Les internes des hôpitaux publics entrent en grève. Leur absence pourrait mettre en danger la vie des patients.

Manque de personnel de santé dans les hôpitaux publics. Le service de garde des grands hôpitaux a été assuré par les médecins traitants et les paramédicaux, hier. En effet, les internes ont cessé leurs activités. Seuls quelques-uns d’entre eux ont été aperçus dans certains services, pour assurer un service minimum. « Cela fait maintenant six mois que nous n’avons pas perçu nos indemnités. Après une assemblée générale mer­credi, nous avons donné 24 heures au ministère de la Santé publique pour les payer. Ce délai est écoulé ce jour (ndlr : hier), nous entamons donc une grève illimitée, car nous ne disposons plus de moyens pour assurer nos déplacements et notre nourriture », ont affirmé les manifestants, hier, au centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andria­navalona (CHU JRA).
Ces étudiants de 7e et 8e années de la faculté de Médecine, en cours de stage dans les CHU assurent le contrôle des patients ainsi que  la prescription des ordonnances. « Ces futurs médecins sont très utiles pour le fonctionnement de l’hôpital. Pour l’instant, leur grève n’a pas d’impact dans la prise en charge des malades, ils assurent un service minimum. Toutefois, si cette grève se prolonge, un dysfonctionnement des services est à craindre », explique le directeur de l’établissement, le professeur Olivat Rakoto Alson.

Retard de paiement
Ces stagiaires menacent, pourtant, de généraliser leur grève. « Il n’y aura plus de service minimum que pour le service de réanimation. Les internes dans les CHU des provinces vont également entamer une grève si les indemnités restent impayées », avancent-ils, tout en précisant que cela fait déjà trois mois qu’ils ont fait part de leurs doléances au ministère.
Ce retard de paiement se reproduirait chaque année, à cause du processus de paiement. « Mais les douze mois de stage des internes sont toujours payés », rassure le professeur Olivat Rakoto Alson. Les internes peuvent être tranquilles. Le paiement a commencé hier, pour les étudiants de la 8e année, selon ce premier responsable du CHU JRA.
« Celui de la 7e année devrait être effectué, demain (ndlr : ce jour) », renchérit-t-elle.

Miangaly Ralitera