Le 37e sommet de la SADC qui s’est tenu à Pretoria promet de soutenir la Grande-Ile. Il a eu comme principale préoccupation l’industrie et l’industrialisation.

Sous surveillance. La situation à Madagascar est suivie de près par la SADC. Telles sont les déclarations faites à l’issue du
37e Sommet des Chefs d’État et de Gouverne­ment de la SADC qui s’est tenu  au Ministère des Relations et de la Coopération Interna­tiona­les, bâtiment O R Tambo, à Prétoria. Le thème de ce sommet porte sur l’industrie et l’industrialisation de l’Afrique Australe, notamment dans le domaine de l’agro-transformation, de l’enrichissement des minéraux, de l’énergie, des produits pharmaceutiques. Ont été développées les compétences requises en vue de renforcer l’intégration régionale et de créer un mécanisme favorisant la parti­ci­pation du secteur privé. La délégation malgache a été dirigée par le chef du gouvernement Solonandrasana Olivier Mahafaly.
Avec ses dix-sept pays membres, la communauté de développement des pays de l’Afrique Australe constitue un marché potentiel pour Madagascar. Riche en matières premières, l’industrialisation constitue toutefois le talon d’Achille de Madagascar. Affaiblie par la concurrence des produits importés, et pénalisé par le coût élevé de l’énergie, la marge de manœuvre de l’industrie malgache est réduite.

Post-crise
Dans son allocution, le Premier ministre a mis en exergue la place prépondérante de l’industrie dans le développement. « C’est par l’industrie qu’on pourrait  améliorer non seulement notre économie mais aussi créer des emplois. Il permet de donner de la valeur ajoutée et de la chaîne de valeur au niveau régional », soutient-il.
Mandaté par l’Union africaine dans la médiation lors de la crise socio-politique de 2009-2013, bien que les résultats soient mitigés, la SADC suit avec attention l’évolution de la situation à Mada­gascar. Lors de ce sommet, le Chef du Gouverne­ment a dressé un rapport  sur les avancées de Madagas­car depuis la fin de la crise. Ainsi, il a fait appel à l’appui de la SADC pour soutenir l’effort accompli par Gouver­nement malagasy pour que la stabilité à Mada­gascar devienne pérenne et pour que l’État malagasy puisse procéder à la lutte contre la pauvreté. Un rapport que la SADC qualifie être en « évolution positive », selon le communiqué émanant de la Primature.
Comme à chaque voyage officiel, les retombées des accords conclus et les déclarations faites par les autorités sont attendues par le citoyen lambda. Ainsi, la traduction des déclarations faites à Pretoria, en action à Madagascar, est attendue, d’autant que, tout récemment, le secteur de l’énergie vient de prendre son nouveau souffle. La régulation des importations apportera un nouveau souffle aux investissements des industriels malgaches.

Andry Rialintsalama