La résolution du litige entre le Nigeria et le Cameroun au sujet de la péninsule de Bakassi est prétexte à se pencher sur le cas des Îles Éparses. Tom Andriamanoro rappelle le scandale du jouet chinois, d’il y a treize ans, dont la boule contenait une eau suspecte, pour évoquer le chemin parcouru par la Chine en matière de coopération depuis cet incident. Quant au tourisme, il peut se décliner de mille façons, comme il est pratiqué avec le pèlerinage à Lourdes. 

Litiges territoriaux – La leçon non entendue

Ce fut pourtant clair et net : la péninsule de Bakassi, il y a déjà plusieurs années de cela, était l’objet d’un litige entre le Nigeria et le Cameroun, qui a failli tourner à la guerre ouverte. Finalement, le territoire s’est retrouvé camerounais pour de bon. Les deux pays avaient porté l’affaire auprès de la Cour Internationale de Justice, avec l’engagement de respecter son verdict quel qu’il soit. Yaoundé a donc remporté la bataille juridique, mais a dû faire face à des problèmes autrement plus complexes dans une région difficile d’accès où règne, de manière chronique, une insécurité signée Boko Haram, dont l’appétit et celui d’autres intérêts sont aiguisés par un sous-sol extrêmement riche en gaz et en pétrole sous les marécages et les mangroves.

Europa, Juan de Nova,  Les Glorieuses, Tromelin et Bassa da India, font l’objet de litige  entre Madagascar et la France.

Europa, Juan de Nova, Les Glorieuses, Tromelin et Bassa da India, font l’objet de litige entre Madagascar et la France.

Difficile de ne pas penser aux Îles Éparses, dont la plupart ne sont même pas habitées, et que des Grands situés à des milliers de kilomètres revendiquent ouvertement. Pas question, pour toutes les parties, de s’entendre sur la nécessité d’approcher conjointement une instance juridique internationale et de s’y plier puisque tous, à un moment ou un autre de leur Histoire, se sont sentis concernés par le sort de ces cailloux.

BE2

Droit du plus fort
C’est le cas de Tromelin, en fait un récif d’à peine un kilomètre qui, avant l’indépendance, faisait partie de l’ensemble mauricien au même titre que Rodrigue ou Saint Brandon. Aujourd’hui, la France propose à Maurice une formule de cogestion qui tente aussi le gouvernement malgache pour les îles le concernant et dont on n’entend plus tellement parler : les Glorieuses qui avaient été mises en valeur en 1878 par le Réunionnais Hippolyte Caltaux avant de passer sous dépendance de Mayotte en 1895, et de Madagascar en 1912, Bassas da India, Europa, Juan de Nova. L’amiral Ratsiraka avait, en son temps, tenté un coup d’éclat autour de cette dernière, mais en vain. La « souveraineté » de la France sur Bassa da India lui permet de régner sur une zone économique de 123 700 km2 qu’elle n’est pas prête à partager. Un observatoire météorologique avait été installé sur les Glorieuses en 1955 et l’île devenait, en  1973, une réserve naturelle accessible uniquement aux chercheurs et à l’armée française. Europa, pour sa part, est à 300 km seulement des côtes malgaches et est célèbre pour son avifaune. La France en a pris possession en 1896, et y a installé une base militaire en 1973. Les quatre kilomètres de Juan de Nova enfin n’ont d’autres occupants que les militaires du 2è RPIMA. Qualifié de domaine privé de l’État, l’île est administrée, depuis 2005, par le préfet des « terres australes et antarctiques françaises » basé à Saint-Denis de La Réunion. Ainsi va le Droit du plus fort dans le Sud-Ouest de l’océan Indien.

La Cour Internationale de Justice a attribué la péninsule de Bakassi  au Cameroun. 

La Cour Internationale de Justice a attribué la péninsule de Bakassi 
au Cameroun.

Tourisme religieux – Lourdes, hier et pour l’éternité

La très pieuse ville de Lourdes au pied des Pyrénées a célébré, en 2008, le cent-cinquantième anniversaire des premières apparitions de la Vierge, et tel qu’on connaît la hiérarchie catholique, d’autres échéances tout aussi significatives et se situant dans cette lignée miraculeuse sont en préparation, plus grandioses encore. Cette année-là, l’hôtellerie de cette petite ville d’à peine 15 000 habitants a connu une surchauffe. Le total de 30 000 lits dont disposent la ville et sa périphérie a été revu à la hausse jusqu’à dépasser l’offre de toute l’Île-de-France. Car, derrière la foi, le tourisme dans la plus industrielle de ses acceptations se doit de profiter de toutes les opportunités.

Les boutiques de souvenirs pullulent à Lourdes.

Les boutiques de souvenirs pullulent à Lourdes.

Cette année 2008, selon les statistiques, un pèlerin venu passer quatre nuitées dépense en moyenne 600 euros tout compris. Le parc hôtelier est géré par de petits entrepreneurs disposant de deux à trois unités chacun. Le visiteur d’un jour qui vient en voiture dépense une centaine d’euros pour son repas de midi et ses achats de souvenirs. Car une des images fortes de Lourdes est celle de rues entières submergées par le commerce religieux. Et si l’accès au sanctuaire est gratuit, cela ne signifie pas qu’il ne génère pas de recettes substantielles. D’après toujours les prévisions de 2008, les offrandes pour cette année de commémoration devaient atteindre seize millions d’euros, à quoi s’ajouteraient les honoraires de messe (trois à quatre millions euros), les ventes de médaillons et de littérature religieuse (cinq millions euros), et bien d’autres articles de circonstance. C’était il y a neuf ans, il est permis d’imaginer les résultats que donnera leur réactualisation. Et de se demander si Marie et Bernadette reconnaîtront les leurs…

Le Centre hospitalier universitaire d’Anosiala, construit par la Chine, témoigne de sa coopération avec Madagascar pour le volet santé.

Le Centre hospitalier universitaire d’Anosiala, construit par la Chine, témoigne de sa coopération avec Madagascar pour le volet santé.

Phobies et rebonds – Quand la vie est un yoyo

Ce n’est pas tous les jours que la vie ne tient qu’à un fil, celui d’une boule en plastique avec dedans toutes les cochonneries du monde. Si cela dit quelque chose au plus grand nombre, ce dont il est permis de douter, on pourrait citer un solvant du nom de toluène, puis un colorant utilisé dans les explosifs peut-être pour l’avantage de pouvoir mourir en technicolor, le xylène, puis des bactéries dites coliformes, cousines, semble-t-il, du vibrion du choléra. Il n’y manque plus qu’un soupçon de crachat avec des promesses de Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) et, pourquoi pas ? des restes de poulets porteurs de fièvre aviaire.
C’était il y a treize ans, le temps passe vite mais les relents du scandale mettront, quant à eux, combien de fois ce même temps pour se dissiper ? S’il ne subsistait pas quelque part un je ne sais quoi relatif à la santé de nos mômes, la tentation aurait été forte en cette année 2004 de se demander de qui on se moque, ou carrément d’oublier les dangers et éclater de rire après le verdict attendu de l’Institut Pasteur. Le mystérieux liquide n’est sûrement pas de la toute première fraîcheur, mais de là à s’acharner sur la sonnette risque de dépasser les limites de la solidarité tiers-mondiste, Et d’ailleurs, que l’interdiction d’entrée frappant le gadget douteux se soit limitée aux États-Unis et à leurs satellites laisse plutôt penser à cette phobie maladive des Américains en matière de normes, et ce d’autant plus que le spectre d’Al Qaida couplé aux antécédents de l’attentat du métro de Tokyo, et des lettres à la poudre blanche ne peuvent que les inciter à la plus grande circonspection. Car ne l’oublions pas, les États-Unis sont un pays qui se considère comme étant en guerre permanente contre un ennemi insidieux, un ennemi pour lequel recourir uniquement à des moyens conventionnels relève d’un passé révolu. Ce jouet à l’air aussi laid qu’inoffensif pourrait être effectivement un vecteur imparable pour la pénétration et la propagation au cœur de la population des fameuses armes chimiques de destruction massive.

La Chine peut s’investir dans des grandes infrastructures comme le Centre des conférences internationales d’Ivato. 

La Chine peut s’investir dans des grandes infrastructures comme le Centre des conférences internationales d’Ivato.

À deux vitesses
La première victime en terre malgache du « yoyo chinois » fut la sympathique ambassadrice de ce pays ami, dont la fin du séjour n’avait pas besoin d’être ternie par les rebondissements idiots d’un jouet malvenu. Cette communiste à visage humain nous a permis de découvrir de ce système autre chose que sa pâle version ratsirakienne, et son travail de fourmi a contribué à placer la Chine au deuxième rang des investisseurs étrangers derrière les Français mais devant les Mauriciens. Dans l’esprit du commun des Malgaches, la Chine c’était d’abord une invasion de produits  de basse qualité à l’image de ces chauffeuses d’eau électriques dont le manche vous fond entre les mains dès la première utilisation. Cela s’aggrave, quelque part, par des opérations douteuses, notamment, immobilières, et un traitement des employés proches de l’esclavagisme décrié dans toute l’Afrique mais que les concernés balaient d’un revers de main : « Vous, vous aimez dolmil. Nous les Sinois, nous aimons tlavailler ». L’équilibre a pu être rétabli sur d’autres échelles grâce à des réalisations d’envergure comme le Palais des Sports, la route de Vatomandry, ou certains axes des 67 hectares. Une indiscrétion (voulue ?) a même permis de connaître avant l’heure le rôle de la Chine dans la construction du Centre des conférences d’Ivato. À l’image de sa société contemporaine, la coopération chinoise s’avère être à deux vitesses, ce qui lui permet de rebondir habilement à la manière d’un yoyo au moment où on la croit sérieusement compromise.
Mais l’élasticité n’est pas une vertu exclusivement chinoise. Tel régime parvenu miraculeusement au terme de ses premières années au prix d’un bilan plutôt mitigé promet, pour très bientôt, de grands rebondissements à condition, pour tout le monde, de savoir être patient. La vie n’est finalement qu’un yoyo fourre-tout qui mène à tout à condition de ne pas le percer.

BE8Rétro pêle-mêle

Crac, Boum, Hue ! Ce devait être vers la fin des années 60, et la Radio nationale venait de fêter ses 73 ans. Elle avait deux chaînes dont la Deux en langue française perpétuait l’héritage de ces autodidactes talentueux qui avaient pour noms Henri Lamour, Jean Pomez, Raymond Pierre et autre Marie Paule. Les jeunes animateurs formés à l’extérieur et arrivés par vagues avaient aussi l’ambition de secouer la routine par de nouveaux concepts. L’un d’entre eux voulait, notamment, démontrer que, de temps à autre, se prendre maladivement  au sérieux pour un homme de radio n’était pas nécessairement le meilleur choix. Le samedi soir, Tana était encore loin d’avoir la fièvre, et c’était une raison suffisante pour propager, le temps d’une bonne tranche rigolarde, quelques ondes de folie. L’animateur, c’était Simon Andriamialison qui mijota un delirium très mince de fin de semaine avec quelques potes : Julie Gauche, de la radio, Bibi Ramambazafy, et le réalisateur de cette chronique Bemiray en tant que collaborateurs extérieurs. Ainsi naquit Crac, Boum, Hue ! dont le titre trahissait la haute portée intellectuelle. L’ambition n’était pas de faire dans la durée, mais plutôt d’inventer un moment d’éclatement à partager avec l’anonyme multitude. C’était nouveau, ce fut réussi, mais l’itinéraire des quatre compères ne tarda pas à se séparer car ainsi va la vie. Avec le temps qui passe, Simon et Bibi ont même fini par prendre un aller simple pour le pays de nulle part. Amis, nous avons vécu autour d’un micro des moments fabuleux qui ne se préparaient même pas. Il n’y a plus eu de prochaine fois, et tout est bien mieux ainsi…

Lettres sans frontières

A.F.Liotard
In le Pôle Sud et les hommes

Dans ce désert de glace

Le poêle poussé au rouge irradiait une chaleur bienfaitrice. Dans la soirée, la température était tombée brusquement, bien qu’au cœur de l’été antarctique, le thermomètre marquait -10°. Le paysage était figé dans une immobilité parfaite, dont la lune, à son plein, révélait le relief adouci. Après l’agitation du jour, le débarquement du matériel dans le bruit des moteurs, l’appel des hommes, les hurlements des chiens et les cris des manchots, maintenant le silence était complet. Nous étions neuf tassés dans cette pièce étroite de l’ancienne usine baleinière norvégienne, à peine meublée d’une table sur tréteaux, d’un placard et de quelques chaises. Ce lieu servait de bureau au chef de la mission antarctique britannique. La plupart des hommes étaient assis à même le sol, le dos à la paroi, un verre en main.  Il y avait là quelques Britanniques de l’expédition, deux Norvégiens, vieux chasseurs de baleines aux yeux enfantins, un capitaine argentin, bronzé de peau, chef de la mission rivale établie à quelques milles de là et moi-même, Français. Parfois un bras se tendait, un « Skol » retentissait et des regards se croisaient où se lisaient l’amitié, la confiance, et plus encore, une sorte d’entente profonde qui sourdait du fond de l’être. Alors un chant s’élevait tour à tour rude, mélancolique, attendri ; vieille ballade écossaise, chant de Viking, chanson de France, ou mélopée sud-américaine. Et tous reprenaient tant bien que mal, au refrain, dans le désir de communier avec un peuple étranger dont les chants exprimaient un aspect de la sensibilité ou de l’âme. Soirée inoubliable de fraternité sans ombre ni réticence. Dans ce désert de glace que représente l’Antarctique, une commune sympathie était née entre des hommes voués aux mêmes luttes, aux mêmes dangers, comme aux mêmes joies.
Et, pourtant, dans ce groupe existaient de sourdes rivalités. Selon toutes apparences, des divergences profondes auraient dû empêcher ce rapprochement. Nous nous trouvions dans le secteur britannique de l’Antarctique, mais que depuis leurs côtes revendiquent les Argentins et  les Chiliens. Attristé, j’avais assisté le jour même à l’échange de lettres officielles de protestation entre les officiers de l’aviso polaire britannique « John Biscoe » et les officiers argentins, les uns contre la construction d’une base sur territoire de sa Majesté sans son autorisation, et les autres contre le mouillage d’un navire non autorisé dans des eaux argentines. Ainsi donc, sur ce vaste continent, l’homme a transporté, avec ses dons d’abnégation, de courage, et d’ingéniosité au service de la connaissance, ses exigences nationales et politiques. Cependant, par-delà ces exigences, les hommes se retrouvent réunis par une commune destinée.

Textes : Tom Andriamanoro
Photos : L’Express de Madagascar - AFP -Madagate