Un atelier de mise à jour du plan de contingence pour la saison cyclonique a eu lieu pour la région Boeny.  Il s’agissait de planifier des activités d’urgences. 

Madagascar se prépare pour la saison cyclonique. La ville de Mahajanga n’est pas en reste.
C’est dans cette optique qu’un atelier de mise à jour du plan de contingence régional multi risques et multi aléas a été organisé du 8 au 10 novembre derniers à la grande salle de l’hôtel les Roches Rouges à La Corniche.
« Le plan de contingence est un document opérationnel qui sera activé en cas d’alerte, suivant les différents scénarios retenus durant l’atelier. Deux cyclones sur quatre vont passer probablement à Mahajanga à la prochaine saison. En période normale, les risques d’inondation durant la période des pluies est aussi à craindre », a expliqué le secrétaire exécutif adjoint du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), le général de division Claude Rambolaharison.
Les acteurs régionaux locaux et l’UNICEF ont collaboré dans l’organisation de cette réunion avec le BNGRC. L’objectif de l’atelier consistait à  renforcer l’état de préparation à travers la planification des activités d’urgences, afin de réduire l’impact des catastrophes et la vulnérabilité des communautés.
Le plan de contingence et/ou la mise à jour a été ainsi élaboré pour la région Boeny. Il constitue une phase importante dans le cadre de la gestion des risques et des catastrophes.

Simulation
Cette année, les risques tels que les cyclones, les inondations et les épidémies ont été priorisés. Le document multi risque et multi aléas tient donc compte de l’aspect du changement climatique et du renforcement des capacités régionales par l’acquisition d’engins et de matériels lourds pour les interventions d’urgence.
Ainsi, le plan élaboré durant l’atelier à Mahajanga sera une réponse aux situations d’urgences spécifiques à la région Boeny. Il contient les capacités de réponses régionales ainsi que les mécanismes de coordination et de mise en œuvre des interventions d’urgences « intégrées » en cas d’une éventuelle catastrophe.
La dernière étape de la préparation de la saison cyclonique 2017/2018 consistera en des exercices de simulation.
Les actions en matière de gestion des risques et des catastrophes (GRC) et en matière de réduction des risques de catastrophes sont assurées par l’État et ses démembrements ainsi que les collectivités territoriales décentralisées (CTD) suivant le principe de subsidiarité, avec la participation des communautés, des ménages et de tous les citoyens énoncé dans la Stratégie nationale de la gestion des risques et des catastrophes.

Vero Andrianarisoa