Les motocyclettes vont figurer parmi les véhicules à contrôler au  centre de visite technique. Le projet est en cours d’étude.

Réglementation. La visite technique des véhicules motorisés est envisagée au sein de la direction générale de la Sécurité routière du secrétariat d’État en charge de la Gendarmerie. « Jusqu’à présent, les motocyclettes peuvent circuler avec une simple assurance. Elles figurent, pourtant, parmi les principaux acteurs des accidents de circulation. Il n’y a donc pas de raison qu’elles ne soient pas contrôlées », souligne le colonel Gelin Ranedson, chef du centre de visite technique de la direction générale de la Sécurité routière à Alarobia, hier.
Les statistiques montreraient que 60% des accidents de la circulation à Antanana-rivo sont causés par les motocyclettes, selon la même source. D’autres études auraient montré que les gaz d’échappement de ces véhicules à deux roues sont aussi  responsables de la pollution  que les autres. Ils représentent, ainsi, d’importants risques quant aux maladies respiratoires.

Immatriculées
Cette mesure s’appliquera dans tout Madagascar. Des conducteurs de véhicules motorisés soutiennent ce projet. « Certaines motocyclettes circulent sans rétroviseurs, avec les risques que cela peut représenter. D’autres n’ont qu’un seul frein au lieu de deux, plusieurs n’ont pas de feux de stop. Les accidents que toutes ces négligences peuvent engendrer sont pourtant nombreux», assène Ravontsoa, conducteur de motocyclette. Janvier Ratovo, transporteur, recommande l’exécution de la visite tous les ans, ou tous les deux ans.
Certaines motocyclettes pourraient se passer de ce contrôle. Les premières études faites auraient considéré les motocyclettes immatriculées, donc celles qui sont au dessus de 125 cc. « Tant qu’à faire, pourquoi ne pas contrôler tous les véhicules motorisés ? Nous savons bien que les scooters créent plus d’accidents que les autres types de motocyclettes, certains de leurs conducteurs roulent à tombeau ouvert et d’autres font des dépassements non maîtrisés. Il y a trop de laisser-aller dans leur circulation», rajoute Ravontsoa. Les conducteurs de scooter ne sont pas de cet avis. « Ce sont plutôt les transporteurs qui nous ignorent », lance Mihaja Andrialalaina.
Ce projet de visite technique des véhicules à deux roues sera une grande première dans le contrôle et la réglementation de ces types de véhicules. Son exécution reste pour le moment à
l’état de projet.

Miangaly Ralitera