Direct, crochet, uppercut… Les coups pleuvent sur les réseaux sociaux. Les nouveaux médias sont le nouveau terrain d’affrontement des politiciens. Ils s’entraînent au lancer d’insultes. Leurs tirs sont souvent cadrés, leurs cibles bien identifiées. Florilège.
Cette semaine, la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, plutôt discrète et réservée, n’a pu retenir ses doigts furibonds. En cause : les commentaires sur Facebook à la suite d’un post d’un journaliste de Business Magazine annonçant la parution prochaine d’une interview de la présidente.
Des internautes n’ont pas hésité à critiquer ouvertement et vertement ce qu’ils considèrent comme «des abus de sa (NdlR, la présidente) position concernant Alvaro Sobrinho» et surtout son «manque de communication avec d’autres presses», hormis la MBC. En réponse, la présidente a écrit que ce sont «des conclusions hâtives». Elle a expliqué que «les présidents ne font pas de conférence de presse», d’où la raison de limiter ses interventions à la radiotélévision nationale.
Elle n’est pas la seule à recourir à Facebook. La députée du Parti mauricien social-démocrate (PMSD) Malini Sewocksingh a repris les hostilités contre la Parliamentary Private Secretary (PPS) Sandhya Boygah après le vote au Parlement du SME Bill. Le «patati, patata» de Sandhya Boygah adressé à Malini Sewocksingh, alors que cette dernière avait la parole. La PPS sous-entendait par-là que Malini Sewocksingh n’était pas à l’aise sur le sujet. La réplique n’a pas tardé. La députée du PMSD a publié sur Facebook que le discours de la PPS «est un must, si vous cherchez à rire un bon coup». Post que Sandhya Boygah a ignoré, pour l’heure, semble-t-il.
Parmi les règlements de comptes qui ont marqué les esprits, l’affrontement virtuel entre Roshi Bhadain, alors ministre de la Bonne gouvernance, et Ivan Collen­davelloo. Roshi Bhadain avait traité le ministre des Énergies de «chiwawa endormi», sur sa page Facebook. Ce qui avait soulevé un tollé au sein même du gouvernement.

© lexpress.mu