Optimistes. Quelques taxis-brousses partent toujours  malgré les gros dégâts causés par le passage du cyclone Ava, plus précisément pour les RN7 et
RN 44. « Les taxis-brousse ne cessent de partir. Nous arrivons toujours à remplir les places », affirme un responsable au niveau de la coopérative Transcupl, qui travaille sur la RN 44.
En fait, une déviation provisoire vers la rizière a été créée près du pont d’Amboa­sary Gare pour que les voitures puissent circuler.
Plusieurs personnes  trouvent des petits boulots en poussant les voitures. « Il n’y a pas de transbordement mais pour cette déviation, nous devons payer jusqu’à 30 000 ariary. Les personnes qui poussent les voitures obtiennent au moins 3 000 ariary par personne d’Andaingo à Vohidiala », raconte Joseph Ramilison, responsable de la coopérative Fimama. Il a ajouté que peu de personnes osent s’aventurer sur cette route pour éviter de mauvaises surprises. Le pont d’Amboasary Gare se trouve dans une partie déserte. La nourriture est apportée dans des seaux.
Le voyage vers Fiana­rantsoa n’est pas encore suspendu, les transporteurs restent optimistes. « Plusieurs taxis-brousse ont quitté Fiana­rantsoa ce matin, ils ne sont pas encore revenus. Si l’eau d’Ampi­tatafika Antanifotsy baisse, c’est déjà un problème en moins. Et même s’il y a  un  transbordement pour le pont Baley à Vohiposa, il n’y aura pas de hausse de frais mais nous le fixons toujours à 23 000 ariary », affirme un chauffeur de taxi-brousse de la coopérative Sonatra, hier à Fasan’i Karàna. D’après l’information reçue, plusieurs taxis-brousse sont encore bloqués sur le pont Vohiposa, actuellement.
« Je suis encore coincé à Vohiposa or je dois arriver à Tanà pour prendre un vol ce matin. Plusieurs personnes espèrent rejoindre la capitale pour le travail », affirme un passager au téléphone, hier. La ville de Fianarantsoa, de Morondava et tous les  axes du Sud-Est resteront isolés pour un moment.
Pour l’axe de la RN2, la route reste praticable depuis dimanche soir. « Les taxis-brousse pour aller à Toamasina et Mahajanga sont disponibles », explique un responsable auprès de la coopérative Cotisse à Ambodivona.
Le ministère des Travaux publics envoie actuellement des techniciens sur les routes nationales endommagées. Comme mesure prise, il est interdit actuellement pour les semi-remorques de plus de 15 tonnes de circuler sur la RN1 entre le PK 5 et PK 17+500 selon le communiqué de la  Direction des transports routiers.

Mamisoa Antonia