Texto de Ravel | L'Express de Madagascar
ARCHIVE
16.12.2017 | 8:28
Ne touche pas à mon utérus : ni dupe ni soumise

La « sagesse malgache » dirait aux femmes de se taire et de juste bien s’asseoir dans un coin comme un meuble. Mais voyez-vous, mesdames et messieurs les députés, on n’est ni dupes ni soumises. Les femmes ont trop longtemps eu le second rôle. Les filles sont mal éduquées, n’ont pas le droit à l’enseignement, pas le droit à la terre, à la parole. Sous peine d’être qualifiée de poule…mal léchée ! On aurait été tenté de penser que ce temps est révolu, que maintenant, des femmes peuvent représenter les autres femmes, le peuple. Pour preuve, il y a des dames dans l’hémicycle. Mais vous avez juste fait preuve d’un affront terrible envers notre intelligence, envers nos droits humains : le droit à la vie, le droit à la santé, le droit à la famille, le droit à vie avec un libre arbitre. Pendant qu’hypocritement vous vous cachez derrière la sagesse malgache, des femmes vont mourir, des enfants naîtront et porteront à vie des handicaps qui ne leur permettront jamais de vivre dignement. Pire, certains enfants porteront le lourd fardeau d’avoir « tué » leur mère au moment de naître. C’est peut-être des histoires, pensez-vous, mais derrière chaque mot, il existe des vérités, des histoires, des êtres humains que vous occultez royalement. De votre piédestal, on vous met donc au parfum. Et on se permet de reprendre quelques mots de l’article d’une consœur. « Certaines maladies, comme la néphropathie, la maladie de marfan, nous obligent de faire sortir le bébé du ventre de sa mère, pour éviter qu’elle perde la vie. Imaginons qu’une femme qui va accoucher de son quatrième enfant fait une hémorragie sévère. Qui allez-vous sauver ? ». Un fœtus peut présenter une malformation grave, un crâne qui est ouvert, un ventre avec une main, des intestins qui ne sont pas à la bonne place et la liste est longue. Car des cas horribles, il n’y en a pas que dans les films. Des femmes vivent des cauchemars. Pendant que vous débattez de titres, de lignes de lois, il y a d’innombrables femmes qui se battent pour rester en vie. Il est difficile de vous demander de vous mettre à leur place car, visiblement, vous ne le pouvez pas. Oui, nous osons le scander car si seulement vous l’avez fait juste un instant, vous saurez que l’avortement thérapeutique est un droit, celui à la vie. Le mal est fait et on ne pense pas qu’avec la mentalité avec laquelle cette loi a été votée, vous soyez prêts à revenir sur vos pas. Alors, nous réclamons des mesures d’accompagnement. Montrez à quel point vous êtes responsables envers nous, les femmes, qui ne demandent qu’à ce que vous nous représentiez dignement. Sachant qu’à partir de maintenant, vous êtes responsables de l’impuissance des médecins face à ces cas thérapeutiques, il serait normal que les familles puissent porter plainte contre vous pour non-assistance à personne en danger. Puis, que les familles puissent être indemnisées, les enfants qui perdent leurs mères puissent être à vie pris en charge. Que tout enfant naissant avec un handicap grave puisse jouir d’une prise en charge totale à vie. Nous pourrions commencer par mettre en place une crèche et des écoles spécialisées pour ces enfants au sein de l’Assemblée nationale. Vous pourriez vous occuper de ces enfants tous les jours car vous avez décidé de leurs avenirs. Mais même si vous faites tout cela, il y est une chose que vous ne pourriez jamais redonner à ces enfants, ces familles : une mère. Une mère qui est morte car vous lui avez privé de son droit de vivre. Mesdames et messieurs les députés, ne vous cachez pas derrière la sagesse de nos ancêtres. Si tant soit peu de sagesse vous avez, vous auriez pris le temps d’en discuter. Nos ancêtres ne vous l’auront jamais permis car la vie prime. Mais permissifs comme vous êtes, vous vous permettez même de décider de la mort de nos mères. Par Mbolatiana Raveloarimisa

09.12.2017 | 7:29
Diminuer la pauvreté en diminuant les richesses

Il faut l’avouer, l’idée n’est pas nouvelle. Depuis des trentaines d’années, les réflexions sur une répartition plus égale des richesses d’un pays, des pays ont été le cheval de bataille de maintes théories de développement. Les experts des domaines de l’économe, des lois et autres, pourront en parler d’une manière plus recherchée que nous. Mais il est aussi plaisant des fois de sortir de notre zone de confort et s’apprêter à des réflexions sur ces sujets qui sont géné­rale­ment dédiés « connaisseurs ». Alors, on s’y exerce d’une manière soft pour que chacun de nous puisse, par la suite, développer sa petite hypothèse. Car c’est ce qui manque. En effet, de multiples fois, pour ne pas dire à chaque fois, qu’il y a eu des rencontres de discussion sur le sujet des médias, une même réplique revient. « Les médias disent chacun à leur manière un seul et même fait ». Comme si tout le monde voulait entendre un seul son de cloche. Chose dangereuse pour la liberté et le génie humain car il est important d’avoir accès à des points de vue différents, divergents car cela fait la diversité humaine. Imaginons que tous les médias diffusent exactement, à la lettre près, tout. Revenons à nos moutons. Il faut d’abord savoir que la répartition des richesses dans un pays auprès de sa population est quantifiable. C’est ce que l’on nomme « le coefficient de GINI ». Suivant la définition par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) de France, l’indice (ou coefficient) de Gini est un indicateur synthétique d’inégalités de richesses. Il varie entre 0 et 1. Il est égal à 0 dans une situation d’égalité parfaite de tous les salaires, des revenus, des niveaux de vie. Une baisse de l’indice de Gini observée entre deux dates indique une dimi­nution globale des inégalités. À l’inverse, une élévation de l’indice reflète une augmentation globale des inégalités. Pour faire plus simple, plus le chiffre tend vers 1, plus la richesse est détenue par un nombre restreint de personnes. Pour Madagascar, l’indice est difficilement trouvable. Mais la seule vision de la réalité présage qu’il tendrait bien vers le chiffre un et non vers zéro. Aussi, quand la Banque mondiale annonce, par son premier représentant, une croissance économique de 4,1%, il serait aussi intéressant de croiser ce taux avec le coefficient de GINI. Dans tous les cas, pour diminuer la trop grande pauvreté, il serait bien temps de diminuer également la trop grande richesse afin de mieux répartir le mieux vivre. Dans le monde comme à Madagascar, cette optique devrait être les prochaines batailles pour un développement équitable entre tous les êtres humains. Car si on essaie de faire diminuer le gouffre entre les plus démunis et le standard de vie décent, le gouffre entre ce standard basique et l’immensité des folies de grandeur des plus riches est de plus en plus abyssale. Consommations à outrance avec des prix et des dépenses qui sont de plus en plus impensables, voilà la réalité des plus aisés. Certes, certains pays essaient de gérer tout cela avec la fiscalité mais nous savons tous que les paradis fiscaux perdurent. Pour sourire un peu à la fin de ce texte morose, ce serait bien de développer des programmes pour apprendre aux riches comment vivre le plus simplement possible. On leur ferait payer des fortunes pour cela. Utopie. Par Mbolatiana Raveloarimisa

06.12.2017 | 8:30
Les arnacoeurs

«Considérant qu’un nouveau code de la com­munication a vu le jour et qu’il a été vivement critiqué par les journalistes malgaches dans la mesure où il fait référence au code pénal pour statuer sur les délits de presse, ce qui risque d’entraîner une criminalisation de la profession; que la situation s’est calmée, mais ne semble pas évoluer dans le bon sens ». « Considérant que, le 10 juillet 2017, le directeur régional d’Amnesty International pour l’Afrique australe a déclaré que le bilan de Madagascar en matière de droits de l’homme s’aggravait rapidement en raison du mépris flagrant de l’état de droit; que plus de 50 % des détenus se trouvent en détention préventive sans qu’un procès n’ait lieu et qu’on assiste à des violations telles que des exécutions extrajudiciaires par la police ou l’emprisonnement de défenseurs des droits de l’homme en raison de l’absence d’accès libre et équitable à la justice ». « Considérant que des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme font l’objet d’actes d’intimidation et de harcèlement de la part des autorités afin de les faire taire et d’entraver leurs investigations ou leur action en faveur des droits de l’homme; que depuis les élections de 2013, de nombreux médias ont été fermés et censurés au nom du “respect de l’état de droit” et de l’impératif d’assainissement du paysage audiovisuel” avancés par le ministère de la communication ». « Considérant que Madagascar est l’un des endroits les plus exceptionnels de la planète en termes d’environnement, mais aussi le pays en paix le plus pauvre du monde, avec 92 % de la population vivant avec moins de 2 USD par jour, et qu’il figure à la 154e place sur 188 pour l’indice de développement humain ». Considérant beaucoup de choses que les autres pays constatent de notre pays, on ne peut que se mettre à genoux et pleurer toutes les larmes de notre corps. Il est peut-être devenu coutume d’entendre que Madagascar est pauvre tout en étant riche, que notre île est paradisiaque mais un enfer car elle porte en elle toute la misère du monde. N’avons-nous pas rigolé nous-même en faisant des blagues sur notre situation, sur notre level inhumain de résilience face à cette situation catastrophique ? Et catastro­phique, le mot faible face à la réalité. Mais quand on voit noir sur blanc : « le pays en paix le plus pauvre du monde » on en prend un sacré coup. De tous les humains sur cette planète, mes compatriotes sont les plus démunis. Alors que nous voyons chaque jour sur les chaînes internationales les guerres ici et là, les soulèvements et les dictatures qui sévissent en Afrique et en d’autres parties du globe ; ces pays sont plus riches que nous. Quand on sait que des villes, des zones sont ravagées quotidiennement par des bombes, des maladies, des tueries, le plus pauvre de là-bas est sûrement plus riche que nous. On se demande quel est le sentiment du Président de la République, celui actuellement en place et ceux qui se sont succédé quand dans les réunions des Nations, ils représentaient le peuple le plus pauvre du monde. Ou est ce qu’ils ont oublié car ils étaient logés, mangeaient, faisaient leur shopping dans les même hôtels, magasins de luxe que les représentants des pays les plus riches du monde. Ils se soignent dans les mêmes hôpitaux que Macron, pouvaient partir en vacances dans les mêmes villégiatures que Trump, pouvaient porter les mêmes habits que les membres des familles royales du Royaume-Unis ou de Quatar.  Pire, ils ont des avoirs dans les banques à l’étranger au même titre que les plus riches de la terre. La résolution commune du parlement Européen sur Madagascar, adoptée il y a quelques semaines, est un document qui met la main sur un fait qui pourrait passer comme banal, usuel, un « fait divers » à nos oreilles. « Madagascar est LE pays en paix le plus pauvre du monde ». Il n’y en a pas deux, c’est notre pays. Mais nos dirigeants sont loin d’être les gouvernants les plus mal lotis de la planète. Une arnaque sans cœur. Par Mbolatiana Raveloarimisa

02.12.2017 | 5:30
Enseignements supérieurs, un métier ingrat pour les jeunes

Lors de la réunion de la Conférence des présidents ou recteurs d’Institution d’Enseignement Supérieur du 16 novembre dernier, les « grandes » personnes ont déclaré qu’il manque terriblement de relève. Même si les médias ont relayé la chose, ce n’est plus à notre avis de l’ordre des « nouvelles ». Mais qui ne le sait pas ? Depuis les cinquante dernières années, vu  les moyens, méthodes qui ont été mis en œuvre pour « cultiver » ou plutôt « supprimer » la relève ; pensaient-ils avoir un autre schéma ? Oui, cinquante ans car à voir l’âge de nos enseignants, beaucoup ont quatre-vingts ans. Il est bien plaisant de faire chaque année l’état des lieux, mais on n’a pas eu vent des efforts pour intéresser les jeunes. Précisons, jeune veut dire moins de quarante ans voire trente-cinq ans. Au cas où les « grandes personnes » pensent qu’il s’agirait de ceux qui touchent déjà la cinquantaine. Puis, soyons honnête, on devient enseignant à l’Université car quelqu’un nous y a poussé et soutenu. Très peu, deviennent enseignants par mérite et vocation. Beaucoup le sont par clientélisme, népotisme. Une fois dedans, ce n’est pas non plus une victoire. D’abord, enseigner à l’université ne veut pas dire être enseignant avec les prérogatives que cela sous-entend. Les jeunes restent des vassaux. Je me demande réellement combien de jeunes de moins de trente-cinq ans, qui ont un pied dans les enseignements supérieurs sont titulaires de cours. Un, deux ? Puis, combien de jeunes qui sont dedans ont la possibilité d’innover, d’apporter de nouvelles chaires, de rendre les cours plus accessibles à tous et de parler du contemporain. Nous venons de toucher ce que l’État nous devait pour les heures d’enseignements effectuées en…2015. Entre 2015 et le mois de décembre 2017, comment fait-on pour payer les factures et vivre ? Puis, le montant, ce n’est même pas le carburant d’une journée d’un député. Cinq cent mille ariary et quelques poussières. Faisons rapidement le compte. Nous avons dispensé au moins une quinzaine de séances. Soit, environ trente-quatre mille ariary par cours. Comme il n’y a pas assez de salle, on doit enseigner le samedi ou le dimanche. Si on prend un taxi, l’aller-retour nous fait vingt-mille Ariary. Puis, il reste dix mille Ariary. Un petit bonbon, une bouteille d’eau et le mouchoir à jeter : tout est dépensé. Alors, à qui doit-on facturer le vidéo projecteur, la petite sonorisation, les feuilles et surtout notre matière grise et le temps dépensé ? Quand est-ce que le ministère et ces « grandes personnes » feront un appel ouvert pour embaucher d’une manière transparente et viable les jeunes ? Quand est-ce que ceux qui sont là depuis deux générations s’en iront pour donner la place à ceux qui pourraient apporter un nouveau souffle à nos universités, nos jeunes, nos futurs rebelles ? L’enseignement supérieur ne peut pas aller plus mal que maintenant. Les étudiants sont des « écoliers », l’enseignement est d’une autre époque, les infrastructures sont plus que désuètes et insuffisantes. Tout cela est question de choix, de volonté et de…poigne. Déjà, très peu de jeunes ont la fibre pour être des professeurs à l’université. Entre la demande et l’offre, les universités publiques sont à des années-lumière de ce que nous pouvons demander, avoir, voire imposée comme rémunération dans les autres structures d’enseignement et domaines d’expertise. Alors, au lieu de tenir ce discours interminable, pourquoi ne pas dialoguer avec nous, nous écouter et trouver comment nous convaincre de reste, de continuer notre sacerdoce. Par Mbolatiana Raveloarimisa

29.11.2017 | 5:30
Macron l’Africain ?

Macron ne laisse pas de marbre la jeunesse africaine. Il faut dire que depuis toujours, plus encore après le fameux « discours de Dakar » de l’un de ses prédécesseurs à propos de l’Homme africain, tous les passages d’un ancien Président français en Afrique sont scrutés à la loupe. Le discours d’Emmanuel Macron, au Burkina Faso, n’est pas en reste. Celui-ci a d’ailleurs suscité de vives réactions avant l’heure. Les grands philosophes du continent comme Achille Mbembé et Felwine Sarrse se sont prononcés d’une manière ferme comme pour lancer un appel. « Africains, il n’y a rien à attendre de la France que nous ne puissions nous offrir à nous-mêmes ! ». Sans équivoque, les deux penseurs estiment que « la France reste un problème pour le continent » comme le rapporte le journal Le Monde. Fadel Barro, fondateur du mouvement Sénégalais « Y-en-a-marre », leader d’opinion incontournable en Afrique, s’est également exprimé sur le sujet par une petite vidéo. Il annonce que ce genre de discours devient une aberration. Imaginons, dit-il, qu’un président Africain aille en Europe, prononcer un discours sur l’Europe. Il s’est surtout indigné du fait que le président français a prévu un discours « historique » à l’endroit de la jeunesse africaine. Sa position est clair : « la jeunesse africaine n’attend absolument rien de son discours. C’est à la jeunesse africaine d’orienter ses actions, c’est à la jeunesse de continuer le destin qu’il s’est choisi. » Le discours de Macron à l’endroit des jeunes, qui s’est tenu hier devant un parterre de jeunes à l’université d’Ouagadougou, n’a pas, du moins pour le moment, suscité des réactions négatives. Macron a su « éviter » les polémiques concernant la question démographique qui a secoué le continent il y a quelques mois de cela. Les déclarations issues de cette rencontre sont symboliques, allant dans le sens de la volonté de collaboration. Parmi les  principales annonces, la déclassification des dossiers sur l’assassinat de Sankara. De quoi réjouir les jeunes et moins jeunes activistes du continent. Une annonce qui arrive à point car cette année, Le Burkina et l’Afrique commémorent les 30 ans de l’assassinat de Thomas Sankara. Ainsi, le président français a promis que tous les documents français concernant l’assassinat du président burkinabé Thomas Sankara en 1987 seraient « déclassifiés ». Ce qui permettrait de dévoiler des pans entiers de ce mystère. Le journal Le Monde rapporte que M. Compaoré, qui vit en exil en Côte d’Ivoire depuis 2014, est soupçonné d’avoir participé au complot par de nombreux Burkinabés qui y voient aussi la main de la France, ancienne puissance coloniale qui aurait été gênée par la politique anticolonialiste de Sankara. Un autre grand pas de la part du président français qui reconnaît les crimes de la colonisation. D’après lui, « les crimes de la colonisation européenne sont incontestables » et qu’« Il y a eu des fautes et des crimes, des grandes choses et des histoires heureuses ». D’autres annonces ont été aussi faites, mais ces deux sont pour l’Afrique des fondements d’une relation qui évolue dans le sens positif. Alors, est ce que Macron a réussi à avoir le cœur de la jeunesse africaine ? Il est encore trop tôt pour y répondre.  Toujours est-il qu’il a su, hier, éviter le piège de la condescendance, du paternalisme  ou encore du donneur des leçons. Par Mbolatiana Raveloarimisa

25.11.2017 | 7:30
Le sexe faible

«L’approche genre tant prônée par les nations civilisées n’apporte pas que du bien dans son application stricte. La potion est classée dans la catégorie “à consommer avec modération” si l’on se réfère à l’histoire ». C’est par ces termes qu’un journal de la place ouvre son éditorial jeudi dernier. Bien entendu, cela ne pouvait qu’être un homme pour écrire de cette manière. Une occasion en or pour une réponse de la bergère au berger. Mon confrère s’est bien délecté en citant des exemples qu’il qualifie de « l’histoire » car à vraie dire, ce ne sont que des histoires et non des réalités humaines. Et puis, entre nous, ces petites histoires ont été écrites par…des hommes. Qu’Adam a été « manipulé » par Ève, Samson par Dalila, on constate donc que ces hommes n’avaient pas vraiment le centre de réflexion dans la partie du corps approprié à cela. Autre temps autre mœurs annonce mon collègue, mais il est très peu probable qu’en ce temps-là, les auteurs de ces histoires savaient ce qu’est l’égalité des genres. « Ces femmes dominantes risquent alors de faire perdre la main à leur époux. La chute de l’inamovible Mugabe en est une illustration en matière d’échec de l’approche genre mais d’autres chefs d’Etats suivront certainement la même voie de sortie dans un proche avenir ». Il est tout à fait compréhensible que des fois, le journaliste fasse face à des pages vides, que l’inspiration disparaisse et que de temps à autre, on puisse écrire pour écrire. Mais de là à en arriver à rapporter de pareilles bêtises,  c’est un peu fort de café ! Premièrement, comment peut-on mettre si facilement sur le dos de l’approche genre la fin du règne de Mugabe ?  Ce qui se raconte sur Grace Mugabe ne serait que l’eau qui aurait fait déborder le vase. C’est renier l’histoire, la vraie, que de ne s’en tenir qu’à la fin. Durant des années, de déboires en déboires, Mugabe a tout fait pour se faire des ennemis et pour s’ériger en oppresseur de son propre peuple. Mais, si utopiquement, il était vrai que la fin de son règne est dû au fait qu’il a appliqué « l’approche genre » ne devrions-nous pas féliciter, remercier, sacraliser cette fameuse approche ? Elle a mis à terre celui qui a tué des millions de gens pour se maintenir au pouvoir, pillé et dévasté le Zimbabwe pendant des décennies. Dans ce cas, on devrait imposer l’approche genre à tous les couples présidentiels de la planète. Ainsi, ceux qui pensent s’éterniser au pouvoir seront tout de suite mis au tapis par leurs femmes. Mon cher confrère réfléchira peut-être maintenant à deux fois avant du parler du « sexe faible » car par ses propos mêmes, il se dénigre en voulant rabaisser d’une manière simpliste et machiste le combat, depuis des décennies, des hommes et des femmes pour la mise en pratique d’une approche positive des genres. Puis, « grâce » à Grace, le Zimbabwe peut maintenant vivre. Alors, qui est le sexe faible ? Par Mbolatiana Raveloarimisa

22.11.2017 | 8:29
L’excuse nombriliste

L’adjectif nombriliste désigne toute personne qui ne pense qu’à elle, qui se croit le nombril du monde, qui croit que la terre tourne autour d’elle, et ne s’intéresse à aucun autre sujet ou autre individu qu’à elle-même. Plus largement, nombriliste est le peuple  qui ne s’intéresse au reste du monde, qui pense vivre dans une bulle et qui ne veut en sortir que quand il trouve un intérêt passager de s’intégrer dans la symphonie des nations. Tel est le peuple malgache qui se calfeutre depuis toujours dans son monde. Les excuses avancées sont multiples et finalement, ce n’est que pur retour des choses que nous soyons au rang du quatrième pays le plus pauvre de la planète. L’étude mise en avant par l’équipe de l’IRD s’interrogeant sur le « paradigme malgache »prend tout son sens. Madagascar, le seul pays sur cette planète qui s’écroule continuellement sous le poids de la pauvreté depuis soixante ans sans avoir connu la guerre. Les excuses avancées sont multiples, avons-nous dit : l’environnement, l’histoire, les colonisateurs, l’économie mondiale, la communauté internationale, Dieu et le démon, les ancêtres, etc. Mais d’une manière scientifique, tout cela a été balayé. Alors, il ne reste plus que la responsabilité de ce peuple à la conscience endormie. Un peuple qui pense avoir un nombril blanc ou jaune mais pas noir en tout cas. Certes, généraliser serait exagérer mais force est d’admettre que le malgache renie son lien protohistorique et génétique avec l’Afrique. L’Homme noir est perçu comme un esclave, un inculte, un sous développé. Alors que le monde est touché, s’insurge, parle de ce qui se passe en Lybie, la petite communauté facebookienne s’attarde sur la vie de couple de Dylain, les vacances d’un tel ou d’un tel à l’étranger. Ce qui se passe au Zimbabwe semble être à des années lumières, encore moins ce qui se trame en République Démocratique du Congo. À peine, quelques personnes parlent du crime contre l’humanité qui se passe pourtant à 5 949 km, 8 heures 29 minutes de vol. C’est encore loin, pourrait-on dire. Quelques-uns changent leurs photos de profil sur facebook pour soutenir l’indignation mondiale. Encore moins de gens expliquent ce qui se passe, personne n’appelle à l’action. Mais encore, les répliques et excuses nombrilistes fusent. Comme par miracle, monsieur et madame tout le monde se mettent à poser des questions sur ce qu’est devenu l’affaire d’Antsakabary, les droits des femmes envoyées au Liban, le droit de ces petites filles qui sont des esclaves modernes travaillant comme gens de maison, ces travailleurs des zones franches. Pour ne pas assumer la responsabilité qui incombe à tout être humain devant de telles horreurs on fait diversion sur des sujets qui n’ont pourtant pas mobilisé plus d’une poignée de malgaches. Si à la fin de cette semaine, des organisations de la société civile font un appel à la mobilisation pour une action  afin de demander des comptes concernant le dossier Antsakabary, combien de personnes y aura-t-il ? Si dans deux semaines, une autre mobilisation demande à tous de dénoncer, même d’une manière anonyme, toutes les familles qui tiennent pour « otages » des petites filles qui travaillent comme « petites bonnes », combien de cas pourra-t-on recenser et pénaliser ? L’excuse nombriliste de l’humain inhumain aux responsabilités délaissées. Par Mbolatiana Raveloarimisa

18.11.2017 | 7:30
Quels droits humains ?

À refaire, ce serait le mot qui pourrait résumer le séminaire annuel de la société civile à Madagascar qui a choisi de travailler cette année-ci sur les droits humains. À refaire, non pas dans le sens des maitresses d’école qui nous demandaient de refaire nos devoirs car ils étaient mauvais, au contraire, la qualité des interventions a été superbe, les échanges intéressants et conviviaux. Notons la présentation très pointue et à la fois très accessible des deux dames du Centre d’études et de recherches juridiques au sein de l’Université d’Antananarivo. Elles nous ont livré des analyses de la perception par la société malagasy de leurs droits. Pour résumer en quelques mots, les Malgaches ne connaissent qu’intuitivement leurs droits. Les personnes qui connaissent bien tous les droits humains, qui les défendent éprouvent une profonde gêne à en parler car elles ne jouissent pas elles-mêmes de ces droits. Parmi les moments forts de ce séminaire, à notre avis, furent les travaux par commissions durant lesquels les participants ont eu plus de deux heures pour partager des témoignages, débattre et voir le futur. Quatre thématiques sur la table : l’égalité de genre ; la jeunesse, l’insertion et la réinsertion, l’accès de la population rurale à la santé, et finalement la protection des défenseurs de l’environnement. On a pu lire de nombreux papiers, vu des reportages, des pétitions, des appels sur Clovis Razafimalala. Mais le voir en vrai, raconter avec ses propres termes, Power Point et photos à l’appui, tout ce qui s’est passé et à quoi lui et ses camarades font actuellement face, était tout simplement vibrant. Notre homme a été le porte-parole de l’organisation Lampogno sur le thème « les défenseurs de l’environnement et la nécessité  de l’engagement de la société civile pour leur protection ». Intimidation sur intimidation, pressions, tentative de destruction de ses biens et de sa personne, détention abusive, la liste de ce qu’il a pu endurer est trés longue. Mais l’homme garde le sourire et considère sa mésaventure comme une aventure positive. Il affirme même que quand il était détenu, cela lui a permis de voir par lui-même l’efficacité ou non du système juridique, la puissance effective des trafiquants et le poids qui s’abat sur les bonnes personnes dans ce système. De temps à autre, le bonhomme arrive encore à placer des blagues. Révélation de l’année : il existe bel et bien des Malgaches défenseurs des droits de l’Homme qui sont réfugiés en Europe. Depuis que les efforts de Clovis et des compagnons ont eu une dimension internationale, les trafiquants et leurs complices malgaches ont tout fait pour les éliminer d’une manière directe ou indirecte. La fuite à l’étranger, pour une personne qui défend son pays est pire que l’emprisonnement, voire pire que la mort. Dans la grande salle, des petites voix chuchotent. Beaucoup se posent des questions : a-t-on assez de courage pour aller aussi loin que cet homme et ses compagnons ? Mais quand on y pense bien, la question est plutôt : aura-t-on le même courage car il ne s’agit plus d’aller loin ou pas. Les défenseurs des droits de l’Homme sont de plus en plus exposés à toutes les formes d’élimination dans notre pays. Les arrestations répétitives de lanceurs de boutades en tous genres sur Facebook se multiplient. C’est pour que cette « manière » de répression devienne des « faits divers ». Le premier en la matière l’affaire de Hiary Rapanoelina qui a été comme un petit séisme pour nous les internautes, les médias, et pour le peu de citoyens qui s’intéressent encore à autre chose qu’aux selfies et à la surexposition de leurs petites personnes sur les réseaux sociaux. Petit à petit, les arrestations deviennent banales. Le grand nettoyage a commencé. Notre tour ? Ce n’est juste qu’une question de temps. Par Mbolatiana Raveloarimisa

15.11.2017 | 8:30
Shine « Shyn »

À plusieurs reprises, j’ai voulu écrire sur eux mais je ne savais pas trop comment décrire ce que je ressentais, ce que je devais dire et comment le dire. Je n’y suis jamais arrivée. Il n’est pas vraiment de coutume, de ma part, d’écrire à la première personne du singulier. Car il nous est interdit par les « manières » journalistiques de personnaliser les choses. On pourrait dire que nous écrivons au nom de tous, pour tous même si une chronique engage plus celui qui l’écrit. Mais cette fois-ci, je déroge expressément à cette règle pour pouvoir clamer enfin, haut et fort, une admiration qui date de maintenant dix bonnes années. On me connaît plus pour mes sarcasmes acidulés, mes humours noirs et mes déprimes nationalistes. Pour une fois aussi, je pousse un grand soupir pour écrire un papier avec des paillettes et des confettis. « Quel soulagement ! » diront les uns ; « il en était temps ! » grogneront d’autres ; tellement je vous ai dépeint le monde avec ses cinquante nuances de gris. Revenons à nos moutons, ou plutôt à nos tourterelles ! Qu’ils sont beaux, qu’ils sont talentueux, qu’ils sont magnifiques, qu’ils sont fiers. Non, il ne s’agit nullement du couple présidentiel au cas où certains pourraient penser que je suis tombée sous le charme, après le fameux Honoris Causa de l’homme fort du pays. Je parle plutôt de ce jeune couple originaire de la ville de Tamatave et qui est actuellement propulsé sur la scène internationale grâce à ses efforts. Une pincée de chance, un zeste de folie, une poignée de créativité, deux cuillerées de vision, deux kilos de travail acharné, deux autres de professionnalisme et une bonne dose d’amour : voilà qui pourrait être la recette de leur essor. Shyn et Deenyz ; Deenyz et Shyn, on parle beaucoup d’eux depuis quelques mois. Ce qui est le plus touchant dans cette histoire, c’est que l’on peut vraiment écouter en boucle leurs tubes. Merina comme je suis, des fois je n’y comprends rien, je chantonne des mois avant de m’apercevoir que ce que je dis est vraiment autre chose. Ce jeune couple a réussi à mettre dans nos oreilles, dans nos bouches un dialecte métissé. Entre le merina, le betsimisaraka, l’anglais, le français et je ne sais quoi d’autre, ils ont partagé avec nous la langue de l’art, du beau, du « sans frontière ». Plein de fois, je demande à des amis « mais qu’est-ce qu’il dit ? ». Je suis un fan, oui ! Je suis reconnaissante que dans cette génération que l’on pense perdue, on puisse, de plus en plus, mettre en évidence des perles rares. Des jeunes gens qui donnent de bons exemples par le biais d’un travail âpre et soutenu. Et puis, Shyn et Deenyz prouvent que nous pouvons réussir, que nous avons des places à prendre dans le monde. À eux deux, on peut également voir un jeune couple soudé dans la vie comme dans les affaires. Mis à part le côté artistique, ils nous inspirent également un business propre, qui marche avec le temps et les efforts qu’il a fallu. 2014, Deenyz est sacrée lauréate du concours panafricain « Island Africa Talent ». Elle sort, cette année, une merveille « Allofo » chez Universal. Puis il y a quelques jours, Shyn remporte le prix « Révélation de l’année » du concours international « Afrima Awards » ou « All Africa Music Awards ». Admiration et respect ! Par Mbolatiana Raveloarimisa

11.11.2017 | 7:29
Le choix du voile

Dans de multiples cultures de tous les temps, les femmes se sont voilées. Dans beaucoup de religions, la femme se voile. Que ce soit d’une manière intégrale sur le corps, ou un bout de dentelle sur la tête, ce n’est que la forme, la couleur, le tissu, la largeur qui diffère. De l’Afrique en Europe, d’Asie aux États-Unis, le voile a une signification particulière. Les chercheurs comme Odon Vallet affirment que l’apparition de la coutume pour les femmes de se voiler n’est pas précise dans le temps. En tout cas, le voile, dit aujourd’hui islamique, serait antérieur de plus d’un millénaire au prophète Mohammed. Dans les écrits, la première mention de son port obligatoire remonterait aux lois assyriennes attribuées au roi Téglat Phalazar Ier, vers l’année 1000 avant J.C. Cette injonction est faite « aux filles, aux épouses et aux concubines d’hommes libres, ainsi qu’aux prostituées sacrées mariées. Ces femmes voilées ne devaient pas être touchées, alors que les femmes non voilées (esclaves, prostituées non sacrées ou non mariées) ne disposaient d’aucune protection de leur corps ». Pour la religion chrétienne, le voile se remarque au temps des Romains. Les vierges de l’Église primitive auraient porté des voiles. De nos jours, ce sont les religieuses catholiques que l’on remarque le plus. Mais dans d’autres branches du christianisme et dans le catholicisme lui-même, les croyantes se voilent également de multiples manières. Au moment de la première communion et la confirmation, les jeunes filles peuvent aussi être voilées. Notons également sa signification particulière pour la mariée. Seulement, de tous, le voile dit musulman fait beaucoup plus parler de lui. De nombreux hommes et femmes politiques occidentaux affirment ou suggèrent que la plupart des femmes voilées seraient victimes de pression. Le port du foulard des musulmanes serait la conséquence de contraintes. Il est donc important de poser la question aux deux principaux concernés : le Coran et la femme musulmane. Plusieurs connaisseurs disent que le port du voile n’a jamais été une obligation coranique. D’autres devoirs sont par contre bien explicites pour les pieux. Il s’agit des cinq piliers de l’Islam notam­ment le jeûne du ramadan et les cinq prières quotidiennes. Marqueur social, attribut de pudeur, ce tissu a une signification forte et engagée. Qu’en dit la femme musulmane ? Après avoir enlevé ses basquettes, son pantalon jean et sa casquette, la belle mauritanienne se prépare à sa prière du midi. Après s’être soigneusement lavée, elle déroule une étoffe rose qu’elle s’enroule autour du corps. De la tête aux pieds, le tissu lui recouvre intégralement sauf une partie de son visage. Le lendemain, la revoilà, en tenue locale avec un petit foulard en guise de voile sur sa tête. Au moment de la prière, elle reprend son rituel de mutation vestimentaire. Le voile dit-elle est une chose entre elle et son Dieu. Ni plus ni moins. Il en serait de même pour la grande majorité des femmes qui ont choisi de se voiler. Car, contrairement à ce que l’on veut faire croire, le voile est un choix, un style, un engagement. Le respect commence par se donner une ouverture d’esprit afin de comprendre l’autre et lui donner la liberté de choisir en quoi il croit et ses symboliques. Par Mbolatiana Raveloarimisa