La seconde édition du Safari Birding, ou Safari des Oiseaux, de Mahajanga qui s’est tenue à Ampitsopitsoka, dans la commune rurale de Matsakabanja, du district de Mitsinjo, région Boeny, du 5 au 8 novembre derniers, a été un succès.
Touristes, chercheurs ainsi qu’étudiants et photographes et amoureux de la nature y étaient présents. Le Safari des oiseaux permet de renforcer le dynamisme économique à travers le tourisme dans la région Boeny, mais surtout de préserver la biodiversité au sein de l’aire protégée du complexe Mahavavy Kinkony.
Le thème choisi  pour cette édition se rapporte au « Voronosy » (ou Ibis sacré), un oiseau menacé d’extinction. La manifestation a été organisée par la direction régionale du Tourisme Boeny, l’Office régional du tourisme, l’Asity Madagascar, promoteur de l’événement, et le l’agence allemande de coopération GIZ.
« Cet évènement répond parfaitement à nos soucis de protéger la biodiversité tout en développant le tourisme en milieu rural », a déclaré le chef de région Boeny, Saïd Jaffar Ahamad.
Le « Therskiornis bernieri», un oiseau endémique de la zone, a surtout été la vedette à cette deuxième édition. Les flamands roses, les sternes ainsi que les hérons étaient aussi au rendez-vous. Le site d’observation de ces oiseaux a été le long du delta de Mahavavy, où la nature est encore dans son état naturel. Tous les participants à l’expédition ont été séduits par sa beauté et par la richesse en biodiversité des lieux.  La visite du charmant village d’Ampitsopitsoka, et la contemplation du magnifique coucher du soleil étaient aussi prévues au programme.
Les oiseaux endémiques s’y trouvent toute l’année. Quant aux oiseaux migrateurs, ils débarquent en mai pour ne partir qu’en décembre.
Le Safari des oiseaux est un vecteur d’attractivité pour découvrir un lieu, l’aire protégée du complexe des zones humides de Mahavavy Kinkony, d’une superficie de 258 900 ha qu’on peut qualifier de sanctuaire ornithologique hébergeant plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux et de réservoir d’autres animaux (lémuriens, poissons, tortues, etc.).
Mais c’est également un site d’observations et d’études pour les chercheurs et les étudiants souhaitant étudier le mode de vie des oiseaux dont certains sont endémiques. De plus, c’est un lieu de stage pour les jeunes guides touristiques voulant faire carrière dans ce domaine.
Par ailleurs, le safari est un des moyens pour la protection du site, la préservation de la biodiversité et le développement des communautés locales environnantes des aires protégées.

V. A.