La team Mahafaly a été ménagée par les députés hier. Centrés sur les sujets d’intérêts locaux, les élus ont effleuré, voire occulté les questions d’envergure nationale.

Des bravos et félicitations. Le gouvernement en a reçu à la pelle hier à Tsimba­zaza, de la part des députés. La première et seule journée de séance de questions-réponses entre l’Assem­blée nationale et l’équipe gouvernementale n’a été qu’une formalité pour l’équi­pe conduite par Solonan­drasana Olivier Mahafaly, Premier ministre.
Se limitant aux réalisations locales faites par le pouvoir dans leur district respectif, à un peu plus d’un an de la fin de la législature, les élus n’ont pas hésité à affirmer, déclamer pour certains, leur satisfecit quant aux actions gouvernementales. Des résultats locaux que le locataire de Mahazoa­rivo a largement exposés dans le rapport qu’il a présenté en début de séance. « Aucun gouvernement n’a travaillé plus que celui-ci », était la litanie entonnée par la plupart des députés, hier.
La motion de censure voulue par certains députés semble être une histoire ancienne au regard des faits d’hier. Le gouvernement était dans un tel confort que personne n’a tenu rigueur à son chef d’avoir accusé deux heures et demie de retard. La séance, qui devait démarrer à 10 heures, n’a débuté qu’à midi trente. Outre quelques élus qui l’ont soulevé en motion d’ordre, les allées et venues des ministres, l’absence de plusieurs d’entre eux, n’a pas gêné la majorité.
La profondeur et la pertinence des interventions de la majorité des membres de la Chambre basse ont laissé à désirer. Pour beaucoup, la séance n’a été qu’une occasion de s’afficher sur les médias publics. Plusieurs sont partis après leurs prises de parole, laissant la salle clairsemée. Les quémandages, doléances à l’État nourricier, ont néanmoins, laissé transparaître un pays mal en point. L’insécurité et les abus des autorités administratives, judiciaires, militaires et policières ont été presque systématiquement soulevés.

Oubliés 
Les manques dans l’édu­cation nationale, l’enseignement supérieur, ou encore la santé publique et en matière de travaux publics ont aussi été soulignés. « Nous sommes à un an des élections, vous devriez vous concentrer à améliorer le social de la population. Cela ne sera que bénéfique pour vous », a lancé le député Félix Randriamandimbisoa, président du groupe parlementaire Tiako i Madagasikara (TIM).
Bien que les flagorneries aient été légion, les députés n’ont toutefois pas tenu au silence le sujet brûlant du moment, touchant l’ensemble du pays qu’est la flambée du prix du riz. Contrai­rement à la dégringolade de la valeur de l’ariary que personne n’a eu à l’esprit d’aborder. La séance d’hier aurait pourtant été une occasion d’avoir des explications sur les raisons de ce fait tristement historique et ses conséquences sur l’inflation, par exemple.
« Nous demandons au ministère de l’Agriculture et celui du Commerce de nous donner un business plan, pour lutter à court terme et durablement contre le manque de riz et l’augmentation des prix. Les discours du ministre du Commerce ne sont que des blabla. Chaque fois que des mesures sont annoncées, les prix augmentent », a vilipendé le député Constance Zafimily, du groupe Leader Fanilo. Une des rares interventions requérant des éclairages ou des actions concrètes de la part du gouvernement, sur les cent-quinze prises de parole.
Durant les dix heures de prise de parole successives, les élus se sont limités à soulever les problèmes déjà connus de tous, des dénonciations qu’ils pouvaient faire en allant dans les bureaux des ministres, ou encore, à chanter des complaintes. Prévues par la Constitution, les séances de questions-réponses semblent tendre à n’être qu’une manière de s’illus­trer hors des murs de Tsimba­zaza, pour les députés.
Les citoyens qui s’attendent à avoir des explications détaillées et en direct de la situation nationale et locale aussi, par les premiers responsables semblent avoir été oubliés. « Vos doléances sont enregistrées. Nous allons fournie les efforts nécessaires et voir comment résoudre ces problèmes », résument les réponses du Premier ministre, qui n’a mis que 20 minutes à répliquer à dix heures de questions. Les réponses des ministres, plus précises et techniques n’ont débuté qu’à 22 heures 30.

Garry Fabrice Ranaivoson