Pour le Bemiray de ce jour, parlons de politique et de sport. Tom Andriamanoro évoque ces chefs d’État aux services desquels officient des conseillers plutôt…serviles. Quant aux sports de l’extrême, il n’y a pas, apparemment, de limite pour l’homme (en faisant abstraction du dopage). La touche artistique mentionne notre Roland Raparivo national. 

Pouvoir – Ces Grands qui nous gouvernent

Notre invité a fait partie de la promotion de cadres malgaches appelés à prendre la relève des expatriés durant les premières décennies d’indépendance. Une voix digne d’être écoutée pour comprendre certains ratés que n’a pu camoufler l’euphorie du moment. Aux générations qui se sont succédé d’avoir, elles aussi, la droiture de reconnaître ce qui n’a toujours pas changé. Et pourquoi.
« Beaucoup de chefs d’État se font malheureusement entourer par des serviteurs et non par des collaborateurs. Or un chef d’État n’est pas un surhomme, il n’est pas forcément compétent dans tous les domaines. C’est pourquoi il doit être entouré de gens compétents et intègres. Pour avoir ignoré ces règles élémentaires, beaucoup d’entre eux ont connu des fins tragiques, brutales, douloureuses ».
Ah, si jeunesse savait ! Dans nos jeunes États, trop de carrières se sont fait trop rapidement, et cela n’a pas aidé à arranger les choses. Il faut aussi reconnaître que le régime colonial n’avait pas préparé ces cadres « indigènes » à leurs futures responsabilités, les formant juste pour devenir des auxiliaires. À l’indépendance, les dirigeants ont trop « mouillé » leurs  cadres successifs dont la qualité s’est dégradée car leur choix s’est souvent fait en fonction de leur appartenance politique, laissant la compétence au deuxième plan. Les vrais cadres, usés ou dépités, sont devenus soit des émigrés, soit des opposants, et au pire des parasites aigris dans leur propre pays.
Et R… de se rappeler un entretien avec Robert Badinter, alors président de la Cour constitutionnelle française, sur la question de savoir si des solutions ayant réussi dans un secteur pouvaient être appliquées dans d’autres : « Quand les diplômés africains ont franchi l’étape de l’acquisition de la connaissance via la formation universitaire, ils n’ont parfois pas encore accédé à la véritable prise de responsabilité dans la conduite des affaires. Ont-ils pu acquérir la connaissance de leur milieu qu’ils ont artificiellement quitté pour se consacrer aux études et parfois aussi aux premières expériences professionnelles dans des sociétés différentes des leurs ? Se sont-ils faits une idée claire des ambitions de leur peuple ? Au contraire n’auraient-ils pas tendance à imposer des modèles de société, ou de développement, appris ailleurs ? Pour R…, j’accumule les connaissances des différents milieux. Alors seulement commencent les travaux de rectification pour prétendre atteindre les ambitions ».

Ahmadou Ahidjo (à g.), premier président de la République du Cameroun, reçu par le général De Gaulle, en juillet 1960.

Ahmadou Ahidjo (à g.), premier président de la République du Cameroun, reçu par le général De Gaulle, en juillet 1960.

Africanisation
Vient alors l’épineuse question qui n’en finit pas d’emmagasiner les mauvaises réponses : « Comment peut-on être un chef ? » Le chef doit avoir de vraies qualités humaines, être capable de dialoguer avec tous les acteurs, comprendre leurs soucis et leurs aspirations. Il doit surtout réussir à les fédérer autour d’un projet dans lequel tous les acteurs figureront réellement parmi les bénéficiaires de leur travail. L’erreur serait de se précipiter à donner une solution qui peut convenir dans une circonstance donnée, mais pas dans une autre.
L’africanisation dans l’ère postindépendance a souffert d’une tare : si la majorité des élites a  souhaité ce processus, il est permis d’émettre des réserves pour ce qui est de la masse populaire. Elle s’est progressivement rendu compte que les nouveaux maîtres étaient plus condescendants encore à leur égard que le pouvoir colonial.
«  Aleo ihany tamin’ny andron’ny Vazaha ! » Une constatation s’impose quel qu’en soit le prix : les échecs en matière de développement ne sont pas à imputer uniquement aux anciennes puissances coloniales ou aux multinationales, car les élites locales ont leur part de responsabilité. Elles ont toujours pensé qu’il leur suffirait de prendre le fauteuil de leur prédécesseur pour que tout aille pour le mieux. Ce faisant, non seulement elles se sont trompées, mais elles ont aussi trompé leurs peuples.

Dans son utilisation civile, l’hélicoptère peut sauver une personne  en danger.

Dans son utilisation civile, l’hélicoptère peut sauver une personne en danger.

 

Aéronautique – Un bon à tout (bien) faire, l’hélicoptère 

L’avion trace sa ligne droite dans le ciel dans l’indifférence générale, à moins qu’il ne s’agisse de la Patrouille de France se transformant en bouquet multicolore : l’avion est entré  dans les mœurs et n’étonne plus personne. Ce n’est pas le cas de l’hélicoptère et de sa structure de machine mal finies. Tout simplement impossible de ne pas lever les yeux, quand la « libellule de fer » s’annonce avec son boucan de vieux tacot d’un autre âge. Le président de la République, les militaires en exercice, une équipe de la lutte antiacridienne rejoignant son champ d’opération, à moins que ce ne soient des touristes fortunés préférant voir le bas d’en haut ? Les possibilités sont infinies, en attendant la « solution finale » réclamée par les communautés villageoises dans la lutte contre les « dahalo ».
Une question moins bête qu’elle n’en a l’air : mais comment fait-il pour ne pas tomber ? Tout simplement en utilisant ses rotors pour sa propulsion et sa position immobile dans l’air. Le croquis de ces performances a été réalisé par Leonard de Vinci au XVè siècle, mais il faudra cinq autres siècles pour passer à la concrétisation de l’idée du génie. C’est en 1924 qu’Etienne Oehmichen entreprit le tout premier vol en circuit fermé, long d’un kilomètre. 1946 vit la sortie du Sikorsky R4, premier hélicoptère produit en série. Ce fut par contre le Bell 47 qui obtint le premier certificat autorisant une utilisation civile de l’hélicoptère dont la vocation était indubitablement militaire : transport d’hommes de troupe, évacuation des blessés, suivis de l’installation d’armements comme les canons, les roquettes, les missiles. Mais ses rôles nobles les plus reconnus sont l’évacuation sanitaire et le secours en montagne. À l’inverse de l’automobile, l’hélicoptère sauve plus de vies qu’elle n’en prend…

L’Allemand Patrick Lange, vainqueur de Ironman Hawaii 2017, est aussi le détenteur du record  de ce triathlon de 3.86 km de nage, 180.26 km de cyclisme et 42.195 km de course à pied en 8h 1mn 40s.

L’Allemand Patrick Lange, vainqueur de Ironman Hawaii 2017, est aussi le détenteur du record de ce triathlon de 3.86 km de nage, 180.26 km de cyclisme et 42.195 km de course à pied en 8h 1mn 40s.

Sport haut de gamme – L’Ironman Hawaii, ou le triathlon de l’homme de fer

Mon haut de gamme à moi a peut-être quelque chose d’un énorme contresens quelque part, mais où donc est le mal ? Je pense souvent à une compétition naturellement sélective dont la meilleure récompense serait de pouvoir prononcer le célèbre « j’y étais ». La compétition, proche des sports de l’extrême, ferait corps avec l’endroit qui en est le cadre, pour plus que longtemps. Partie de Mahamasina, la course folle escaladerait les rochers d’Ampamarinana pour se terminer, exsangue, sur le parvis de la cathédrale d’Andohalo, accueillie par une autre époque, celle des Rois et des Reines dans leurs atours du temps où Madagascar pouvait encore rêver à d’autres rêves de grandeur. Seuls les meilleurs des cinq continents viendraient honorer le rendez-vous pas comme les autres, dont la notoriété ne cesserait de s’amplifier dans les milieux des pratiquants et des équipementiers haut de gamme. C’est ainsi qu’a grandi l’Ironman Hawaii, jusqu’à devenir la compétition hors stade la plus primée au monde.
Cette grande messe sportive, méconnue car dépassant les limites du savoir populaire, est l’héritière directe de la « matrice » qui a créé le triathlon. Loin de s’essouffler, le phénomène Ironman Hawaii s’amplifie partout sur la planète, pour ne citer que l’Arizona, mais il demeure la référence suprême et de plus en plus de triathlètes rêvent d’y participer pour concrétiser leurs fantasmes : car l’incomparable Ironman Hawaii, pour devenir ce monument de la démesure, a toujours su marier la performance sportive, le fun, et la folie. Et pourrait-il y avoir une autre grande folie qu’une course hors-normes sur les flancs rocheux d’Ampamarinana avec en toile de fond les rizières du Betsimitatatra dans toute leur platitude ?

Pourquoi ne pas imaginer un « Ironman Tana » avec une escalade des rochers d’Ampamarinana ?

Pourquoi ne pas imaginer un « Ironman Tana » avec une escalade des rochers d’Ampamarinana ?

Privilégiés
Du côté de la presse spécialisée, la température monte à mesure que s’approche le grand jour. Olivier Armanet se définit par exemple comme un « Hawaii addict », deux mots qui suffisent pour tout dire. Tellement passionné, excité, imprégné par Hawaï, il ne manque jamais d’y retourner en spectateur averti quand il n’est pas « acteur ». Entre deux éditions, c’est-à-dire toute l’année, il s’informe et collecte tous les renseignements et résultats possibles concernant le circuit Ironman, ainsi que les opportunités de décrocher le précieux sésame pour faire partie des 1 800  privilégiés qui seront à l’affût du coup de starter à la prochaine mi-octobre. Ce journaliste est une véritable encyclopédie de l’Ironman en général, et de celui d’Hawaii en particulier. Il est capable de « shooter » à lui tout seul des milliers de photos en une semaine, s’efforçant de ne manquer aucun concurrent.
Qu’on ne dise pas que l’exemple de l’Ironman Hawaii est quelque peu surdimensionné : n’est-il pas temps de désormais voir grand, quitte à ce que cela ne soit encore qu’un rêve ?

BE5Rétro pêle-mêle

Roland Raparivo est l’un des plus grands peintres malgaches de tous les temps. Les petits métiers qu’il a exercés avant d’opter définitivement pour la peinture en 1979 ne se comptent plus : taximan, menuisier, ajusteur-tourneur, reporter-photographe, laborantin dans un studio du temps où la couleur n’existait pas encore… Le déclic est venu lors d’une rencontre avec le grand maître Ramanankamonjy à qui il montrait ses premiers essais. « Inutile d’entrer en apprentissage auprès de qui que soi, mon petit. Continue tel que tu es, au naturel ». En 1984, le Musée international des Arts du 20è siècle qui a son siège à New York le choisit pour représenter les plasticiens malgaches. Une de ses toiles figure dans l’exposition itinérante de cette Institution. L’artiste pense aussi à la relève et à son épanouissement grâce à la création d’une École des Beaux-arts, même si lui-même se sent un bien piètre pédagogue : « Je ne peux pas enseigner mon art puisque je ne l’ai pas appris ».
Roland Raparivo peint uniquement au couteau, et on reconnaîtrait ses œuvres même sans sa signature.

Lettres sans frontières

Aimé Césaire
In Cahier d’un retour au pays natal

Ma négritude

O lumière amicale
O fraîcheur source de la lumière
Ceux qui n’ont inventé ni la poudre ni la boussole
Ceux qui n’ont jamais su dompter la vapeur ni l’électricité
Ceux qui n’ont exploré ni les mers ni le ciel
Mais ceux sans qui la terre ne serait pas la terre
Gibbosité d’autant plus bienfaisante que la terre déserte
Davantage la terre
Silo où se préserve et mûrit ce que la terre a de plus terre
Ma négritude n’est pas une pierre, sa surdité ruée contre la clameur du jour
Ma négritude n’est ni une tour ni une cathédrale
Elle plonge dans la chair rouge du sol
Elle plonge dans  la chair ardente du ciel
Elle troue l’accablement opaque de sa droite patience
Eia pour le Kaïlcédra royal !
Eia pour ceux qui n’ont jamais rien inventé
Pour ceux qui n’ont jamais rien dompté
Mais ils s’abandonnent, saisis, à l’essence de toute chose
Ignorants des surfaces mais saisis par le mouvement de toute chose
Insoucieux de dompter, mais jouant le jeu du monde
Véritablement les fils ainés du monde
Poreux à tous les souffles du monde
Aire fraternel de tous les souffles du monde
Lit sans drain de toutes les eaux du monde
Étincelle du feu sacré du monde
Chair de la chair du monde
Palpitant du mouvement même du monde !

Textes : Tom Andriamanoro
Photos : L’Express de Madagascar - AFP