Méfiance. Le taux de couverture vaccinale anti-poliomyélite baisse au fur et à mesure des campagnes. Le taux de refus à la vaccination est passé de 6 %, lors de la 4e campagne, en 2015, à 39 % à la 10e campagne qui s’est tenue en avril, selon des données du ministère de la Santé publique. À la 8e et à la 9e
campagne, ce taux était respectivement de 25 % et 26 %. C’était au Café de la Gare à Soarano, hier, dans le cadre d’un petit déjeuner de presse sur la Semaine de la Santé de la mère et de l’enfant (SSME) prévue pour les 6, 7 et 8 décembre.
Cette fois-ci, elle sera jumelée avec la 11e semaine de vaccination anti-poliomyélite chez les enfants de moins de 5 ans. Toamasina I, le Grand Tanà, Ambatondra-zaka, Antsiranana I, Mahajanga I, Maevatanana, Ambositra, Toliara sont les villes les plus concernées par ce faible taux de couverture vaccinale contre la poliomyélite. « Les rumeurs, les croyances, les craintes des effets secondaires », font partie des principales causes de l’accroissement de ce refus. En ces dernières campagnes, beaucoup de parents ont tenu à aviser les responsables de l’école de ne pas faire vacciner leurs enfants, au cas où des agents de santé passeraient,
Le ministère de la Santé publique, pour y remédier, envisage de renforcer les portes à portes pour immuniser tous les enfants contre cette maladie paralysante. Des équipes de vaccination seront, par ailleurs, affectées dans les écoles, les marchés, les gares routières, et dans les zones à forte affluence, pour renforcer les interventions. Le ministère devrait, en outre, bien organisé sa campagne, pour qu’un enfant ne soit pas vacciné deux fois, pour que les cibles soient bien respectées. Des désorganisations ont engendré une certaine méfiance chez quelques parents, aux précédentes campagnes.
La poliomyélite a touché onze enfants entre octobre 2014 et août 2015. Depuis l’apparition du premier cas, le ministère de la Santé publique, appuyé par ses partenaires, comme l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (Unicef), travaillent conjointement pour éradiquer totalement cette maladie sur le territoire. Madagascar est à quelques pas de la certification de l’éradication de cette maladie. Mais il faudra que les enfants soient tous vaccinés pour que ce virus arrête définitivement de circuler. Un enfant non immunisé pourrait être exposé à ce virus handicapant.

Miangaly Ralitera