Les anciens résidents et actuels habitants de la Cité Analamahitsy se sont réunis samedi à Analamaitso pour renforcer le lien qui les unit. D’où la création de l’association Cité Analamahitsy mihesika ou CAMI. Cette cité qui a réuni dans les années 62 quatre cent quatre-vingt logements compte aujourd’hui plus de cinq cents. «Malgré sa texture cosmopolite, la cité garde ses valeurs, à savoir l’éducation civique transmise de génération en génération. Les jeunes attirés par le sport et la culture ne s’adonnent jamais à la délinquance. C’est pour dire qu’ils ont de la classe», raconte Richard Andrianirina, ancien président du fokontany de la cité.
En cinquante ans, la vie dans la cité évolue. Le quartier abrite les structures sociales de base telles qu’un marché, un commissariat de police, un centre de santé de base niveau II, une école primaire publique, un collège d’enseignement général, un lycée public, un  théâtre de verdure. Un problème majeur, persiste, pourtant : les résidents craignent l’absence de sécurisation foncière. Ils se sont appropriés de leur demeure sur un terrain qui ne leur appartient pas.

Farah Raharijaona