On se croyait dans une soirée réservée aux grands de ce monde. Tapis rouge illuminé par des guirlandes « led » à l’entrée, une vieille voiture de collection éclairée par des projecteurs occupaient l’extérieur. Des photos de nu artistique, de Tolotra Ramboasolo, projetées sur quelques façades à l’intérieur de la salle, l’opéra du désir ont convié à une soirée sensuelle. « Symphonie», le tube du moment a mis fin au suspense avec l’apparition d’un bel homme élégamment vêtu suivi d’une belle créature forte au niveau de la poitrine et des hanches.
L’homme se déshabillait au fur et à mesure pour finir en boxer. La nouvelle Eve, avec sa jupe à traîne l’accompagnait  dans toutes ses poses. Puis, à chaque changement de musique, des créatures font leur apparition.  Une silhouette féminine en tenue de cabaret avec des ballons blancs accrochés à la taille.
À chaque pose, elle fait éclater un à un les ballons pour dévoiler ses dessous blancs. Une policière londonienne, une femme pirate, une altesse royale, une femme musulmane, entre autres, composent les treize personnages incarnés par les mannequins pour présenter, élégamment, les nouvelles collections de lingerie de la marque mauricienne Une histoire d’amour.
Le chef Lalaina a crée trois pièces de bijou en chocolat pour accessoiriser les modèles. « Je trouve que l’idée d’associer chaque modèle à un personnage emblématique dénoue tout sens de vulgarité à un défilé de dessous. Les filles ont un corps de rêve, elles ont assumé pleinement leur rôle. Et les modèles de lingerie sont intéressants. Ça ne m’a pas du tout choqué ; au contraire ça a été glamour. En plus, j’ai gagné un bon d’achat. Je suis contente. Merci à toute l’organisation », a laissé entendre une femme dans le public.
La forte affluence durant cette soirée a nécessité une certaine patience de la part des clients par rapport à leur commande. Et le responsable tient à s’en excuser. « On s’est basé sur le nombre de réservations qu’on a eues. On a même pris une grande marge au niveau des prévisions. Mais les gens sont tous arrivés presque au même moment, sans réserver ; et on s’est trouvé dans le rush. En tout cas, ce fut une très belle soirée. Un grand merci à toute l’équipe et à tous ceux qui ont répondu à l’appel », a précisé le patron de l’établissement.

Ricky Ramanan