Les douaniers d’Ivato ont mis la main sur dix huit lingots d’or d’un poids total
de 24,760 kg. Le contrebandier allait embarquer sur un vol de Kenya Airways.

Saisie record. Le service des douanes à l’aéroport international d’Ivato a mis à nu l’un des plus gros trafics d’or du pays hier matin. « Les douaniers ont mis la main sur dix huit lingots d’or pesant au total 24,760kg, d’une valeur estimée à 2,8 milliards ariary », a déclaré Gervais Rakotoari­manana, ministre des finances et du budget, lors d’un point de presse hier dans les locaux de la direction générale des douanes à Antaninarenina.
Le métal jaune a été découvert sur un ressortissant malgache qui devait embarquer à bord du vol KQ260 de Kenya Airways à destination de Nairobi.
« Les lingots d’or étaient disposés minutieusement dans un carton d’électroménager, puis placés dans un bagage à main. Le passager a été intercepté sur le tarmac de l’aéroport, après avoir passé les mailles de différentes procédures de contrôles aux frontières », a révélé Haja Miarantsoa Rakotoari­malala, receveur des douanes à l’aéroport d’Ivato.
À en croire ses explications, l’attitude étrange du passager a intrigué les douaniers. « Nous avions remarqué que les fouilles par les autorités de contrôle au tarmac n’étaient pas bien faites, nous lui avons demandé si on pouvait refouiller son bagage à main. Il a coopéré, et c’est là que nous avons découvert les lingots d’or. Au cours de son audition, le passager a indiqué ignorer l’origine de cet or. Il s’est contenté de déclarer qu’il a été missionné pour prendre ce vol avec le sac, sans révéler le nom des commanditaires », a continué d’expliquer ce premier responsable des douanes à l’aéroport.

Exportation autorisée
Les lingots d’or saisis seront conservés dans le coffre fort de la banque centrale. Quant au contrebandier, il attend la suite des affaires. « Dans ce genre de trafic, le service des douanes pourrait porter l’affaire devant la Justice ou la régler à l’amiable, comme l’indique le code des douanes », a expliqué le receveur des douanes d’Ivato Aéroport. Mais cela n’empêche pas les autres entités, comme le bureau indépendant anti-corruption (Bianco) ou encore le service de lutte contre le blanchiment d’argent (Samifin), d’ouvrir une enquête sur cette affaire.
L’exportation de l’or est autorisée aux opérateurs du secteur depuis septembre 2015, ayant déclaré leur stock d’or et en situation régulière vis-à-vis de l’administration fiscale et minière. Le certificat de conformité délivré par l’administration minière, la  déclaration de stock d’or auprès de l’Agence Nationale de l’Or (ANOR) et la déclaration en douane déposée auprès du bureau des douanes d’Ivato Aéroport font partie du document réclamé à la frontière pour tout exportateur de ce métal jaune. Des documents que ce passager n’a pas eus entre ses mains.
La découverte de ces lingots met au grand jour les failles dans le système de contrôle de nos aéroports. Comment se fait-il qu’un tel passager puisse échapper facilement aux différentes procédures de fouilles manuelles ou au scanner à Ivato

Lova Rafidiarisoa