Rondrotiana Barimalala, spécialiste mondialement connue en changement climatique, apporte des éclaircissements scientifiques sur l’environnement climatique et climatologique de Madagascar. La jeune spécialiste est titulaire d’un PHD en climatologie sur la 
« Variabilité interannuelle dans l’océan Indien tropical : Impact de l’Atlantique tropicale » à l’université de Triest en Italie et au Georgia Institute of Technology en Atlanta et chercheure en post –doctorat à l’université de Capetown en Afrique du Sud. De passage une à deux fois par an dans le pays, car parcourant les colloques internationaux et les universités, elle a vécu le passage du cyclone Ava. 

Vous avez vécu pendant quelques jours le passage du cyclone Ava ayant ravagé l’Est du pays, ne trouvez-vous pas qu’il a été très fort ?
Effectivement, il a apporté beaucoup de vent et beaucoup de pluies. Il s’est déplacé à une vitesse lente causant ainsi  d’innombrables dégâts. La hausse de températures des océans et les perturbations atmosphériques provoquent des tourbillons en mer, et forment les cyclones. Une très forte montée de température est ressentie dans l’océan Indien, en particulier, dont la plus grande cause probable est la position géographique du bassin et de la nature de sa circulation. Il n’y a presque pas de circulation  de flux d’eau de mer possible vers le Nord. Les études de la zone océan Indien démontrent, par ailleurs, que d’ici 2100, avec le réchauffement général de la planète et la traction de l’océan Indien et de l’océan Pacifique, les cyclones réduiront en nombre et en fréquence mais s’intensifieront en force.

Y-a-t-il possibilité de « limiter » ou de contourner cette intensification des cyclones tropicaux?
Oui et non. C’est dans les océans que tout se passe car c’est là que les cyclones se créent, quand il y a une hausse de la température de l’océan combinée à celle de la vitesse du vent. Il est possible de limiter l’intensification du cyclone en essayant de réduire la hausse de la température des océans en limitant les émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, c’est-à-dire, en réduisant la pollution émise par les voitures, les industries, la déforestation, les feux de brousse et autres. Le taux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a grandement varié mais jamais à un rythme aussi rapide que celui observé au cours des dernières décennies.

Est-ce que la définition du terme « changement climatique » a évolué depuis le temps où l’on a entendu parler de ce concept ?
Le changement climatique a toujours été compris comme la tendance à la hausse du taux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère et la hausse globale de la température de la planète. Les effets immédiats en sont les chaleurs et les froids extrêmes, les vagues de chaleur et les événements de fortes précipitations et de sècheresse, qui continueront malheureusement à devenir plus fréquents.
Les définitions se précisent en fonction des cibles à qui les scientifiques expliquent le terme « Changement climatique ». On peut ajouter aux explications, entre autres, les impacts des précipitations pour aider à la prise de décisions stratégiques sur les infrastructures à mettre en place ou la période opportune pour les réaliser.

Sur quoi porte votre recherche actuelle en post-doctorat en Afrique du Sud ?
Je fais des recherches  spécifiques sur l’obtention d’un mécanisme sur la variabilité du climat dans l’Afrique Subsaharienne et Madagascar, selon un ou des modèles climatiques. Un modèle climatique est une modélisation mathématique du climat dans une zone géographique donnée. Atmosphères, surfaces continentales et océans, température annuelle, moyenne, les précipitations saisonnières, entre autres, sont à tenir en compte dans cette modélisation. De ces modèles climatiques se structurent les études qui remontent au niveau des Conférences de partie (COP) par exemple.  Le modèle climatique actuel pour l’Afrique ne représente pas la réalité, vu que le climat en Afrique est quelque peu compliqué et qu’il manque cruellement d’observation sur le climat.

Y-a-t-il un modèle climatique spécifique pour Madagascar ?
Hélas, non. Nous entamons une initialisation du modèle climatique pour l’Afrique et Madagascar. Il existe pas moins de cent modèles climatiques et la recherche consiste à étudier celui ou ceux qui conviendraient à l’Afrique. L’objectif est de contribuer à la mise à disposition du service de la météorologie, entre autres.

Propos recueillis par Mirana Ihariliva