y a eu un changement de nom, mais que le contexte général n’a pas changé. La clientèle est restée la même, elle a les mêmes attentes, peut-être en plus exigeant. Il a aussi fallu le rassurer, dissiper son inquiétude sur la sécurité de l’emploi. La nouveauté de notre politique a été de réduire le nombre des contractuels au profit des emplois permanents.

L’impact des décennies Hilton ?
Bien sûr il y a chez le personnel cette fierté d’avoir appartenu à une chaîne internationale qui est aussi une garantie de qualité. Il nous appartenait de démontrer que le changement n’allait pas équivaloir à une baisse de nos standards. Ces paramètres, c’est nous tous et notre professionnalisme qui sommes appelés à les façonner. Maintenant que nous sommes indépendants, nous pouvons mieux les définir et adapter à notre clientèle.

L’image Carlton ?
Carlton est un nom avec lequel les voyageurs ont des affinités. On le trouve un peu partout dans le monde. Il y a une petite chaîne Carlton Hôtels en Australie, un Carlton Group aux Pays-Bas et un autre au Luxembourg, mais sans lien entre les deux. Il y a des Carlton à Nice, à Lille, aux États-Unis… Le Carlton Madagascar est une marque déposée par le propriétaire qui est la Société malgache d’hôtellerie. L’image de marque que nous voulons être la nôtre est celle d’un grand hôtel international apprécié pour la qualité de son accueil et la personnalisation de ses services. Souvent dans les grands hôtels le client « est » un numéro de chambre. Pas chez nous. Un homme d’affaires chinois n’a pas les mêmes habitudes qu’un touriste français. Nous voulons aller d’un service qui était globalement bon, à un autre qui prend mieux en compte les spécificités.

François Van Rens a été le general manager du Carlton lors du changement de nom  du Hilton.

François Van Rens a été le general manager du Carlton lors du changement de nom 
du Hilton.

Les premiers mois de démarrage ?
Cela s’est passé très vite. Il y a eu   énorme premier travail de rebranding, de remplacement de tout ce qui était Hilton par la griffe Carlton, depuis les stylos jusqu’à l’enseigne géante sur le toit, en passant par les formulaires et les uniformes. Nous nous sommes également engagés dans des travaux lourds comme la rénovation totale des cuisines, bientôt suivie par la climatisation. Je citerai aussi le rafraichissement de la peinture, l’installation de grands lustres, le réaménagement des jardins, question d’adoucir l’architecture années 60 du bâtiment. Mais il ne s’agissait pas non plus d’un changement radical du tout au tout.

La fidélisation de l’ancienne clientèle Hilton ?
Bien sûr il y a eu le problème des points auxquels donne droit la carte Hilton. Nous disons à cette clientèle « d’accord nous ne pouvons pas vous donner des points, mais tous les autres avantages du fait de votre régularité, vous continuerez à en bénéficier ». Au début aussi, nous avions un petit problème de visibilité sur l’international, car ce n’est pas aussi simple que cela d’être bien représenté dans les systèmes de distribution. On n’est pas encore à 100%, mais la question est en bonne voie d’être résolue.

Les évènementiels ?
Comme son prédécesseur, le Carlton continuera d’être un haut-lieu de la « vie tananarivienne ». Nous renforcerons même ce point fort de l’hôtel, hérité d’un excellent emplacement et des habitudes de sorties de qualité. Tous les mois nous créons des évènements autour de thèmes spécifiques. C’est très important car un grand hôtel comme le nôtre se doit aussi d’être un lieu de vie.

BE6Rétro pêle-mêle

2004 fut l’année de bien des extrêmes. Celui de la bêtise humaine, comme ce qui s’est passé dans un centre commercial d’Asuncion ravagé par le feu : plus de 45 morts asphyxiés, brulés ou piétinés, dont plusieurs enfants surpris par les flammes dans le parc de jeu de la grande surface. Des gardes auraient bloqué toutes les sorties sous prétexte d’empêcher les clients resquilleurs de s’esquiver sans payer. À la décharge de ces vigiles l’on pourrait arguer que, vu l’étendue du centre, très certainement compartimenté en plusieurs zones, ils avaient mésestimé la gravité de l’explosion initiale. La vitesse de propagation des flammes et la panique auront fait le reste. Sans vouloir comparer l’incomparable, il est difficile de ne pas penser à certaines ruches commerçantes d’Antananarivo où, du matin au soir, la foule s’adonne avec insouciance à sa chasse aux produits synthétiques dans des dédales que la moindre étincelle transformerait en enfer. Dis, c’est loin le Paraguay ?

Loin de ce cauchemar, ce fut cette année la fête en Grèce pour célébrer le retour des Jeux en Olympie, comme sept siècles avant J.C. Quelque deux cents nations s’associèrent à l’évènement, le premier du nouveau millénaire. Concernant Madagascar, la Grande île participait régulièrement aux Jeux Olympiques depuis 1964 grâce aux subventions du CIJO. Un sommet a été atteint en matière de performance avec la qualification de Jean-Louis Ravelomanantsoa pour la finale de l’épreuve reine du 100m en 1968 à Mexico, quoiqu’il ne faille pas oublier qu’à Sydney, Nicole Ramalalanirina s’est classée sixième au 100m haies, mais pour le compte de la France. À Athènes, Madagascar engagea neuf athlètes sur cinq disciplines, en misant sur les compétitions à catégories de poids.

Lettres sans frontières

Driss Chraïbi
In Les Boucs

Ils marchaient à la file indienne

Ils marchaient à la file indienne dans le matin brumeux. Des trilles de rire les accueillaient, instinctifs, vite étouffées, et on se demandait ensuite comment on avait pu rire, si même le rire avait une valeur d’instinct.
Ils avaient le pas pesant, les bras ballants et la face effarée. Leurs narines fumaient. Ils rasaient les murs, l’un suivant l’autre comme une fuite de rats ; un angle de rue se présentait, saillant et soudain comme une digue : ils s’immobilisaient, éblouis un instant par le tintamarre mécanique des klaxons et des freins, le pas fiévreux des foules, les mille et une manifestations menues et disparates d’une vie qui n’était pas la leur. Précipitamment ils tournaient l’angle qui les avait arrêtés, retrouvaient devant eux le dos familier qui les guidait, reprenaient peur, pas de pierre, mais c’est ainsi à chaque angle de rue, à chaque aspérité du trottoir, à toutes les saillies, à tous les carrefours… comme des sources de diffraction, comme si leur étonnement eut été un réflexe intermittent et sans fin, pareil à ces vessies de chiens giclant sur tous les réverbères d’une rue, à raison d’un petit jet rapide et furtif par réverbère.
Ils étaient une vingtaine et ils marchaient depuis l’aube. Le soleil levant avait essayé de s’absorber en eux, de les teindre ou, tout au moins, de leur donner des contours, une forme, une ombre. Puis le vent s’était levé, bref et péremptoire comme un policier, déterminé à les balayer. Mais ces deux tentatives avaient été vaines. Maintenant le soleil était tapi derrière un amas de nuages comme autant de témoins, le vent bougonnait, et eux marchaient toujours.
Leurs pieds quittaient à peine le sol, comme si la pesanteur eût reconnu en ces êtres de futurs et excellents minéraux et les eut déjà liés à la terre, chaussés de semelles qu’ils croyaient être du cuir, du caoutchouc ou du bois, simples formes de pieds découpées dans de vieux pneus ou dans de la tôle galvanisée et qui avait fini par les mouler jusqu’aux ongles des orteils, jusqu’à la mécanique du pas, et cela représentait d’incroyables godillots graissés au saindoux ou peints à la gouache, qui semblaient vides de tout pied, animés tout juste d’une ancestrale habitude qui les eût soulevés et fait retomber sur le pavé, gauches et dérisoires comme des souliers vides.
Ils étaient vingt-deux. Ce jour-là, comme tous les jours, l’aube les avait vus surgir de leur taupinière et uriner tous en rond dans la brume et le froid. Le Caporal avait marché devant, un Bicot mélancolique gratifié de ce grade parce qu’il séjournait en France depuis 1920 (toujours chômeur ou presque toujours), et que la taupinière lui appartenait, du moins c’était lui qui l’avait découverte : une ex-cabine de  camion Dodge dans un terrain vague de Nanterre, et ils lui avaient emboîté le pas. La veille, à la lueur d’une boule de suif où l’on avait enfoncé une baguette de bois, ils avaient discuté ferme. Ce jour-là ne ressemblerait à aucun autre.

Textes : Tom Andriamanoro
Photos : L’Express de Madagascar - AFP