En termes journalistiques, cela s’appelle un marronnier. À chaque saison des pluies, la possibilité d’une crue dans la zone basse d’Antananarivo est évoquée. En cause, les remblais, illicites ou non, et la pression démographique.

Le soleil est revenu. Trois jours après le passage du cyclone « Ava », le quartier d’Andranomahery-Ankorondrano se remet doucement de ses émotions. La capitale n’a pas eu l’honneur de la visite de la tempête, qui a surtout longé la côte Est de la Grande île, mais elle n’en n’a pas moins subi sa colère. Il y a eu du vent, mais surtout beaucoup, beaucoup d’eau. Et de la montée des eaux, les habitants d’Andranomahery peuvent en témoigner.
En ce mardi matin particulièrement ensoleillé, Alain Ramanantana, chef de fokontany, donne ses directives : « Ne t’éloigne pas, le responsable de la motopompe va arriver d’un instant à l’autre ! » Son principal souci : « Ces eaux qui ne cessent de monter. » Il héberge en ce moment dans les locaux de son fokontany, quatre vingt trois familles sinistrées soit deux cent quarante personnes. Ils y dorment, à même le sol, le plus souvent sur un simple tissu. Ce sont les plus chanceux, car tous n’ont pas pu « bénéficier » de ce « statut » de sinistrés. Comme Noëline, par exemple, qui se demande depuis une semaine si elle ne devrait pas quitter son quartier de la Cité Vorona. « L’eau effleure ma cour, mais elle n’est pas encore entrée dans ma maison. Chez ma belle-sœur, juste à côté par contre, c’est déjà fait. Et le chemin qui mène à nos maisons est lui aussi déjà inondé. » Elle n’est pas allée le signaler au chef du fokontany parce qu’elle n’est pas sûre d’être déclarée sinistrée.

Fifaliana montre sa maison inondée par les eaux.

Fifaliana montre sa maison inondée par les eaux.

Même souci pour Fifaliana pour qui la maison est en ce moment envahie par les eaux. « Les critères pour être déclaré sinistré ont l’air très stricts. Je crois qu’ils ne choisissent que ceux qu’ils connaissent. » Ce qui est sûr, c’est que les locaux pouvant accueillir les sinistrés ne sont pas suffisants. Les autres habitants d’Andranomahery qui n’ont pas pu rejoindre le fokontany, ont été placés à l’école primaire publique.
Les problèmes que connaissent aujourd’hui les administrés d’Alain Ramanantana ne datent pas du passage d’Ava. « Nous avons commencé à accueillir les gens depuis décembre, lorsque les curages des canaux ont commencé. » À chaque saison des pluies, le jeune chef du fokontany ne manque pas d’accueillir dans ses locaux des familles chassées momentanément de leurs maisons par les fortes crues. Andranomahery est bâti au bord et sur les eaux. Mais cette année est un peu différente, constate Alain Ramanantana. L’eau met plus de temps à baisser. « Je vais vous montrer pourquoi », dit-il en nous entraînant au bord du grand bassin d’Ankorondrano. « C’est cette bande de terre que vous voyez à l’horizon qui nous pose problème. Elle se situe près du canal C3 à Anosivavaka-Ambohimanarina. C’est un remblai. C’est lui qui réduit considérablement le passage des eaux. Il y a même une clôture en pierre qui empêche l’eau de passer. »

 

Un  grand soulagement
Alain Ramanantana est venu avec les autorités compétentes- du ministère de l’Aménagement du territoire et de la commune- constater de visu le problème. « Ils se renvoient la balle », se contente-t-il de dire, un rien désabusé. Lui pare au plus pressé. «  Nous avons déjà une motopompe pour faire évacuer l’eau dans le canal Andriantany. Il nous en faut une autre. » Le ministère de l’Eau et de l’énergie a également effectué un pompage des eaux dans les parties inondées pour les reverser dans le canal GR. Quatre jours après le passage du cyclone, l’Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d’Antananarivo (APIPA) a annoncé que l’alerte, au niveau de la plaine d’Antananarivo, est passée de rouge (danger imminent) à jaune (menace de danger). Il y a décrue.
À Andranomahery, Fifaliana elle aussi est plus rassérénée, mais pour d’autres raisons. Elle revient de chez le médecin et son bébé a enfin reçu les soins qu’il faut. Depuis que les eaux ont envahi sa maison, l’enfant a été pris de fièvre. « Ils sont trois bébés dans ce cas », affirme-t-elle.
Comment les habitants d’Andranomahery-Ankorondrano ont-ils été autorisés à habiter dans cette zone inondable ? « Ils n’ont pas à demander la permission, ils sont sur leur terre », affirme Alain Ramanantana. Comme Noëline, installée depuis quatorze ans à cité Vorona. « La sœur de ma belle-mère nous a appelés. Il y avait un terrain où il n’y avait pas encore de maison, alors nous nous sommes installés là. » À aucun moment, elle ne pense partir.
«  Si par malheur on nous obligeait de le faire, nous allons faire bloc. Deux cent cinquante toits ont été érigés à cité Vorona. » Fanja, sa collègue, a habité un temps à Andranomahery. Sa mère y vit toujours. Elle, elle a déménagé à Soavimasoandro avec sa famille. « J’en avais assez d’être sinistrée. »

Le canal C3, bloqué par un remblai dont l’autorisation est plus que douteuse.

Le canal C3, bloqué par un remblai dont l’autorisation est plus que douteuse.

Les remblais, la menace tranquille

Il a été mis à jour par les récentes pluies drainées par le cyclone « Ava ». Au niveau d’Anosivavaka-Ambohimanarina, un remblai a considérablement réduit le lit du canal C3, chargé au même titre que le canal Andriantany, de drainer les eaux de la plaine d’Antananarivo. Résultat, dans certaines zones basses d’Antananarivo, l’eau ne passe plus ou très difficilement comme c’est le cas au niveau du marais d’Ankorondrano. Une saignée, six ouvertures perforées à la base de la clôture, a été effectuée pour essayer de la faire évacuer. Un étroit petit canal a également été creusé tout le long. Mais l’eau passe difficilement.
D’après les explications d’Edison Razafintsihoarana, dans un premier temps, la commune urbaine d’Antananarivo a émis un avis favorable sous réserve du plan d’urbanisme définitif du quartier d’Andraharo. Début janvier, elle a émis un avertissement à l’encontre du propriétaire et lui a ordonné une cessation immédiate des travaux ainsi qu’une remise en l’état naturel.
Du côté du département de l’Aménagement du territoire, les explications ont été données par Gérard Andriamanohisoa, directeur général. En matière de remblai, il faut se conformer au plan d’urbanisme. Seul le plan d’urbanisme, après étude cohérente et sectorielle, est habilitée à déterminer que telle zone est une zone de rizières, une zone de service, une zone bassin tampon, ou une zone industrielle. La seule zone industrielle que possède Antananarivo est la zone Forello, mais elle est saturée. Cette zone industrielle s’est étendue par la suite à Andraharo et Ankazomanga. À partir de 2006, la zone d’Ankorondrano a été redéfinie zone industrielle et des remblais ont pu y être autorisés. Les environs du By-pass connaissent également le même cas de figure. Après la construction de la route, les gens ont vu une opportunité d’urbanisation. Comme il s’agit d’une zone prévue accueillir les eaux de crue en cas d’inondation, 600 hectares aux alentours de la voie ont été interdites de construction. D’une manière générale, tout remblai ou construction non conforme au plan d’urbanisation est interdit. Le permis de remblayage est délivré par le maire lorsqu’il s’agit d’intérêt privé et par le ministère lorsqu’il s’agit de route ou de gare routière par exemple.

L’eau du bassin d’Ankorondrano, gênée aux entournures, peine à sortir.

L’eau du bassin d’Ankorondrano, gênée aux entournures, peine à sortir.

Betsimitatra au gré des vagues

Située au sud de la capitale, bordée des autres côtés par une ligne de colline, la plaine alluvionnaire du Betsimitatara est arrosée par l’Ikopa et ses affluents : Sisaony, Mamba, Andromba. Aménagée par le roi Andrianjaka d’abord, par Andrianampoinimerina surtout, grâce à d’importants travaux hydrauliques, confortés au temps de la colonisation, portée par ses eaux, elle fait à la fois le malheur et le bonheur d’Antananarivo. Car avec ses six mille hectares de rizières, elle est le grenier à riz de la région de la capitale nationale.
La culture du riz s’y fait en fonction des saisons. Il existe deux périodes de culture du riz : le « vary aloha » planté en saison sèche, repiqué en aout-septembre et récolté avant les premières inondations de janvier. Le « vakiambiaty » est cultivé en saison des pluies, repiqué en décembre-janvier et récolté à la fin des pluies, à partir d’avril-mai. Ce système savamment mis en place depuis plus de cent ans, décrit par F. Ciolina dans son « Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée » publié en 1946, est aujourd’hui menacé par les aléas du climat et la pression démographique. Les remblais avancent sur les rizières et les 200 km de canaux construits parviennent de plus en plus difficilement à contenir les eaux qui menacent d’inonder la ville basse à chaque saison des pluies.

S’étendre vers le nord pour créer de nouvelles zones industrielles où il n’y a pas de problème de remblai.

S’étendre vers le nord pour créer de nouvelles zones industrielles où il n’y a pas de problème de remblai.

Extension vers le nord

La pression foncière est indéniable, consent Gérard Andriamanohisoa, directeur général de l’Aménagement du territoire. Il cite, pour illustrer ses propos, les chiffres de l’Organisation des Nations unies pour l’habitat : 1 500 000 personnes recensées dans la zone de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA), et 1 700 000 personnes en dehors de la CUA. Six cent mille personnes vivent dans la zone basse, c’est-à-dire en-dessous de 1 250 mètres, niveau du canal Andriantany.  La population de la capitale et de ses environs double en l’espace de vingt ans. Le défi, pour la capitale, dit-il, est d’allier les solutions économiques aux solutions techniques. Antananarivo a besoin de zones industrielles pour créer de l’emploi. D’où cette « vision large » d’un Grand Tana qu’il voit s’étendre plutôt vers le nord, « car il n’y a pas là de problème de remblai ». Il parle également d’une vision polynucléaire de la région de la capitale où il s’agira de dynamiser l’Atsimondrano, l’Avaradrano et Ambohidratrimo en les connectant entre elles pour désengorger le centre urbain.

 Textes : Rondro Ramamonjisoa - Photos : Rondro Ramamonjisoa, Mamy Mael