L’ancien chef d’État a été victime d’un malaise, hier matin. Soigné à la  polyclinique d’Ilafy, il devrait être évacué, à Maurice, aujourd’hui.

Mal en point. « Espérons que le pire est passé. Nous prions tous pour qu’il recouvre la santé rapidement », a déclaré d’un ton soulagé Tabera Randria­manantsoa, ancien ministre, et un des proches collaborateurs d’Albert Zafy, ancien Président de la République, lors d’un entretien téléphonique, hier, en fin d’après-midi.
L’ancien chef d’État, aurait été victime d’un ma­laise, hier, matin à son domicile, à Ivandry. Conduit « en urgence », au Centre hospitalier universitaire (CHU), Joseph Raseta, Befelatanana, le résident de la villa Elisa­beth, a été, finalement admis à la Polyclinique d’Ilafy. « Les médecins du centre hospitalier public ont décidé qu’il était préférable qu’il soit soigné dans un endroit sécurisé, où l’on ne traite pas les épidémies », a indiqué Serge Zafimahova, politicien et un de ses proches, en milieu d’après-midi.
Le CHU de Befelatanana fait en effet partie des centres d’accueil des personnes atteintes de peste. Aux dernières nouvelles, l’ancien Président, serait en soins intensifs, à Ilafy. Si la thèse d’un Accident vasculo-cérébral (AVC) circule depuis  hier matin, les proches d’Albert Zafy, restent, cependant, prudents sur la cause de son malaise.

Evacuation sanitaire
« C’est juste un malaise dû à la fatigue et à l’âge. Son état est déjà stable », rassure Serge Zafimahova. Même son de cloche du côté de Tabera Randriamanantsoa. « De ce que j’ai vu, je ne pense pas qu’il s’agisse d’un AVC. Il était en petite forme durant un certain temps mais, a déjà repris des forces. Il a, cependant, fait une rechute. Étant donné son âge avancé, la fatigue n’est jamais bonne », soutient-il.
Son parti politique, l’Union nationale pour le dévelop­pement et la démocratie (UNDD), a confirmé son hospi­talisation dans un communiqué de presse, hier, mais reste muet sur la nature du mal qui a causé l’hospitalisation en urgence de l’ancien Président. L’ancien ministre Randriamanantsoa concède, néanmoins, que dans la matinée, Albert Zafy, était « sérieusement mal en point ».
Le fait qu’une évacuation sanitaire (EVASAN) de l’ancien chef d’État soit programmée pourrait indiquer qu’il pourrait s’agir d’un diagnostic plus délicat qu’un malaise dû à la fatigue. Sauf changement, le résident de la villa Elisabeth, devrait être évacué, à l’île Maurice, ce matin. La Police de l’air et des frontières (PAF), confirme avoir déjà été notifié de l’EVASAN de l’ancien Président.
« L’évacuation aurait dû se faire aujourd’hui. Seulement, le passeport du médecin qui devait l’accompagner n’était pas encore prêt. Aussi, devrait-elle se faire demain matin [ce jour] », explique Tabera Randriamanantsoa. Né à Betsiaka, Ambilobe, le 3 mai 1927, Albert Zafy est chirurgien cardiologue. Ayant le grade de professeur, il fut Président de la République, du 27 mars 1993, jusqu’à son empêchement par l’Assem­blée nationale, validé par la Haute cour constitutionnelle (HCC), le 4 septembre 1996.

Garry Fabrice Ranaivoson