La nouvelle route de la soie. On en parle aujourd’hui comme une idée qui confirmera un peu plus encore la place tentaculaire de la Chine sur l’échiquier économique mondial, si ce n’est déjà fait. C’est, pourquoi pas, l’occasion de ressusciter l’ancienne route maritime de la soie, authentique et historique, d’autant plus que certaines de ses incidences jettent une autre lumière sur l’histoire de Madagascar et de la soie malgache. Nous devons cet article aux connaissances et à la passion pour ce pays de l’historien-anthropologue, également membre titulaire de l’Académie Malgache, Jean-Pierre Domenichini, que nous avons déjà eu le plaisir d’accueillir dans les colonnes de Bemiray. Zoky Raiamandreny, vous avez la parole!

Temps ancien – La route maritime de la soie

La filature de la soie, ainsi que son tissage, est, sans doute, l’une des techniques les plus anciennes dans l’histoire de l’humanité. Elle semble attestée dès le troisième millénaire avant l’ère chrétienne en Extrême Orient, dans le Sud de ce qui est aujourd’hui l’espace chinois. L’historien commence à supposer l’existence d’un commerce dans l’océan Indien au quatrième siècle avant l’ère chrétienne, quand il voit arriver les épices d’Insulinde en Méditerranée et la cannelle sur la table d’Hérodote. Puis à l’époque d’Auguste, outre les épices, ce commerce concernait aussi d’autres produits. Parmi les plus importants figurait la soie, dont les grandes familles romaines attendaient l’arrivée chaque année.
Selon Pline l’Ancien, le commerce de la soie se trouvait entre les mains des Sères, « les hommes de la soie », que des orientalistes comme Pelliot et Needham identifièrent, autrefois, avec les Chinois. La route de la soie existait déjà qui, dans la Mer Rouge, aboutissait à Adoulis. Les navigateurs étaient des Austronésiens du Sud de l’espace chinois et de l’Asie du Sud-Est. Déjà au IIe siècle BC, l’empereur Wudi avait autorisé les moines bouddhistes en pèlerinage à utiliser les navires des « Kun Lun », et sans doute les bateaux du Champa « pays des hommes noirs », que les mandarins appelèrent « Lin-yi » quand ils le découvrirent par la suite. Dès cette époque, les Austronésiens construisaient de grands bateaux cousus à voile, les « kun-lun-bo » ou bateaux des hommes noirs, et on peut les identifier comme étant les « koliandio phonta » navigant entre l’Inde et l’Asie du Sud-Est. La science de la navigation et de la construction des « Kun Lun » austronésiens devint chinoise quand les mandarins l’enregistrèrent, ce qui permit à Joseph Needham d’écrire que « l’Éthiopie et l’Afrique orientale auraient déjà été connus des commerçants chinois dès le premier siècle avant l’ère chrétienne ».
Le réseau commercial austronésien dans l’océan Indien avait permis de découvrir l’île de Madagascar où les premiers visiteurs vinrent, sans doute, pour exploiter les ressources de l’estran (holothuries, ambre gris, écailles de tortue…) et pour évaluer les possibilités de la forêt. Puis, dans la tradition maritime et colonisatrice des Austronésiens, l’île fit l’objet d’entreprises de colonisation, parties d’Asie du Sud-Est. Avec les techniques que ces premiers colons apportèrent avec eux, il est vraisemblable que l’on puisse compter la filature et le tissage de la soie. Des travaux récents d’ethnologie, il apparaît, en effet, que le métier à tisser malgache correspond en Indonésie à un métier que l’on dit sommaire et qui n’est utilisé que pour le coton, le tissage de la soie y requérant un modèle plus complexe. On peut en déduire que le métier malgache a été apporté par des colons à une époque ancienne où celui affecté à la soie n’avait pas encore été perfectionné.
Beau travail des tisserandes malgaches
Dans les archives conservées au British Museum, figure le témoignage d’un traiteur créole de La Réunion qui avait fréquenté Madagascar avant 1750, dissertant longuement du travail des tisserandes malgaches et des tissus qu’elles produisaient : « Elles font des pagnes qui le disputent à nos soyeries et peuvent si bien entrer en concurrence avec les étoffes des manufactures de Lion qu’on a été obligé d’en faire défendre l’importation dans le royaume (…)  C’est avec peu de moyens qu’elles font des étoffes qui attirent l’admiration des connaisseurs. Ce sont encore les femmes qui travaillent aux teintures. Les couleurs qu’elles font prendre à la soye et au coton tiennent beaucoup mieux que celles des Indiens. »
Pour la soie, la nature offrait des cocons de ver à soie sauvage. Au XVIIe siècle, Flacourt distinguait quatre sortes de soie, plus ou moins fines et résistantes selon le ver à soie et la plante dont il se nourrissait. Si les provinces intérieures en fournissaient beaucoup, « la plus fine et la plus forte de toutes était celle du ver installé dans les peuplements littoraux de filao, et qui donnait le landin’anakao». Les travaux scientifiques et agronomiques du XXe siècle n’en ont guère retenu qu’un seul, le « landibe » (Borocera cajani) qui vit sur le tapia. Il est arrivé aussi qu’on l’ait élevé sur l’ambrevade. C’est par contre un petit ver à soie, le « landikely », que l’on élève dans les magnaneries. On ne connaît pas la date exacte de son introduction, si tant est qu’il l’ait jamais été.
Sous la royauté, le travail et le port de la soie étaient réglementés. Pour préserver la qualité de cette matière « divine et vivante », la filature et le tissage étaient interdits pendant l’année d’un deuil royal. À l’origine, seuls les nobles pouvaient s’en vêtir, mais étaient exclus ceux dont les parents étaient encore en vie, ou qui avaient eu un contact avec l’impureté de la mort biologique. De ces belles soieries anciennes, il n’existe plus aucune collection dans un musée de Madagascar. On en trouve pourtant d’importantes à Londres, réunies par les missionnaires au XIXe siècle. Il y a aussi les « lamba » achetés par Ralph Linton entre 1925 et 1927, et qui sont au Field Museum de Chicago.
Ndlr : Pour retrouver les belles créations de leur passé, les Malgaches seraient donc dans l’obligation de se tracer une route de la soie très particulière qui ne concerne qu’eux seuls. Et dont ils ne  rapporteraient qu’une profonde nostalgie, mêlée peut-être d’un sentiment rageur de frustration…

Il n’y a pas d’âge pour

Il n’y a pas d’âge pour

État civil  – Les longues tribulations du mariage

Se dire oui, mais devant qui ? La route a été cahoteuse jusqu’à ce que les « izy roa kely » passent d’abord obligatoirement devant M. le Maire ou son adjoint, avant les émotions de la cérémonie des bagues. En France, dont nous avons presque tout hérité en termes de législation, il est revenu à la Révolution de créer, par la loi du 20 septembre 1792, un mariage civil auquel il pouvait être mis fin  par une procédure de divorce. Mais avant cette date, c’était la croix et les… barrières pour les non-catholiques.
Une ordonnance royale de 1539 confiait, en effet, à l’Église la tenue de registres paroissiaux portant mention des baptêmes, mariages et décès. C’était un  moyen quasi infaillible de contrôle du tissu social, et d’imposition de la conception du mariage en tant que sacrement indissoluble. Seule l’Église pouvait aussi déterminer les cas d’empêchement, et seule elle pouvait les lever. Il en résultait que les protestants du royaume étaient dépourvus de toute existence légale, une situation aggravée par la révocation de l’Édit de Nantes en 1685. Les pasteurs en étaient réduits à célébrer des cérémonies clandestines qu’on appelait des « mariages au désert », et qui ne pouvaient attester d’un quelconque lien matrimonial ou d’une filiation. Les principales victimes étaient les enfants considérés comme illégitimes et privés de tout droit à l’héritage.
C’est à partir des années 1750 que les non-catholiques ainsi que les « divorciaires » osaient enfin se faire entendre et pourvoir en justice, soutenus par une opinion publique encore balbutiante. Les ténors du barreau se faisaient un nom en défendant les plaignants protestants ou juifs, notamment en matière de conflits successoraux. En 1771, Étienne Marie Portalis défendait sans équivoque l’instauration d’un mariage civil pour les protestants dans un ouvrage intitulé « Consultation sur la validité des mariages protestants en France », paru à Genève. À son accession au trône en 1774, Louis XVI confia le dossier à son ministre Malesherbes, ce qui aboutit en 1787 à un « Édit de tolérance » instituant une première forme de mariage qui ne soit plus foncièrement catholique. À partir de là, les avancées se succédèrent même si, en prenant la Bastille en 1789, les Français avaient bien d’autres soucis en tête que le mariage.
Le 10 mai 1791, Bailly, maire de Paris, demandait à l’Assemblée une loi  ordonnant « qu’à l’avenir les déclarations de naissance, de mariage, et de mort soient reçues par des officiers civils dans une forme conciliable avec toutes les opinions religieuses ». Cette fois-ci s’ouvrait le vrai débat. L’ultime phase d’adoption de cette loi eut lieu en septembre 1792. Dans sa proclamation, la Convention prenait cependant la précaution de préciser que le nouveau mode de constatation de l’état civil des citoyens n’était, en aucune manière, une mesure anticléricale…

Amnésiacillin

Amnésiacillin

 Entre Art et Histoire – Quand on a voulu dégonfler 47…

À la fois peintre, sculpteur, poète, essayiste, musicien et bien d’autres choses encore sur son fond d’universitaire, Hemerson Andrianetrazafy se définit comme un être pluriel, qui continue à s’émerveiller chaque matin en redécouvrant le monde. « J’ai pris très tôt l’initiative de consigner le flot de sensations qui m’envahit. Et qu’on aime ou pas ce que je fais, cela m’importe très peu. » Car la tare de l’art, sans jeu de mot, c’est ce souci de trop satisfaire le regard de l’autre, quitte à finir par se perdre. « Et moi, je ne veux pas me perdre. »
On est au milieu des années 2000. Ils sont toute une équipe de passionnés à poursuivre au sein de leur association Vaika (Vondrona Andrafetana sy Ivoizana ny Kolontsainan’ny Ampitso) un travail entamé depuis 1990 sous le sceau de la transdisciplinarité : celui de promouvoir la culture de demain par la recherche de nouveaux concepts dans le domaine de l’art contemporain. Hemerson Andrianetrazafy cite, volontiers, les noms du philosophe Patrick Rakotolahy, du Dr Ratrema, « un véritable homme de culture qui apporta beaucoup de spiritualité à nos démarches », et surtout du peintre Richard Razafindrakoto. C’est en plein dans cette fièvre créatrice qu’arrive à Madagascar un maître-verrier, également représentant du Secours populaire français, du nom de François Charpentier. Le courant passe aussi vite que, bien entre les deux parties et, de fil en aiguille, il est question d’imaginer un évènementiel s’articulant autour de la commémoration de 1947. Une sorte de devoir de mémoire conçu avec des yeux et des doigts d’artistes, certes, mais collant de près à une vérité historique à rétablir. Vaika se rend, en effet, compte qu’après avoir fait l’objet d’un tabou dans les années 50-60, les évènements sont devenus un mythe, un imaginaire s’écartant de plus en plus de la réalité, et permettant à n’importe quel mythomane de raconter n’importe quoi pour se faire valoir. Il n’en reste guère plus beaucoup, mais combien de « généraux » de pacotille ont-ils pris l’habitude de partir à l’assaut des micros de la radio chaque 29 mars ! Combien d’obscures femmes au foyer se sont-elles autoproclamées authentiques « combattantes », avec pour seul fait d’armes celui de cuire le riz de leurs hommes ! Il est vrai qu’une allocation est à la clé, et à vie. 1947 est devenu une baudruche à impérativement dégonfler, pour enfin se situer dans une démarche de recherche comme l’a fait un Jacques Tronchon.

Amour maternel

Amour maternel

On est en 2007, Richard Razafindrakoto est parti. L’idée d’une exposition itinérante de peintres malgaches, destinée à tourner dans des villes françaises, mûrit. Quelque soixante dix toiles d’une vingtaine d’artistes peintres traitant tous de la lutte de libération selon la sensibilité de chacun, sont réunies. Le hic, c’est que François Charpentier a approché une association malgache, proche aussi bien du Secours populaire que des évènements de 1947, laquelle a vite fait de s’ériger en interlocuteur principal.  Des clashes s’ensuivent, mais les œuvres sont, néanmoins, expédiées avec, semble-t-il, des envois personnels de ladite association. Un contrat prévoit une indemnité pour les artistes, ainsi que le reversement du produit des ventes éventuelles. Ils n’en ont eu ni l’un ni l’autre. Comble de malheur, François Charpentier qui envoyait régulièrement, cependant, des échos de la tournée, meurt. Depuis, plus personne n’a revu, ni entendu parler des toiles. Les récupérera-t-on un jour ? Dix ans ont passé, il semblerait que les visiteurs se sont toutefois intéressés à la découverte de ce qui n’était senti que comme un épiphénomène dans leur pays, à côté de Dien Bien Phu ou de la guerre d’Algérie, malgré nos 90 000 morts. Pourquoi donc ?

Le Guerrier

Le Guerrier

Le véritable problème, de l’avis de Hemerson Andrianetrazafy, vient de notre déficit en matière d’entretien de la mémoire collective dont nous ne sommes même pas conscients de l’importance, et de notre incapacité à nous situer par rapport au monde et à nous-mêmes. Et de citer une image particulièrement bien à propos : « Le Malgache est un conquérant venu de ses rivages lointains pour aboutir sur une île. Il a choisi la plus haute colline, creusé des fossés, installé un portail monumental qu’il a fermé, construit une case qu’il a aussi fermée, et s’est retrouvé emmuré dedans. Nous nous sommes insularisés dans notre démarche culturelle, sans nous rendre compte que cela impacte plusieurs autres domaines tout aussi essentiels. » L’impasse ?

BE5Rétro pêle-mêle

Madagascar vient d’héberger la réunion du Comité des ministres de l’Asecna, ce qui, par-delà le langage diplomatique, n’est pas nécessairement une reconnaissance des performances du pays-hôte. Donnons un coup d’œil rétrospectif sur la naissance d’une Agence multinationale qui restera dans l’Histoire comme le premier organisme d’unité africaine, bien avant l’OCAM et l’OUA. C’était du temps où, les Fédérations d’Afrique occidentale et équatoriale françaises (AOF et AEF) ayant pratiquement disparu, certains pays hésitaient encore entre indépendance et Communauté. Son premier président, Louis Sanmarco, était directeur des Affaires sociales au ministère naissant de la Coopération, et avouait en toute simplicité n’avoir aucune compétence particulière pour s’occuper d’aéronautique. Il n’en réussit pas moins un travail titanesque de bâtisseur à son nouveau poste.
Pour le ministre français des Travaux publics, Robert Buron, il fallait concilier les avantages techniques d’un grand espace aérien unifié et les souverainetés nouvelles des États. Ce n’était pas tout à fait l’avis de certains comme le Togolais Sylvanus Olympio lequel refusera d’adhérer à l’Agence, à la seule idée d’avoir à se mélanger avec la lointaine ex-Afrique Équatoriale Française et, pire encore, avec Madagascar. Mais les choses allèrent relativement vite avec l’engagement total du Général de Gaulle. On transféra à l’Agence les crédits Afrique du secrétariat général à l’Aviation civile, la France prenant quand même certaines précautions : même nombre d’administrateurs français et africains au Conseil, contrôleurs financiers également français… Du côté des textes, on ventila soigneusement les attributions de l’Agence avec, d’un côté, sa fonction communautaire, et de l’autre les activités nationales ponctuelles où elle est appelée à agir pour le compte des autorités de chaque pays. L’africanisation des cadres fut, pour sa part, rapide et de qualité, les ressortissants des paysnmembres recevant, soit à l’extérieur, soit dans les écoles créées par l’Asecna, la même formation que leurs collègues français pour obtenir les mêmes qualifications et grades.
On ne s’étonnera point si l’OACI décerna à l’Asecna son Prix Warner, véritable « Nobel » de l’aéronautique civile. Mais un grand hommage, quoique indirect, a aussi été cette remarque désabusée de Bernard Attali alors président du Groupe Air France : « Pour parcourir les 950 km qui séparent Paris de Prague, il faut traverser sept espaces aériens distincts, gérés par des informatiques différentes. Un changement de juridiction tous les 130 km. Comment accepter que le ciel européen soit géré de façon si peu européenne ? »

Lettres sans frontières

Anne Wiazemsky
In Un an après

Lendemains d’un mois de mai

Londres, mai 1968. La troisième nuit commença avec entrain. Les Stones sentaient qu’ils avaient progressé, que les thèmes élaborés la veille étaient bon. Anita Pallenberg et Marianne Faithfull les accompagnaient et les encourageaient. On était toujours en plein travail de création, mais c’était déjà presque un spectacle. Nous étions tous si pris par la musique que personne ne remarqua l’agitation sonore qui grandissait à l’extérieur du studio où tout aurait dû être silencieux. Des personnes firent soudain irruption pour nous prévenir que l’immeuble était en feu et que nous devions d’urgence l’évacuer. Après quelques secondes de stupeur, chacun prit ce qu’il pouvait et se rua vers la sortie. Des inconnus nous aidaient en emportant tout ce qui avait contribué à l’enregistrement de la maquette de « Sympathy for the devil ».
Regroupés sur le trottoir d’en face, nous suivions le travail des pompiers. L’ambiance tournait à une fête psychédélique. Keith Richards, qui n’avait pas quitté sa guitare, se mit à improviser des accords proches de ceux qu’il avait trouvés la veille. Aux premières lueurs de l’aube, l’incendie fut définitivement maîtrisé. Le chef des pompiers et le directeur du studio demandèrent à voir Mick Jagger et Jean-Luc pour les informer que l’enregistrement du disque ne pourrait pas reprendre avant plusieurs jours. « Oh, shit ! » dit l’un, « Chouette, on rentre à Paris ! » dit l’autre.
Nous prenions notre petit-déjeuner dans la chambre et Jean-Luc alluma machinalement la télévision. On venait d’assassiner le sénateur Robert Kennedy à Los  Angeles, les images qui passaient en boucle le montraient s’écroulant sous les balles. Plus tard dans l’avion du retour, j’étais encore sous le choc, tandis que lui cherchait les conséquences que l’élimination de Robert Kennedy pourrait avoir sur la guerre du Vietnam.
Cela faisait à peine quatre jours que nous avions quitté Paris et tout avait changé. Les voitures roulaient de nouveau, les montagnes de détritus n’encombraient plus les trottoirs, les rues pavées avaient été recouvertes de goudron. En ouvrant en grand les fenêtres, je sentis encore la tenace puanteur des gaz. Je regardai la rue Saint-Jacques et découvris avec effroi que le drapeau rouge ne flottait plus sur le dôme de la Sorbonne. On aurait dit qu’elle avait été décapitée, et mon chagrin s’en trouva accru.
— Le beau mois de mai est bel et bien fini.
Jean-Luc brandit le poing : « Non, camarade, ce n’est qu’un début, continuons le combat ! »

Textes : Tom Andriamanoro
Photos : Fournie – AFP