Le Dr Ely Rakotoarimanana remporte le premier prix de la 10ème cérémonie Positive Awards.

Reconnaissance internationale. Le Dr Ely Rakoto­arimanana va figurer dans les annales de la médecine. Il recevra le prix « Positive Rural Awards » de la Fondation Positive Planet à la 10e cérémonie Positive Awards à Paris, le 20 décembre. C’est une récompense pour les initiatives positives des micro-entrepreneurs découverts autour du monde. La fondation change de thème chaque année. Elle s’est orientée sur la rubrique médicale, en ce 2017.
Deux médecins malgaches ont été sélectionnés. La promotion de la gratuité de la prise en charge des vulnérables a sûrement démarqué ce numéro un du centre de santé Dr Ely, à Sabotsy Namehana, et lui a valu ce prix international.
« Chaque année, nous soignons gratuitement trois mille personnes. Avec ma femme, médecin elle aussi, nous nous déplaçons au moins une fois tous les deux mois avec notre véhicule, pour une consultation gratuite dans des villages comme à Talatavolonondry, Ambohimanga ou encore à Ankazondandy », explique-t-il. Ces médecins financent leurs actions par leurs propres moyens. « Nous mettons de côté un dixième de notre bénéfice journalier pour financer notre mission. Cette conviction est née en nous, depuis fort longtemps. Nous nous sommes dit à l’époque que lorsque notre situation sera stable, un jour, nous allons nous mettre dans des actions sociales. Nous sommes convaincus que notre compétence est un don de Dieu », renchérit le Dr Ely Rakotoarimanana, un croyant fervent.

Regret
Le Dr Ely et sa femme sont complémentaires. Le premier est à la fois ophtalmologue et spécialiste en l’oto-rhino-laryngologie (ORL). La seconde a une spécialisation en échographie et en maladie tropicale. C’est en 1995 qu’ils ont prêté le serment d’Hippocrate. Cette âme charitable a commencé à l’hôpital de Befelatanana. Quatre ans plus tard, il est devenu l’un des rares ophtalmologues de Madagascar et a  ouvert, par la suite, son propre cabinet.
Le Dr Ely ne s’attendait pas à être primé. « L’Agence des Nations-Unies pour le développement international (Usaid) est déjà venue faire une enquête chez nous, mais on ne savait pas que çà allait aboutir à cela. Au début on croyait que c’était une arnaque. Nous n’y avons pas cru avant de recevoir le billet d’avion et la réservation de l’hôtel », avance-t-il
Il se réjouit de ce prix, bien qu’il n’y remporte pas plus de 1 000 euros. Ce sera une opportunité pour lui de lancer et de promouvoir ses interventions. Il regrette toutefois, que ses actions ne soient pas reconnues à Madagascar. « Malheu­reusement, nous n’avons jamais été remerciés ni décorés pour notre mission ici », conclut-il.

Miangaly Ralitera