Même si le sujet principal de cette session parlementaire est le budget de l’État, tout le monde est rivé sur la validation ou non d’un référendum.

La deuxième cession parlementaire ordinaire a été officiellement ouverte à l’Assemblée Nationale et au Sénat, par leurs présidents respectifs, Jean Max Rakotomamonjy et Honoré Rakotomanana. Si cette cession est qualifiée principalement de « cession budgétaire », l’opinion publique est surtout focalisée sur la soumission du projet de référendum aux deux chambres parlementaires. Cependant, aucun des discours des deux chefs parlementaires n’a mentionné ne serait-ce que l’éventualité d’un débat à ce sujet.
Pour pouvoir se lancer dans un référendum, le projet doit être validé en conseil des ministres et en conseil de Gouvernement avant d’être soumis aux députés et aux sénteurs. Les trois-quarts des deux chambres parlementaires doivent voter en faveur du référendum pour qu’il puisse être lancé.

Alternative
Toutefois, le Président de la République semble vouloir engager un vrai débat à ce sujet. Selon le chef du Gouvernement, Olivier Mahafaly Solonandrasana, lors d’un entretien avec la presse, en marge de cette rentrée parlementaire, les citoyens doivent discuter des enjeux et des risques couru en se lançant dans un référendum. Selon lui, le rôle du Président de la Répu­blique est mettre en garde sur les risques encourus.
« Le Président sonne l’alarme sur les risques que l’on court à travers certains articles relatifs à l’élection », a-t-il déclaré. Toujours selon le Premier Ministre, « le Président encourage la tenue d’un débat public à ce sujet ».
La « soudaine » nomination en tant que sénateur de Madagascar du président national du parti Hery Vaovao ho an’i Madagasi­kara (HVM), à savoir Rivo Rakotovao, laisse supposer certains scénarios. À défaut d’un référendum, il semble que le régime veuille proposer une autre alternative. Selon la Constitution, en cas de vacation ou dans l’impossibilité d’exercer ses fonctions, le président du Sénat sera remplacé suite à un vote au sein de cette chambre du parlement. Il n’est pas improbable que le nouveau sénateur se lance dans la course.
En tout cas, Rivo Rako­tovao, en voyage à Rome avec le chef d’État Malgache, a déclaré à l’antenne de la TV Plus qu’il reconnaît Honoré Rakoto­manana comme le seul président du Sénat.

Loïc Raveloson