Le gouvernement devra signer un chèque de plus de 1,5 milliard d’ariary pour sustenter les participants au sommet de la Francophonie.

Un pan de voile est levé. D’après les avis d’attribution de marchés publiés hier dans le quotidien Madagascar Laza par le secrétariat de la Présidence de la République (SGP), le gouvernement ou du moins la délégation générale du sommet de la Francophonie devrait signer un chèque d’au moins 1,5 milliards ariary pour la restauration. Cette dépense concerne des cocktails, pauses-café, déjeuners et diners dans le cadre de l’organisation du sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie.
Dans ce sens, quatre sociétés se partagent le gâteau. Il s’agit des sociétés Com&Co, Le Relais de la Haute Ville, Athana Royal Event, et Mampianina Rabefanompo Rakotomalala. La première société est une agence de communication spécialisée dans le design et la publicité. Elle se voit attribué le lot numéro 5 de l’avis d’appel d’offre ouvert 38/PRM/SG-DGSF/PRMP/2016, face à un établissement hôtelier en l’occurrence Le Medicis Hotel. Ce marché concerne la prestation de service pour « les pauses-café, déjeuners, dîners pendant les sessions de la commission permanente de la Francophonie (CPF) ». Cette prestation lui sera payée 36 556 000 ariary. Cette agence de communication remporte aussi en même temps un autre lot concernant « la restauration et location de sono pour les journalistes pendant les conférences de presse » dont le montant s’élève à 130 500 000 ariary. Pour ce lot numéro 03, elle était seule dans la course.

Festin
Face à des adversaires de taille comme l’Hôtel Carlton ou encore Sofitrans, Le Relais de la Haute Ville, un établissement hôtelier appartenant au député Luc Ratsimbazafy a remporté le marché relatif « à la restauration de cocktails, pauses-café, déjeuners pendant les sessions de l’association parlementaire de la Francophonie (APF) » dont le montant s’élève jusqu’à 322 440 000 ariary. L’autre établissement, Athana Royal, de ce député élu sous les couleurs de l’association Fanamby 88 à Ambohi­dratrimo mais devenu membre du groupe parlementaire du parti au pouvoir Hery vaovao ho an’i Mada­gasikara (HVM) s’est vu attribuer le marché relatif « aux pauses-café, déjeuners et dîners pendant le Sommet de la Franco­phonie » dont le montant de l’offre s’élève à 110 400 000 ariary. Ce même établissement a décroché aussi le lot 6 de cette offre. Ainsi Athana Royal Event servira les pauses-café, déjeuners, dîners pendant les sessions de la conférence ministérielle de la Franco­phonie (CMF). Pour cette prestation, elle sera facturée à 58 560 000 Ariary.
En ce qui concerne le sommet proprement dit, un nom très connu du marché public à Madagascar a décroché le jackpot. Seul dans la course, Mampianina Rabe­fanompo Rakotomalala, servira le dîner officiel du sommet de la  Francophonie. Pour ce service, ce prestataire facturera la Présidence à hauteur de 297 millions ariary. Lui, qui avait aussi assuré la prestation de service dans le dîner officiel de l’association parlementaire de la Francophonie (APF) en juillet dont le montant était de 299 250 000 Ariary.
C’est un fait. Le cercle du pouvoir sera le premier bénéficiaire de ce sommet de la Francophonie.
À en croire ces publications, l’on s’étonne de la non participation des établissements hôteliers étoilés de la capitale dans cette course. D’autant plus que certains d’entre eux sont déjà habitués à accueillir ce type d’évènement ou de servir les banquets présidentiels.
Le gouvernement a choisi de ne pas lésiner sur les moyens concernant les dépenses en restauration qui occupent près du dixième du budget de l’organisation de ce rendez-vous international. Des chiffres qui font tiquer les Malgaches qui sont plusieurs millions à souffrir de malnutrition. D’ailleurs, rappelons qu’en 2015, les dépenses faramineuses pour les  différents banquets présidentiels ont fait couler beaucoup d’encre, ce qui a amené le Président Rajao­narimampianina à restreindre les dépenses. Ce qui ne semble pas être de mise pour ce sommet.
Pour le volet restauration, le gouvernement devrait débourser les montants de  1 583 710 000 ariary à ces quatre prestataires. Une facture qui devra encore s’allonger puisque des détails sur d’autres marchés ne sont pas encore révélés. C’est le cas du lot 1 relatif au cocktail dinatoire, du lot 2 relatif au buffet dinatoire des amis de la Francophonie ainsi que le lot 8 concernant la restauration du personnel d’appui durant l’APF, la CPF, la CMF et le sommet.

Lire aussi :  Liberté d'expression et de la presse - L’Assemblée des parlementaires francophones mise au parfum

Lova Rafidiarisoa