Bemiray nous revient après quelques semaines de vacances. Tom Andriamanoro nous propose des sujets  à la fois éclectiques et intéressants : l’environnement menacé, l’Homo Sapiens, le fourvoiement du politicien, sans oublier une tranche de l’histoire de la Nation avec les Lettres sans frontières. 

Environnement – Senteurs, santé, et fleuves de boue

En abordant la Grande île presque à la verticale de Mahajanga, le passager aérien que le hasard a placé auprès du meilleur hublot ne peut qu’être intrigué par cette immense tache rouge qui tranche sur l’eau du Canal de Mozambique sans le moindre désir de s’y mêler. Sur la droite de l’appareil, l’immense delta de la Betsiboka enserre des centaines d’îlots noyés dans la boue et frangés de palétuviers. Une eau aussi malsaine qu’une mortelle hémorragie dont la puissance est capable de refouler les flots marins. En amont à l’intérieur des terres, le fleuve majestueux reçoit d’innombrables rivières, ruisseaux et chutes qui, tous participent à la curée. Tous aussi coupables, ils n’épargnent aucun tanety, aucun plateau, aucun ravin. Tout élément du sol insuffisamment accroché ou protégé a pour vocation d’aller ocrer davantage les cours d’eau pour le bonheur des chasseurs d’images incapables de différencier la beauté d’une nature et son agonie. Une agonie bizarrement décrétée au nom de la vie, puisque l’homme a eu besoin de défricher pour construire ses cases, planter ses cultures, faire paître ses troupeaux, en un mot, vivre. La désertification s’est amplifiée au point d’être considérée comme un des problèmes majeurs du pays. Pendant longtemps, très longtemps, le coupable avait un nom, celui du feu avec toutes ses variantes dont le tavy. Avec un peu de chance on peut cultiver deux années de suite sur le même brûlis mais comme disait une vieille chanson française, « il n’y aura plus d’après »… Le feu, on le combattait comme on pouvait, à coups de reboisements-pic et de slogans postaux. Un nouvel Attila tout aussi prédateur est aujourd’hui en campagne, dont la soif de richesses du sous-sol généralisera un environnement de tranchées et de termitières polluant tout sur son passage, terres et eaux confondues. Le bilan ne peut être que déficitaire : tout ce sang qui s’écoule vers la mer est une perte irréversible pour la terre malgache.
Un Madagascar de la vie est encore hors de portée de ce dépérissement programmé, mais pour combien de temps puisque le rouleau
compresseur du profit est en marche ? Des reportages ont, par exemple, été consacrés aux quelque 60 000 hectares de forêts menacées gérées par  l’ONG « L’homme et l’environnement » du côté de Vohibola et Vohimana. Les actions s’y articulent entre le volet conservation et le respect des populations locales tout en les éduquant : « Depuis toujours on les pointe du doigt comme étant les responsables de la déforestation. Mais comment obtenir des résultats sans leur conviction et leur adhésion ? »

Le voyage à travers l’île avec les senteurs de la vanille et de la baie rose. 

Le voyage à travers l’île avec les senteurs de la vanille et de la baie rose.

Île au Parfums
Nous revient en mémoire un entretien que nous a accordé le directeur général de la société exportatrice Phael Flor, au cours duquel nous avons parlé à bâtons rompus de ce pays béni des dieux en matière de plantes notamment aromatiques, avec en première ligne notre Ravintsara emblématique : « Son nom scientifique est le Cinamonum Camphora, ce qui sous-entend la présence de camphre. Il se trouve que le Ravintsara malgache ne contient pas de camphre, tout au plus quelques traces. Cela est peut-être dû au climat, au biotope. Il en résulte qu’il est très recherché notamment en Europe du Nord et aux États-Unis ». Et notre balade au pays des senteurs de nous mener à travers de nombreuses autres escales comme l’inévitable vanille dont on ne fait pas d’huile essentielle mais des oléorésines. Ou le poivre dont le premier producteur mondial est l’Inde.
« Mais son poivre n’a rien à voir avec le nôtre, en qualité s’entend. L’astuce des négociants est d’acheter du poivre indien pour son prix, et du poivre malgache pour sa qualité. Ils font ensuite un coupage pour obtenir un produit moyen à prix moyen ».
Du côté des cosmétiques, il n’y a pas de complexe à se faire avec l’ylang ylang, quand bien même les matières les plus cotées y sont l’huile de jasmin et celle de rose fabriquées en Europe, dans le Maghreb, ou en Turquie. Et notre interlocuteur de conclure : « L’Île aux Parfums, ce n’est pas seulement Nosy Be, mais tout le tout le pays ! »
Qui l’eut cru ? Notre voyage loin des fleuves de boue prend fin dans le triangle de la Sava, à un endroit dont le nom semble sorti tout droit d’un livre de contes pour enfants : « Ma Montagne ». Ce terrain en pente devenu un lieu de vie grâce à l’opératrice économique Marie-Hélène Kam Yo, est peuplé presque exclusivement d’anciens lépreux qui y cultivent avec bonheur des essences précieuses, et de très beaux arbres fruitiers, favorisant du même coup leur réinsertion. D’ici, la vue porte sur l’estuaire d’un fleuve qui, lui, n’est pas rouge. Les anciens damnés de la terre se contentent-ils d’améliorer leur ordinaire, ou placent-ils leur action dans un terme plus éloigné ? La question n’est peut-être même pas à poser, puisqu’ils ont déjà accompli l’essentiel. Comme le disait ce grand écologiste mondialement connu et qui est déjà venu à Madagascar : « La sagesse, c’est de planter un arbre sans même se demander si on se reposera un jour sous son ombre ». À méditer de préférence devant les derniers havres de verdure et de vie de nos terres centrales, dont des  investisseurs venus d’ailleurs précipiteront la fin. Il sera alors toujours temps pour eux de repartir pour d’autres « ailleurs »…

BE3Politique – Une leçon non retenue

Dans la nuit du lundi 15 mars 1897, les habitants des quartiers nord d’Antananarivo furent réveillés peu après minuit par la fanfare et les langoraona de Mpihira Gasy encadrant une foule énorme dont certains étaient à cheval, d’autres en « filanjana », et la grande majorité à pied. Des porteurs étaient chargés d’objets volumineux et lourds s’avérant être les restes royaux et leurs trésors exhumés la journée précédente à Ambohimanga, et acheminés  vers l’endroit le plus prestigieux et le plus saint de la capitale : le Rova. Le cortège avait fait un petit détour à Ilafy pour y prendre Radama II, et était maintenant tout près du but. À Ambohimanga les cérémonies avaient été menées de main de maître par Rasanjy accompagné de quatre officiers supérieurs français. Rasanjy resté dans l’histoire comme « le » traître, mais dans ce Madagascar de fin de siècle écartelé entre moult influences et intérêts, qui donc était traître, et par rapport à qui ? Il avait tout simplement choisi son camp, à charge pour lui de l’assumer, ce qu’il semble avoir fait, et bien fait. À Ambohimanga, ces officiels avaient apporté avec eux une quantité impressionnante de lambamena de soie, et c’est en fin d’après-midi que les illustres corps furent déposés sous une tente, la tête tournée vers le nord. Gallieni réussissait un sans-faute, se faisant accepter par les Malgaches dans l’image qui lui convenait le plus : celle d’un pacificateur-raiamandreny, respectueux des coutumes et valeurs du pays. Et pourtant ses vrais desseins étaient tout autres : soustraire les « Masina » de toute possibilité de culte des ancêtres organisé par les rebelles. Même au Rova il fit déplacer les « Fito Miandalana » à un endroit où il serait plus aisé de les surveiller. C’est ce que l’on appelle de la très haute politique…
Un peu plus d’un siècle plus tard, un Président malgache eut l’idée de ramener les précieuses reliques à leur point d’origine, Ambohimanga. Peu importaient ses desseins secrets, puisqu’on lui prêtait une obsession : celle d’habiter ce palais d’apparat en fait… inhabitable avec les rafales de vent et des hauteurs sous plafond atteignant dix mètres. Pas étonnant si les souverains ont été dans l’obligation de se construire des petits pavillons annexes plus « cosy » et plus chauds. L’éminent homme d’État aurait pu faire comme Gallieni, à savoir tourner l’évènement à son avantage sur tous les tableaux. Le retour des Rois et des Reines à la nécropole d’Ambohimanga, effectué avec les honneurs et le faste qui leur sont dus, aurait été vécu comme une victoire, celle de la fierté nationale retrouvée. Au contraire il choisit de le faire en cachette, presque d’une manière coupable en utilisant, dit-on, pour la circonstance, une…3CV.  Comment peut-on rater de pareille manière les grands rendez-vous avec l’Histoire ? Tout comme pour la compréhension des évènements de 1947, c’est peut-être aussi l’inconvénient de n’être pas encore né en 1897 …

BE4Préhistoire – En suivant les traces d’Adam

Oser affirmer qu’Adam et Eve n’étaient pas les premiers humains ferait se retourner les doctes inquisiteurs des temps obscurs dans leurs tombes. Y ajouter que cette effronterie peut être lue entre les lignes mêmes de la Bible les ferait sortir pour de bon et que ressuscitent les bûchers ! Et pourtant… Que voulait dire Dieu quand il parlait de créer un homme à son image, alors que d’image justement, il n’en a pas, étant un être spirituel à part entière ? Et si Adam et Eve étaient en fait une représentation idyllique de l’étape où l’homme s’est libéré de son « animalité » pour atteindre une autre dimension, celle de l’esprit et de la pensée qui fera de lui le maître de la terre ? En d’autres termes, Adam et Eve ont très bien pu être des Homo Sapiens, ces êtres nouveaux qui se sont différenciés des autres formes anatomiques et comportementales comme celles de l’Homme de Neandertal et qui, partis de leur Afrique, ont essaimé sur la terre entière durant le Paléolithique.
Pendant une grande partie de cette période-charnière, différentes humanités continuaient à coexister en se faisant la guerre, ce qui a fait dire à Caïn chassé du jardin d’Eden : « Ceux qui me trouveront me tueront ». Le groupe des Homo Sapiens auquel il appartenait parvint à atteindre un haut degré de civilisation comme en attestent les riches sépultures mises au jour dont la plus célèbre, celle dite « du jeune prince », des armes sophistiquées dont certaines étaient dotées de pointes à cran, sans oublier les œuvres d’art souvent centrées sur la femme.

Offrande d’Abel
On pourrait citer la Dame à la capuche, découverte dans les Landes, ou la Vénus de Willendorf aujourd’hui conservée au musée de Vienne. Sculptures finement façonnées ou dessins tracés sur des objets ou des parois, on assista au Paléolithique supérieur à une véritable révolution artistique se prolongeant sur un développement sans précédent des parures corporelles. Si l’Homo Sapiens s’habillait tout naturellement de peaux, celles-ci au fil du temps furent travaillées à l’aide d’aiguilles, de grattoirs, ou de poinçons. La grotte Chauvet est le meilleur témoin de cette révolution, inaugurant il y a 40 000 ans les premières pages de l’Histoire de l’Art. Concernant les datations des objets, les préhistoriens ont le choix entre l’habituel « av. JC » ou « avant notre ère », et un autre système moins connu, « l’avant le présent » ou AP, ledit « présent » étant par convention fixé à l’année 1950.
L’Homo Sapiens, tout comme sa compagne, était une belle réussite de création, ou d’évolution selon les écoles, faisant facilement son mètre quatre-vingts. Nomade, on suppose qu’il formait de petites communautés de deux ou trois familles se déplaçant suivant l’exploitation des ressources naturelles ou le rythme des saisons. Contrairement à certaines idées tenaces il ne vivait pas dans des grottes mais plutôt à leur entrée, ou même dans de petites habitations légères. Son alimentation, allant du bison au saumon, était à dominante carnée, et on ne s’étonnera guère que l’offrande d’Abel ait été plus appréciée que celle de son frère.
Au début du Paléolithique il y a de cela 100 000 ans, le monde était bien plus « petit » qu’aujourd’hui, les deux Amériques étant par exemple vierges de toute présence humaine. Quel rôle pouvait bien jouer alors des îles perdues comme Madagascar ? Probablement très peu de chose, n’en déplaise aux bouffées nombrilistes de certains de nos penseurs visionnaires qui n’hésitent pas à situer le jardin d’Eden quelque part en Imerina. À une lettre près et lu de droite à gauche dans le sens d’une remontée aux sources, Madagasikara ne signifie-t-il pas « arak’isak’Adam », en suivant les traces d’Adam ?

BE6Rétro pêle-mêle

Ils furent nombreux ces bâtisseurs qui, au fil des siècles, façonnèrent l’image d’Antananarivo, mais leurs noms eurent des fortunes inégales auprès de la mémoire collective. On pourrait citer Louis Gros, le maître d’œuvre du Palais de Soanierana et du tombeau de Radama. William Pool qui signa les temples d’Ambohitantely et d’Ambavahadimitafo, ainsi que les superbes demeures de nombreux grands dignitaires sur les hauteurs de la ville. Anthony Jully dont la  principale motivation était la diffusion du génie français. On lui doit Ambohitsorohitra, le plus français des Palais d’Antananarivo, ainsi qu’une médaille d’argent pour le Pavillon de Madagascar à l’Exposition Universelle de Paris. Bouts, un touche-à-tout comme avant lui Jean Laborde, et qui fut architecte d’intérieur à Andafiavaratra. Du côté malgache, les « tompo-marika » d’un niveau autrement plus élevé que les simples « mpandrafitra » apparurent dans le sillage des grands chantiers du 19è siècle. Ramanankirahina, né en 1860, bénéficia pour sa part d’une formation en France à l’École des Beaux-Arts. Il participa à l’établissement de la première carte topographique d’Antananarivo. Les dernières années de l’époque coloniale furent pour leur part fortement marquées par l’architecte Pierre Razafy Andriamihaingo, affectueusement appelé « Msieu Razaf » par son personnel. Plusieurs réalisations sont à mettre à son actif pour ne citer que le Lycée Gallieni, la Poste Centrale d’Analakely, le Palais de Justice d’Anosy, ou l’actuel ministère du Commerce à Ambohidahy, salué comme le prototype d’une nouvelle architecture malgache. Analamanga la « Forêt bleue » a pris son temps avant de refermer à jamais la page où Ambohipotsy était un endroit lugubre hanté par les chiens errants, et où, pas loin d’Analakely, un domaine aménagé d’une manière très « british » par un sujet de sa Gracieuse Majesté valut à l’endroit le compliment d’être un champ d’argent : Antsahavola…

Lettres sans frontières

Rakotoniaina
In La vérité sur les wagons de Moramanga

Je suis vivant !

Le mardi 29, on nous a emmenés casser des cailloux dans la cour de la gare entourée d’un mur. Des femmes de militaires passèrent devant nous et certaines nous dirent : « Jeudi, vous serez envoyés à Moramanga pour être jugés, vrai ou faux nous n’en savons rien ». Deux militaires sénégalais arrivèrent et séparèrent de nous quatorze hommes. Ils les firent avancer un par un. On appela le Dr Raveloariseheno, il s’avança au milieu de la cour. Un des militaires sénégalais leva son fusil et l’assomma tout en hurlant : « Tu tues les Blancs ! » Le docteur s’affala et le Sénégalais continua à l’asséner de coups, à le ruer, à le piétiner. Après ce fut le tour de Razafimandimby, puis du docteur Radaniela d’Ambatondrazaka. Il eut le fémur fracturé et s’était affaissé comme un porc atteint de la peste. Il ne put que ramper en sanglotant. Lorsque vint le tour du jeune Joseph à qui on a confié le secrétariat du MDRM, d’emblée un coup dans la poitrine le fit tomber à la renverse dans la grande marmite servant au transport du manioc. Le Sénégalais le tira par le col pour qu’il se mit debout. L’autre était sur le point de le frapper de nouveau quand il leva les mains, geste qu’il avait appris au service militaire. Le Sénégalais s’arrêta court.
La nuit était tombée, onze hommes furent torturés, trois fusils brisés. Depuis ce jour, le docteur Radaniela devint fou. Il délirait, disait des paroles insensées, marmonnait, chantait, priait, et ce qui était fort étonnant, c’est qu’il n’avait proféré le moindre gros mot. De 21 heures à 22 heures dans le train qui nous emmenait vers Moramanga, l’on entendait venant de loin  une sirène qui sonnait par intermittence. Tous, nous avons sursauté, nous demandant ce que c’était. Vers minuit elle était très proche et mugissait fortement. Des fois elle s’arrêtait et on entendait alors des bruits semblables au retentissement de brodequins de plusieurs soldats. Quelque chose glissait comme une calèche. Ces bruits ne s’étaient pas encore évanouis que d’innombrables pétarades frappaient notre wagon et lançaient des lueurs à l’intérieur. Elles étaient de plus en plus bruyantes. Nous entendîmes comme des coups de fusils, peut-être des coups de mitrailleuses, de mitraillettes, de canons. Le côté sud-est du wagon se fendit. Le pasteur Ramanamihanta fut le premier atteint, à la tête : faute de place il s’était appuyé dans un coin. Des éclats nous firent voir sur les parois comme du sang, des lambeaux de chair, et peut-être des débris de cervelle. Le catéchiste Rakotomangafandray se leva pour sauver sa vie, mais fuir  où ? Une balle le toucha dans son flanc, il se plia en deux, tué sur le coup. Vers la fin de la fusillade, le Pr Vincent Rafaralahy reçut un éclat derrière son genou. Le sang gicla, il appela au secours : « Ratsimisetra, Ratsimisetra, docteur, sauvez-moi vite, je suis atteint ! »
Le matin du 6 mai par un temps d’hiver, Lechevanton arriva d’Ambatondrazaka et fit ouvrir le wagon plombé. Quand ils aperçurent l’administrateur, tous les survivants se mirent à genoux mais il ne le remarqua pas. « Courez vite dans le camion là-bas ! » Sitôt embarqués, nous nous allongeâmes par terre, n’osant pas tourner la tête mais regardant du coin de l’œil les wagons devant lesquels nous passions. C’est comme cela que nous avons pu voir sous les portes des wagons d’épaisses flaques de sang autour desquelles des chiens s’affairaient.

Textes : Tom Andriamanoro
Photos : L’Express de Madagascar - AFP