Traqué par la police mauricienne après une importation d’héroine, un Malgache a été appréhendé. Deux de ses compatriotes l’ont dénoncé. 

Les arrestations font tache d’huile à Maurice après la saisie de 7, 6 kilogrammes d’héroïne et de 6,6 autres kilos de chanvre indien,
dissimulés dans un conteneur de produits artisanaux en provenance du  port de Toamasina à la mi-mai. Soumises au feu roulant des questions, deux ressortissantes malgaches domiciliées à l’île sœur, placées sous mandat de dépôt  lorsque le pot-aux-roses a été découvert à Port Louis le 24 mai, ont balancé un Malgache qu’elles accusent d’avoir tiré les ficelles de cette affaire. Celui-ci a été appréhendé jeudi par l’unité de lutte contre la drogue et la contrebande.
Les deux prévenues  opéraient dans l’importation de produits artisanaux qu’elles écoulaient au Caudan Waterfront Maurice. Selon leurs déclarations, le Malgache, pris dans les filets de la police vendredi, ainsi qu’un juge arbitre de la fédération mauricienne de kickboxing, qu’elles ont également balancé et qui s’est pour sa part fait coincer il y a deux mois, les auraient roulées dans la farine en les convaincant de grouper dans leur conteneur les tables ainsi que les statuettes dans lesquelles a été découverte la drogue,  afin de réduire le coût du fret.

Libération
Agé d’une quarantaine d’années, le juge arbitre incriminé est le  présumé cerveau de cette contrebande de produits stupéfiants. Il n’a pas pu échapper  à la prison bien qu’il affirme n’avoir jamais connues les deux femmes malgaches. Ce principal suspect a maintes fois voyagé  à Madagascar avant que le trafic  ne soit mis  à nu, ce qui n’a pas joué en sa faveur.   Son dernier séjour  à Madagascar  coïncidant avec des détails fournis par ses deux compatriotes incarcérées, il est du coup soupçonné d’avoir supervisé le conditionnement de la drogue dans des statuettes et des tables.
Portant le nom de John Rickmers, le bateau ayant transporté la cargaison où était cachée la drogue, a jeté l’ancre à Port –Louis le dimanche 21 mai. Des indices ayant mis la puce l’oreille des autorités ont conduit trois jours plus tard à la visite du conteneur. Orientés par le flair de deux chiens pisteurs, les limiers n’ont pas eu de mal à porter le trafic au grand jour. L’examen au rayon X des tables et des statuettes
a révélé la présence de drogue dont la valeur est estimée à plus de 118 millions de roupies, soit l’équivalent de 8,9 milliards d’ariary.
La mère de l’une des ressortissantes malgaches jetées en prison est actuelle­ment à Maurice pour
introduire des démarches pour la libération de sa fille. Lundi, elle s’en était remise à un avocat du barreau mauricien. Une motion a été remise  à la cour de Port-Louis.

Andry Manase