Les travaux de construction de la rocade Est ne commenceront pas d’ici peu. Ils attendent l’indemnisation de toutes les personnes touchées par les travaux, estimées à
1 050, selon une enquête effectuée par l’AGETIPA, en 2015. « L’Agence française de développement (AFD) finance ce projet, mais le déblocage des fonds dépend de l’indemnisation de tous les expropriés qui est à la charge de l’État malgache », expliquent les responsables du projet, aux personnes concernées dans la commune d’Ambohimangakely, hier.
Le coût de l’indemnisation est évalué à 19,2 milliards d’ariary. Le paiement a déjà commencé en février. Mais, pour l’instant, moins de la moitié des personnes concernées ont reçu leur part. Le paiement pour les autres attendra encore. « Ce projet se spécifie par l’indemnisation des propriétaires de terrain et/ou d’habitat, mais également, celle des locataires, des individus ayant des activités génératrices de revenus », répondent les responsables aux personnes qui s’inquiètent pour leurs activités. « Nous ferons en sorte qu’ils aient au moins le même niveau de vie qu’ils avaient avant l’expropriation », souligne un responsable de l’Office national de l’environnement (ONE). Cette rocade reliant Andra­nobevava au boulevard de Tokyo mesure 8,2 km. Elle comporte deux ponts, et quatre carrefours, dont l’un à Ambohi­mahitsy. Elle traversera Nanisana, Ankadindra­mamy, près de la station-service Shell, Soamanandrariny où des dizaines de bâtiments seront à démolir, ainsi que Mahazo et Ambohimahitsy pour finir à Amoron’Ankona. Elle devrait être fonctionnelle, en 2020.

Miangaly Ralitera