L’accès aux services de santé pour la population, même dans les localités les plus éloignées, commencera par la mise en place de la caisse nationale de solidarité.

Point de démarrage. La mise en place de la Caisse nationale de solidarité dans les districts de Madagascar est en marche selon le Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana, lors de la signature de partenariat avec le Premier ministre et Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé, hier, au palais de Mahazoarivo. « La mise en œuvre de la couverture de la santé universelle s’affiche dans le plan national de développement. La réalité est que beaucoup de personnes doivent faire une longue marche pour accéder à un centre de santé. De plus, il faut faire la queue pour bénéficier des médicaments nécessaires pour se soigner. Quelquefois, les médicaments sont très coûteux ou n’existent pas au niveau des centres de santé. Le but de l’État malgache dans la mise en place du CSU vise à faciliter l’accès aux soins pour la population », explique Olivier Mahafaly.
Il poursuit que cette Caisse nationale de solidarité se chargera de tous les soins pour la population malgache. Un comité de pilotage a été mis en place depuis 2015. Un budget spécial est déjà  inscrit dans les lois de finances, tous les ans.

Une cotisation annuelle
L’État cherche actuellement d’autres sources de financement, comme par exemple, une part de la taxe sur le tabac qui revient dans cette Caisse. Il y aura également d’autres personnes qui verseront les cotisations pour que les personnes défavorisées puissent jouir de cet avantage.
Cette Caisse a pour objectif d’alléger les frais de soins que doit payer chaque patient dans un centre de santé.
« La cotisation est fixée entre 4 205 et 10 000 ariary. Cela dépend de ce que chaque personne peut payer. Au lieu de payer 400 000 ariary pour une opération chirurgicale, la Caisse nationale de solidarité s’en chargera gratuitement grâce à la cotisation annuelle. D’autres personnes bienfaitrices pourront également aider les plus défavorisés », ajoute le Premier ministre. Dix-neuf laboratoires pharmaceutiques seront également réhabilités pour répondre aux besoins des patients. Les districts de Vatomandry, de Manandrina et de Faratsiho sont les premiers districts pour démarrer cette Caisse nationale de solidarité.

Mamisoa Antonia