Introvertie, mais resplendissante d’une joie de vivre, Môta Soa convie le public de la capitale pour des retrouvailles enjouées exclusivement en pyjama, au Cercle Germano-Malgache. 

Un moment qui promet d’être mélodieux et orné d’une belle poésie, le tout sublimé par la jovialité de cette artiste unique en son genre qu’est Môta Soa. Ainsi se découvre ce « One Woman Show » exclusif qu’elle présentera au grand public féru de bons spectacles. Tout un programme qui affiche un certain grain de folie propre à elle-même, porté par un esprit taquin et marginal qui envoûte ses inconditionnels depuis ses débuts.
Une immersion totale dans son imaginaire, dans cet univers atypique où la musique prend définitivement le pas sur sa personnalité, dans cette dite « Maison de Mô », c’est ce dont le public, qui aura le privilège de se joindre à elle au Cercle Germano-Malgache (CGM) Analakely, aura droit. Rendez-vous est ainsi donné avec Môta Soa et cette créativité sans limite qu’on lui reconnaît le
21 décembre à 19h dans cet antre de la musique, de la littérature et de la poésie qu’est le CGM. Ces trois domaines artistiques, que cet artiste pluridisciplinaire, conjuguera avec grâce et satyre sur scène durant la soirée. « Sourire au beau milieu du chaos, c’est possible! » affirme Môta en décrivant ce spectacle, promettant ainsi des retrouvailles qui laisseront la part belle aux émotions.

Une renaissance
On l’a toujours reconnue comme étant une artiste privilégiée par un talent et une passion intarissables pour la musique. En outre, Môta Soa est aussi une artiste atypique, forte d’une identité artistique hors du commun.
Fidèle à elle-même, ce 21 décembre, elle invite, tous sans exception, le public qui se joindra à elle à se vêtir uniquement de pyjama, «ou de lambahoany s’il vous arrive de dormir tout nu » souligne-t-elle. Un dresscode inaccoutumé pour un spectacle au CGM Analakely donc, mais sur lequel elle insiste comme pour marquer cette intimité et cette proximité qu’elle a longtemps entretenue avec le public à travers son art.
De plus, au bout de trois ans d’absence, il importait aussi bien pour Môta Soa que pour le public de marquer, comme il se doit, ces retrouvailles. Telle une artiste qui a longtemps été en hibernation, elle invite ainsi le public à se ramener avec leur plus beau « Akanjo mandry » et ce pour donner le plus de sens au show. « Je reviens avec l’histoire de mon absence, qui ne fut pas facile à digérer pour certains, mais que nous tenterons ensemble de relativiser de la meilleure des manières » confie-t-elle.
Ce « One Woman Show » que proposera Môta Soa respire donc son vécu, autrement dit une histoire vraie qu’elle se plaira à relater en musique. Réalisatrice, musicienne accomplie, vidéaste, éducatrice en musique et fin gourmet, ce sont plusieurs facettes de Môta Soa que le public aura de nouveau le plaisir de retrouver et surtout de voir renaitre sur scène à l’occasion. « Bâtie sans murs, avec toi(t) », la petite maison de Mô est fin prête pour accueillir ses convives.

Andry Patrick Rakotondrazaka