L’association RFD a adressé une lettre au Président Hery Rajaonarimampianina, pour que les restes de Monja Jaona soient transférés au mausolée national.

Un grand patriote exemplaire. C’est ainis que l’association Réseau « fivoarana » développement (RFD), présidé par Bearisoa Rakoto­niaina, chercheur associé à La Sorbonne, qualifie feu Monja Jaona, politicien charismatique des années de lutte pour le retour de Madagascar à l’indépendance et fondateur du parti MONIMA qui en français se lit Mouvement national pour l’indépendance de Madagascar.
Le patriotisme « exemplaire », de cette ancienne figure de la classe politique malgache est le motif principal de la demande faite pour l’association RFD pour que ses restes soient transférées au mausolée national. Une requête officielle  formulée dans une lettre adressé à Hery Rajaonari­mam­pianina, président de la République. Selon les premières lignes de la missive, il s’agit de marquer « le 70e anniversaire de l’insurrection du, 29 mars 1947 ».

Revalorisation
La lettre de l’association soutient ainsi : « Nous vous présentons cette proposition comme symbole fort de cette commémoration, à cause de la personnalité de Monja Jaona (…) qui est un grand patriote exemplaire, d’une conscience morale et d’une forte conviction, faisant partie des grands hommes de notre nation. De toute sa vie, il n’a pas cessé, de lutter contre le joug colonial, et de militer contre la famine, les inégalités et les injustices sociales ».
Dans ses arguments, l’association Réseau « fivoarana » développement, avance, également, qu’en ces temps où la Grande île compte « moraliser », la pratique politique, « ce projet est une façon de rendre hommage à une personnalité politique qui n’a pas été attirée par des intérêts matériels et financiers ». À elle d’ajouter que sa proposition « vise à redonner humblement un nouveau sens à la pratique républicaine de notre système ».
Pour le RFD, « c’est, aussi, un moyen de revaloriser le mausolée, comme lieu emblématique de la République, où reposent pour l’éternité les grands hommes et femmes de la nation ». L’association souligne dans l’avant dernier paragraphe de sa lettre au Chef de l’État que sa « proposition, à la veille de la commémoration de nos héros, n’est qu’une modeste contribution à l’amélioration des pratiques politiques, à Madagascar, et au débat citoyen sur l’histoire de notre pays ».
Chaque année, la commémoration de l’insurrection de 1947 est marquée par des cérémonies de dépôt de gerbes au Mausolée d’Andrainarivo où sont censés se reposer les « martyrs » de la Patrie. Pour que la demande de l’association RFD soit concrétisée, il faudra d’abord que la famille de feu Monja Jaona donne son accord pour que les restes du « patriote », soit déplacées. « Une demande qui incombe à l’État », indique la lettre. Mais le RFD se propose tout autant de « jouer le rôle d’interface de cette opération hautement symbolique ».

Garry Fabrice Ranaivoson