Pisté par la mort, un gang armé a été décimé par la population à Mahasoa Sambava. Capturés tour-à-tour par une foule assoiffée de sang, trois de ses mem­bres ont été exécutés un à un.
Cette série d’actes de vindicte populaire a secoué la commune rurale de Mahasoa, située à 70 kilomètres au Nord du chef-lieu de district de Sambava, après que sept bandits brandissant tout un arsenal d’armes blanches ont fait parler d’eux dans la nuit de dimanche à lundi. À
20 heures tapantes, cette escouade de brigands s’est abattue sur Mahasoa pour tenir en respect les villageois à coups de sagaies, coutelas, haches et lance-pierres. Pris par surprise, les hommes du village n’ont pas pu tenir tête aux assaillants. Face aux menaces, les femmes et les enfants ont été contraints d’évacuer les lieux, abandonnant leurs biens aux malfaiteurs. Proies de choix pour la bande, deux  producteurs d’or vert ont été les cibles de virulents assauts. Sabrée, l’une des victimes se trouve dans un état préoccupant.
« Les bandits ont pris la fuite après s’être emparés d’une vingtaine de kilos de vanille préparée. Après un repli momentané, des hommes armés, prêts à en découdre, ont remonté les traces des fuyards. Formés en techniques d’autodéfense villageoise, ils n’ont pas eu de mal à organiser la résistance villageoise puis retrouver la piste des fuyards », a expliqué le capitaine Magy Mahasoa Raharimandina, commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Sambava.

Vengeance tribale
Suivis à la trace dans la pénombre totale, deux des fuyards ont été froidement tués lorsqu’ils se sont retrou­vés nez-à-nez avec les poursuivants en furie.
N’ayant rien cédé, le fokonolona a marché toute la nuit pour couper court à la fuite d’un autre membre de la bande, dès l’aube, à Belambo. Celui-ci a partagé le sort de ses deux comparses, lynchés à mort quelques heures plus tôt.
Alors que les poursuivants progressaient dangereusement dans leur sillage, les bandits emportés par la panique ont pris des directions différentes. Les villageois lancés à leurs trousses se sont, de ce fait, scindés en deux groupes dans cette traque meurtrière.
«Un quatrième membre de cette association de malfaiteurs s’est fait capturer lundi après-midi à Betsirebika, dans le district de Vohémar. Le rouant de coups et le traînant de force jusqu’au lieu du crime à Mahasoa, le fokonolona semblait décidé à lui faire subir le même sort que ses  défunts acolytes lorsque nous les avions rattrapés. Vindicative, la foule refusait de nous livrer le suspect. Il a, de ce fait, fallu lancer de sévères mises en garde pour empêcher un quatrième homicide», explique le commandant de compagnie.
Alors que les gendarmes ont pris le chemin du retour en direction de Mangata­boahangy, en embarquant le suspect grièvement blessé, des individus en état d’énervement total les ont stoppés dans leur élan. Sept gendarmes, conduits par le commandant de compagnie ont dû menacer de faire parler la poudre pour les dissuader.
Le rescapé de cette chasse à l’homme est placé en garde à vue à la brigade territoriale de la gendarmerie de Mangataboahangy, placée sous haute surveillance. L’épée de Damoclès est, néanmoins suspendue sur la tête des habitants de Mahasoa où la sécurité a dû être renforcée. Des personnes de l’entourage des trois individus froidement tués, natifs du Sud, crient vengeance.

Andry Manase