David Ramara, un prêtre tamoul malgache a écopé de quinze ans de prison aux Assises réunionnaises, hier.  

Du grain à moudre pour David Ramara, un prêtre tamoul malgache. Jugé pour abus sexuels contre deux adolescentes, l’accusé, âgé de quarante-quatre ans, a écopé de quinze ans de réclusion criminelle à l’issue de son deuxième jour de procès à la Cour d’assises de Saint Denis à la Réunion, hier.
Les actes que la Justice lui reproche sont survenus entre 2012 et 2014. Comptant sur un acquittement incertain, David Ramara a clamé son innocence avec froideur. Lors de l’audience, il a dénoncé un complot contre sa personne, et s’est barricadé derrière de prétendues générosités et bienveillance à l’endroit des plaignantes et de leurs familles.
Le cours de l’audience n’a toutefois pas tourné en sa faveur lorsque le président de la Cour d’Assises, Michel Carrue, a crevé l’abcès en passant au crible un procès verbal versé mardi dans le dossier, dans lequel une ex-concubine du prêtre malgache l’accuse d’avoir levé la main sur elle alors qu’elle venait récupérer des affaires chez lui. Ne s’étant pas arrêté là, David Ramara aurait ensuite cherché à fuir les gendarmes au volant de sa voiture, avec son ex, séquestrée à bord.
Le prêtre aurait manqué de peu de provoquer un accident de la circulation alors que son permis de conduire a été retiré depuis 2004, suite à un accident mortel de la circulation, engageant sa responsabilité. Sans sourciller, David Ramara a, toutefois, soutenu devant la Cour que ce ne seraient que de pures allégations, montées de surcroît de toutes pièces.
Ayant comparu libre, l’accusé s’est, néanmoins, vu assigner un mandat de dépôt à la lumière de ces éléments nouveaux.

Confusion
Les avocats de la partie civile ont suscité l’émoi en relatant le calvaire des victimes. Des violées dont les familles n’ont pu douter une seule fois de la bonté de ce prêtre, à tel point que le père d’une des adolescentes n’a pas cru sa fille jusqu’aux auditions avec la police. «Pardon, pardon», s’est culpabilisé le père de l’une des victimes tout en jetant un regard plein de remords sur sa fille.
Clamant jusqu’au bout son innocence, David Ramara a semé la confusion pour tenter de  remettre en cause la crédibilité de son procès. «J’entends parler d’argent, on ne parle pas de viol, on parle de finances, d’escroquerie, de la religion malabar», a-t-il lancé. Tentant de redorer son blason, il a évoqué son dévouement à la religion, ayant grandi dans le catholicisme, avant qu’il ne se reconvertisse à l’Islam.
Bien que l’accusé ait tout nié en bloc, la procureure avait requis en son encontre douze ans de prison et dix ans de suivi socio-judiciaire assortis d’une peine de deux ans en cas de non-respect. Au final, il a écopé de quinze ans de prison ferme lorsque le verdict est tombé.

Recueilli par Andry Manase